mercredi 1 mars 2017

Mercredi des Cendres, premier mars

Convertis-toi et crois à l'Evangile !

Journée de jeûne et de prière.

A l'église Saint Crépin,
- à 14h30  : célébration avec les enfants
- à 19h :messe avec imposition des cendres

Lire ici les textes de la messe de ce jour




Après la messe, soirée "pain-pommes" au presbytère à l'invitation de l'association familiale catholique.

mardi 28 février 2017

Le message du Pape François pour le Carême 2017


«Chers Frères et Sœurs,
Le Carême est un nouveau commencement, un chemin qui conduit à une destination sûre : la Pâques de la Résurrection, la victoire du Christ sur la mort. Et ce temps nous adresse toujours un appel pressant à la conversion : le chrétien est appelé à revenir à Dieu «de tout son cœur» (Jl 2,12) pour ne pas se contenter d’une vie médiocre, mais grandir dans l’amitié avec le Seigneur. Jésus est l’ami fidèle qui ne nous abandonne jamais, car même lorsque nous péchons, il attend patiemment  notre retour à Lui et, par cette attente, il manifeste sa volonté de pardon (cf. Homélie du 8 janvier 2016).
Le Carême est le moment favorable pour intensifier la vie de l’esprit grâce aux moyens sacrés que l’Église nous offre: le jeûne, la prière et l’aumône.

dimanche 26 février 2017

« La thérapie du sourire »


Voici un article partagé lors de la rencontre de la communauté Foi et Lumière de ce dimanche 26 février.

le billet

Un coup de téléphone, c’est Jean et David. La réunion de Foi et lumière vient de s’achever. Ils appellent pour donner des nouvelles. Les communautés Foi et lumière, fondées par Marie-Hélène Mathieu et Jean Vanier, se retrouvent une fois par mois pour un temps d’amitié et de prière. Elles signifient ainsi que les personnes fragiles, en situation de handicap, sont au cœur de l’Église. Elles vivent de la joie et de l’amitié partagées au fil d’un quotidien souvent difficile. La rencontre avec la personne handicapée amène à reconnaître ses propres limites, sa fragilité, son humanité. « Quelle illusion vit l’homme d’aujourd’hui, soulignait le pape François, lorsqu’il ferme les yeux face à la maladie et au handicap ! Il ne comprend pas le vrai sens de la vie, qui comporte aussi l’acceptation de la souffrance et de la limite. » Pour le pape, le monde devient meilleur « lorsque la solidarité entre les hommes, l’acceptation réciproque et le respect se croisent ». La vie communautaire par « la thérapie du sourire » fait advenir ce monde meilleur. La communauté est au service de la croissance de tous. Chaque personne est appelée à faire fructifier ses dons. Le don n’est pas forcément lié à une fonction, il peut être une qualité de présence et d’amitié qui donne sens au vivre- ensemble. La communauté se situe d’abord au niveau de l’être.

À l’image de l’Église, la communauté est une unité de communion, elle est signe et moyen de la fraternité. Les communautés Foi et lumière, comme les autres communautés chrétiennes, sont tournées vers la fin à laquelle nous sommes tous appelés, à savoir la vie avec Dieu dans un peuple de frères et de sœurs. Une vie déjà là, tout comme le Royaume est déjà là. David a été baptisé adulte à Lourdes lors des 40 ans de Foi et lumière. Lorsqu’il parcourt Paris dans son fauteuil roulant électrique, pour rejoindre sa communauté et vivre la fraternité, un parfum d’Évangile sillonne la ville.

Anne-Marie Gérard
La Croix 18 février 2017

lundi 20 février 2017

Bernadette, prête-moi tes sabots

Pour mettre dans tes pas mes pas trop hésitants,
s'il te plait, Bernadette, prête-moi tes sabots!

Ils sont pour moi symbole de bon sens,
d'esprit d'humilité et de simplicité.
Et tu sais bien, hélas, que tout cela me manque.
s'il te plait, Bernadette, prête-moi tes sabots!

