mardi 30 décembre 2014

Premier janvier 2015

MESSE à Saint Crépin à 10h 30

Ici les textes de la messe du premier janvier - Sainte Marie, Mère de Dieu


“Que le Seigneur te bénisse et te garde !
Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage,
qu’il te prenne en grâce !
Que le Seigneur tourne vers toi son visage,
qu’il t’apporte la paix !”
Ils invoqueront ainsi mon nom sur les fils d’Israël,
et moi, je les bénirai. »

Livre des Nombres



Message du Pape François pour le 1er janvier 2015

 « Non plus esclaves, mais frères » est le titre du Message du Pape François pour la Journée mondiale de la Paix du 1er janvier 2015.


1. Au début d’une nouvelle année, que nous accueillons comme une grâce et un don de Dieu à l’humanité, je désire adresser à chaque homme et femme, ainsi qu’à chaque peuple et à chaque nation du monde, aux Chefs d’État et de Gouvernement ainsi qu’aux responsables des diverses religions, mes voeux fervents de paix, que j’accompagne de ma prière afin que cessent les guerres, les conflits et les nombreuses souffrances provoqués soit par la main de l’homme soit par de vieilles et nouvelles épidémies comme par les effets dévastateurs des calamités naturelles.
Je prie de manière particulière pour que, répondant à notre vocation commune de collaborer avec Dieu et avec tous les hommes de bonne volonté pour la promotion de la concorde et de la paix dans le monde, nous sachions résister à la tentation de nous comporter de manière indigne de notre humanité.

LIRE LA SUITE ET L'INTEGRALITE DU MESSAGE DU PAPE FRANCOIS

samedi 27 décembre 2014

Dieu à visages humains, hommes à visage divin




Vous connaissez sûrement le chant de John Littleton « Si le bon Dieu revenait vivre chez nous ». Ce que j’aime dans ce chant, c’est la question que se pose John de savoir quel visage aurait le Christ s’il devait recommencer aujourd’hui l’expérience de Bethléem. Quels yeux aurait-il ? Serait-il métis, noir ou blanc ? Serait-il de souche ou juste admis, toléré ? Serait-il d’une famille "normale" ? Quelle serait-elle cette famille puisque chacun prend la sienne pour norme ? Serait-il porté par une mère ou né d’une mère porteuse ? Naîtrait-il sous la menace des bombes d’un Orient en crise ou prendrait-il le risque de nous transmettre la fièvre en venant d’une Sierra Leone sous virus Ebola ? A quoi ressemblerait son visage ? 

Loin de ce débat qui a l’avantage d’être spéculatif et ouvert, je nous invite à contempler ce visage artistique du Christ qui nous rappelle, à mon avis, l’enjeu et la magie de Noël. Le Fils de Dieu épouse notre visage pour que nos visages adhèrent au sien. Nous sommes son visage !


Accueillons donc comme « manifestation de la grâce de Dieu » tous les visages que nous allons rencontrer en ces temps de retrouvailles. Pensons à ceux qui se retrouveront seuls, face à leur propre visage ; qu’ils aient le courage de le contempler, afin de s’accueillir aussi comme manifestation de la grâce. 

Soyons le visage du Christ, visage qui accueille, visage qui élève, visage doux !

Doux Noël à tous !

Abbé Léon EDAYE

Manifestation cachée

Pour évoquer une manifestation, nous imaginons un cortège qui défile dans les rues. Et des comptes qui varient selon la police ou les organisateurs. Il s'agit alors de se faire voir, de se faire entendre.
L'Eglise fête plusieurs manifestations de Dieu, dont l'Epiphanie, c'est-à-dire "la manifestation", explicitée dans plusieurs prénoms : Stéphane, Stéphanie, Etienne (Christ devenu visible et reconnu), Epiphane, Théophane (Dieu manifesté aux hommes).
Le paradoxe d'un tel événement, c'est la jonction entre le projet de Dieu et l'attente des hommes. Le Dieu invisible est apparu dans la plus grande discrétion, au fond d'une crèche. Mais son étoile a guidé vers Lui des "mages".
Ils l'ont trouvé parce qu'ils Le cherchaient. D'où leur "Grande joie", selon l'Evangile de Matthieu. Je pense à tous ceux qui voudraient bien en savoir plus, à ceux qui regrettent de ne pas savoir prier, à ceux qui sont insatisfaits de beaucoup de choses. "Yalla", allons-y, disait Soeur Emmanuelle. En avant, vers la petite lumière !
Heureuse année à tous !