Tu allais ramasser le bois qui fait la flamme
et réunit les hommes en les réconfortant,
pour que je puisse aussi réchauffer ceux qui ont froid
et éclairer ceux qui ont besoin d'un sourire,
s'il te plait, Bernadette, prête-moi tes sabots!

Peut-être tes sabots seront-t-ils trop petits pour moi.
Ce sera très bien ainsi! Cela me rappellera que je suis limité,
due je ne connaît pas tout,
que je peux tomber et me relever...
s'il te plait, Bernadette, prête-moi tes sabots!

Pour aller vers Jésus avec plus de confiance,
pour découvrir l'eau vive offerte aux assoiffés,
pour accueillir la lumière que Dieu nous donne,
s'il te plait, Bernadette, prête-moi tes sabots!

pour monter vers le Père qui m'attend et qui m'aime,
pour marcher sur la route avec mes joies et mes peines,
pour entrer dans la fête tout au bout du chemin,
tout en te demandant de me donner la main,
s'il te plait, Bernadette, donne-moi tes sabots!
Amen

Marie Louise Pierson

dimanche 19 février 2017

Qu’est-ce que le sacrement des malades ?

Qu’est-ce que le sacrement des malades ?

Les sacrements de l’Église sont des cadeaux de Dieu. Chaque sacrement est une rencontre avec le Christ, c’est un signe par lequel il nous donne son Esprit d’amour pour que nous vivions avec lui.

La vie est comme un tapis qui s’étale devant nous. La vieillesse, la maladie, un accident peuvent venir briser cette belle surface de notre existence. Depuis l’origine de notre vie, le Christ est présent, il reste visible pour nous accompagner sur le chemin.

Par le sacrement des malades, il communique la force de son Esprit à celles et ceux qui sont affaiblis par la maladie ou le grand âge.

Texte tiré du livret « Le sacrement des malades, se préparer », Éditions Salvator, février 2008

Ce sacrement de vie et de force sera donné le dimanche 12 mars 2017 lors de l’Eucharistie de 11 h à Saint Crépin.


Une rencontre de préparation est proposée à toutes les personnes désirant le recevoir le mercredi 1er mars 2017 de 14 h à 16 h au presbytère, 1 rue de la Madeleine à Château Thierry.

 Témoignage n°1 lors du dimanche de la santé :

Lors de mon passage dans un service de l’hôpital, une infirmière me demande d’aller voir une dame. Celle-ci d’environ 80 ans a eu beaucoup de gros problèmes de santé et par là-même d’hospitalisations dont cette dernière qui durait depuis plusieurs mois. Mais après avoir dit à plusieurs personnes de son entourage familial et médical qu’elle en avait assez et qu’elle ne voulait absolument d’acharnement médical, la veille de sa sortie, elle a fait un AVC massif. Ses yeux pouvaient encore communiquer et un seul bras bougeait, ce qui lui permettait malgré tout de refuser tout ce qu’on lui faisait, comme elle l’avait prédit.
Bien entendu, c’était très difficile pour tout le monde. Elle se voyait depuis quelques jours prisonnière de son corps et des soins ; et l’entourage familial et médical souffrait de leur impuissance et surtout de la voir ainsi.
            Devant cette demande, je dois y aller, mais me sens bien impuissante moi aussi. J’appelle évidemment le Seigneur pour prendre ma place. Puis je frappe doucement à la porte de la chambre, le mari m’accueille. Après m’être présentée au couple, le mari me dit « ma femme est très croyante même si elle s’est éloignée de l’église » et me raconte leur vie familiale et combien ils aiment leurs enfants et petits-enfants. Puis, je lui propose de faire un temps de prière, elle parait accepter. Son mari sort car, me dit-il, il ne croit pas.
            Je commence en nous présentant au Seigneur. Puis, je dis à cette dame que le Seigneur l’aime, qu’Il comprend qu’elle soit fatiguée de tous ces problèmes de santé et ce que ça entraîne. Je lui dis qu’elle seule peut savoir ce qu’elle veut et qu’avec le Seigneur, elle peut choisir. Après un petit temps, je lis l’évangile du jour « Celui qui accueillera un enfant comme celui-ci en mon nom, c’est moi qu’il accueille », je prie le « Notre Père » et le « Je vous salue Marie ». Durant tout ce temps, elle me regarde. Puis, je lui dis que je vais la laisser et lui propose de revenir, j’aperçois un sourire.
Quelques jours après, son mari m’accueille avec un grand sourire me disant qu’elle a accepté des soins et un peu d’eau ! Lors de ma visite, après un temps de prière, elle accepte que j’appelle le prêtre pour recevoir le sacrement des malades.
Quelque temps après, je peux prévenir l’aumônier de Villiers que cette dame arrive. Puis, c’est le SEM qui est prévenu.
Cette dame a choisi de vivre encore quelques mois. Elle a été un témoin de sa foi pour sa famille et pour certains soignants. Elle a montré comment l’Église peut être en lien et, comment Elle peut être « intermédiaire » du Seigneur pour choisir ou aider à choisir la vie !

  Témoignage n°2 lors du dimanche de la santé :
« Choisis la vie »

Je rendais visite régulièrement à Mme M. Dans nos conversations, il était souvent question de Dieu, de la vie de Dieu en elle et de sa propre relation à Dieu.

Un jour, elle me dit : « Vous savez, Catherine, j’ai décidé de vivre ! »

Je lui ai répondu que c’était assurément une bonne idée !

« Oui, j’ai décidé de vivre. Après tout, c’est pour vivre que Dieu nous a créé. Et pour vivre en Lui. Alors, j’ai décidé d’écouter son commandement : « Je mets devant toi la vie et la mort, choisis la vie et vis ! ». Ça ne va pas m’empêcher d’avoir mal, ça ne va pas empêcher la guerre et la faim dans le monde mais ça va apporter un peu de joie dans mon entourage. Une figure triste et pas rigolote, ça ne fait de bien à personne ! Alors voilà ! »

Mme M. a, en effet, traversé beaucoup de difficultés, des décès, des maladies mais elle a gardé jusqu’au bout cette volonté inébranlable de vivre par Dieu, avec Dieu et en Dieu.

En repensant à Mme M., je me dis que l’Esprit Saint souffle de bonnes inspirations qu’il est tout à fait à notre avantage d’écouter et de vivre !



Dimanche santé – 12-02-2017

lundi 13 février 2017

Méditation pour le temps de Carême

Passion et résurrection ou passion-résurrection ?
Les femmes membres de l’Action catholique des femmes répondent par un engagement permanent dans l’Eglise et dans la société de la foi de leur baptême. Or tout engagement s’inscrit, s’enracine dans la passion du Christ, une passion qui récapitule toute sa vie.  L’engagement trouve sa réponse à la Croix, une croix qui s’éclaire en regardant cette vie donnée. Jésus va à la mort dans une totale liberté, sa passion est son identité. Tout ce qu’il a à dire se voit et s’entend sur la croix. Il nous donne la vie dans sa passion. C’est tout le sens de sa résurrection. La passion-résurrection  est le lieu de la conversion permanente à l’amour. Car Jésus qui n’a fait que mettre la personne à sa juste place est mort parce qu’il a fait le bien et le bien est insupportable à certains…Et comment Jésus a-t-il pu donner autant ? Parce que lui-même avait reçu en abondance … Comprendre l’ampleur de l’amour qui nous est donné, c’est savoir à son tour donner en abondance. Nous recevons plus que nous ne le pensons, nous ne réfléchissons pas toujours ou pas assez à ce que nous avons reçu. Regardons dans nos vies et sachons demander au Christ de nous aider à comprendre l’échange d’amour infini entre son Père et lui. L’amour de Dieu peut se partager, il n’en sera jamais amoindri…
Equipe de l’Action catholique des femmes


D’après la Conférence de la bibliste Anne Soupa, le 4 février 2017. Halte spirituelle par l’ACF. Merville. Nord

lundi 6 février 2017

Diffuser la lumière !

(Mt 5, 13-16,5ème dimanche)
La lumière des astéroïdes de la politique est parfois éphémère et fragile, nous le constatons au départ de cette campagne pour l’élection présidentielle. Le carburant qui les propulse se tarit facilement, le sel semble s’affadir, dirait le langage biblique.
La lumière et le sel dont Jésus nous parle ne sont pas de même nature. Syméon, le fidèle priant au temple, a reconnu Jésus comme la lumière véritable révélée aux nations.
Ce que je découvre de la vie de l’Eglise au travers la paroisse me le montre. Lumière des nombreux engagements fidèles dans la prière, auprès des jeunes, les réponses généreuses aux nombreuses demandes de sacrements, l’accueil des familles aux funérailles etc… La saveur du sel, fondement de cet engagement, est entretenue par le lien au Christ vivant pour vivre du message que l’on veut annoncer. Il y a identité entre la lumière du Christ et la vie du Christ, entre sa parole et nos actions. Le message est destiné à être vécu pour être transmis. Capter sa saveur, pour la vivre et pouvoir la transmettre. Nous découvrons les perspectives profondes et infinies de cette mission commune d’Evangélisation. Elle est le fruit d’une démarche personnelle d’approfondissement de notre lien au Christ par la prière, la fréquentation de sa parole et le lien de la charité.
Des propositions (temps spirituels, recollections, partages de la Parole) lors du Carême approchant vont nous y aider
Avec ma prière et la vôtre,
Père Edouard


samedi 4 février 2017

Chorale paroissiale


Répétition chaque premier lundi du mois ... et donc rendez-vous ce lundi 6 février à 20h30 à l'église Saint Crépin de Château-Thierry.



Ce verset du psaume 29 pour nous mettre en route : 


Que mon coeur ne se taise pas, qu'il soit en fête pour toi,
et que sans fin, Seigneur, mon Dieu, 
je te rende grâce ! 

vendredi 3 février 2017

L'Association Familiale Catholique vous invite ...

L’AFC de Château-Thierry vous invite à venir écouter une conférence :
« Sur le chemin d’une éducation bienveillante »
Dimanche 5 février 2017 à 15h
au presbytère de Château-Thierry
(1, rue de la Madeleine)
Cette conférence sera animée par Anaïs Euverte, praticienne en relation d’aide et formatrice.
La conférence sera suivie de l’ASSEMBLEE GENERALE de l’association puis d’un goûter.
N’hésitez pas à venir avec vos enfants. Des animations sont prévues pour eux.


mardi 31 janvier 2017

Rendez-vous sur KTO !


Avec un reportage sur la diffusion du journal l'1visible Aisne sur le marché le 23 décembre à Château-Thierry !



Le Pape François rêve de communautés formées de « disciples missionnaires » ; quel écho dans l’Aisne ?
Notre évêque, Mgr Renauld de Dinechin, arrivé depuis décembre 2015, porte un premier regard sur les réalités de l’Église dans l’Aisne, dans l’émission de KTO «La vie des diocèses».
Après avoir rencontré tous les prêtres du diocèse et les différents acteurs de la vie de l’église diocésaine, et avant d’entamer ses visites pastorales, Mgr Renauld de Dinechin explique les impulsions missionnaires qu’il met en place pour renouveler le dynamisme des communautés paroissiales avec notamment le lancement du magazine gratuit «L’1vsible Aisne» ou les «24 heures pour le Seigneur». Le Père évêque évoque par ailleurs l’Académie Musicale de Liesse.

Rendez-vous le 30 janvier à 21h45 sur KTO pour la première diffusion.
Rediffusions : Mardi 31 janvier à 11h50 et 23h40 - Mercredi 1er février à 17h10 - Jeudi 2 février à 19h05 - Vendredi 3 février à 15h - Samedi 4 février à 10h30 et 23h20 - Dimanche 5 février à 7h.

Comment regarder KTO ?
-   Sur votre téléviseur via le câble. Voir explications sur www.ktotv.com/recevoir-kto (cliquer sur l’onglet «Box/Câble»).
- Sur votre ordinateur via http://www.ktotv.com/video/00135799/soisson-laon-et-saint-quentin (accès disponible uniquement à partir du 30 janvier à 21h45).


Diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin – Service Communication
9 rue des Déportés et Fusillés – CS 60166 – 02207 Soissons Cedex

dimanche 29 janvier 2017

messe du 28 janvier 2017 avec les mariés de 2016 et les fiancés de 2017, animée par les jeunes et les musiciens

Mets ta joie dans le Seigneur,
    compte sur Lui et tu verras,
         Il agira et t'accordera,
            plus que les désirs de ton cœur....


Viens Esprit de sainteté, viens Esprit de lumière, viens Esprit de feu, viens nous embraser......


Tournés vers l'avenir, nous marchons à ta lumière, Fils du Dieu vivant.

Tournés vers l'avenir,comme un peuple qui espère le soleil levant.


                 😏🎵😏🎵merci aux jeunes et aux musiciens😏🎵😏🎵

vendredi 20 janvier 2017

Atelier de la Parole

Rendez-vous : vendredi 27 janvier, à 20 heures, au presbytère de Château-Thierry


L’œcuménisme ne devrait pas être une matière à option pour les catholiques. Dans la foulée de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, l’Atelier de la Parole poursuit sa réflexion sur le Protestantisme. 
Après avoir évoqué la figure de Luther, nous allons partir à la découverte de l’histoire des Protestants dans le sud de l’Aisne. Au moment même où le moine réformateur affiche ses thèses contre les indulgences (1517), le diocèse de Meaux, autour de son évêque, Guillaume Briçonnet, connaît un grand moment de réforme et de vitalité évangélique. Les idées luthériennes vont pouvoir y prospérer, et c’est probablement depuis Meaux qu’elles se diffusent dans notre région. Dans les années 1550, on note la présence de protestants à Château-Thierry, Épieds, Charly-sur-Marne. À Essômes, le religieux augustin Pierre Picherel (né en 1510) professe une théologie qui paraît hésiter entre une « fidélité critique » à l’Église catholique et des positions franchement protestantes. Entre l’Édit de Nantes (1598) et sa Révocation (1685), les fidèles réformés de Château-Thierry disposent d’un temple logé dans un petit château situé à Nogentel, « la Maison forte ». Après 1685, une petite communauté protestante subsiste à Monneaux, où elle réussit à vivre assez paisiblement. Aux alentours de la Révolution française, elle fera construire le temple qui existe toujours aujourd’hui. Ce temple de Monneaux, qui ressemble beaucoup à une église de village, est donc beaucoup plus ancien que celui de Château-Thierry, dont on sait qu’il a été construit après la première guerre mondiale.   

     

jeudi 19 janvier 2017

Veillée oecuménique de prière ouverte à tous

Les membres des différentes Eglises chrétiennes de Château-Thierry et environs vous invitent à une veillée de prière pour l'unité des chrétiens
Au Temple de Château-Thierry
Place de l'Hôtel de Ville
vendredi 20 janvier 2017 à 20h30

Eglise catholique, Eglise protestante unie et Eglise évangélique.















Comme chaque année, les chrétiens sont appelés à vivre une semaine de prière pour l'unité – du 18 au 25 janvier. Le thème choisi pour cette année est inspiré de la parole de Saint Paul "L'amour du Christ nous presse" (2Co 5,14) et proposé par les Eglises d'Allemagne à l'occasion du 500ème anniversaire de la Réforme. 

pour approfondir