Bernard PROFFIT, curé

 

jeudi 25 décembre 2014

DIEU EST VENU CHEZ NOUS !

"Cadeau......."
Les célébrations de Noël sont déjà passées mais il nous en reste, d'abord des bons souvenirs comme les moments de prière et de recueillement mais aussi quelques photos que nous tenons à vous partager.


Nos messages du temps de l'Avent
sont offerts à Jésus
Des fleurs pour un anniversaire...

Notre Père
Notre Sauveur est né, alléluia!
 
Il est né le divin enfant!
.
Ceci est mon corps livré pour vous
Merci Seigneur de nous avoir fait vivre ces doux moments et de nous avoir redonné des forces pour débuter la nouvelle année qui vient 

Nuit de Noël

.... nuit de Noël,

"C'est fête sur terre, le Christ est né..."


















l'enfant Jésus est entouré et porté par les enfants jusqu'à la crèche








       "viens à la crèche voir le roi du monde"














"Il est né le divin enfant, jouez hautbois, résonnez musettes.
  Il est né le divin enfant, chantons tous son avènement".

... Découvrir cette exposition de crèches

Cliquer ici pour voir l'exposition de Nativités et de crèches au musée des Capucins de Gènes

Bénédiction de NOEL


Dans son amour infini,
Dieu a donné son Fils au monde
Pour en dissiper les ténèbres ;
Par le mystère de la nativité du Christ,
Il a fait resplendir cette nuit très sainte (ce jour béni) :
Qu’il nous sauve de l’aveuglement du péché
Et qu’il ouvre vos yeux à sa lumière.
Amen.


Il a voulu que les bergers reçoivent d’un ange
L’annonce d’une grande joie pour tout le peuple,
Qu’il mette en vos cœurs cette même joie
Et vous prenne comme messagers de sa Bonne Nouvelle :
« Aujourd’hui, il vous est né un Sauveur. »
Amen.


Par l’Incarnation de son Fils,
Il a scellé l’Alliance du ciel et de la terre :
Qu’il vous donne sa paix,
Qu’il vous tienne en sa bienveillance,
Qu’il vous unisse dès maintenant
A l’Eglise du ciel.
Amen.


 


mercredi 24 décembre 2014

NOEL 2014, entretien averc Mgr GIRAUD

Ce soir, Mgr Hervé GIRAUD, célébrera la messe de Noël dans la carrière de Confrécourt, en pensant aux soldats de 14 qui y ont vécu. Il nous en parle.


Entretien avec Mgr Hervé GIRAUD
L’Union, 24 décembre 2014 - propos recueillis par Laurence Picano

Mgr Giraud, pourquoi avoir choisi de dire la messe de Noël dans la carrière de Confrécourt plutôt que dans la cathédrale ? cliquer ici

NOEL, la promesse d'un possible


"... Je me prends parfois à rêver à cet enfant né il y a plus de 2000 ans.
Et je lui dis « Reviens, reviens aujourd’hui ! »
Mais alors, où faudrait-il chercher l’étoile pour le trouver ?
Dans un camp de Roms délabré ?
Dans la banlieue d’une grande ville oubliée ?
Dans un camp de réfugiés surpeuplé ?
Sur un bateau d’immigrés africains ?
Dans un pays en guerre, rongé par la peur et la faim ?
Près de ces salariés en grève inquiets pour leur avenir ?
Près de tous les travailleurs malmenés soumis au diktat de la finance, pris pour des pions que l’on balance ?

À nouveau en Palestine où Il est né ?
Parce que là-bas, y’ en a des murs à faire tomber !
Mais finalement, si on regarde bien l’étoile de Noël, elle scintille.
Chaque fois que des gestes de solidarité se tissent entre amis, avec les collègues, en famille.
Chaque fois que tu frappes à la porte de cette vieille dame, seule et que tu fais entrer le soleil dans sa demeure.
Chaque fois que des enfants, ensemble, décident de mener une action pour moins de pollution.
Chaque fois que des jeunes prennent en charge leur avenir et se mettent à plusieurs pour tenir.
Chaque fois qu’on invente des lieux de parole où les plus démunis osent exprimer le poids d’une vie bousculée pour repartir chez eux apaisés.
Chaque fois que sont menées des actions citoyennes, politiques ou syndicales pour moins de précarité et plus de justice sociale.
Chaque fois que la guerre fait place à la paix Et que la haine fait place à l’Amour.




Dépasser nos limites


Bernard PROFFIT, curé de la paroisse Saint Crépin les Vignes nous parle en ce quatrième dimanche de l'Avent


On fait parfois tout un plat pour rien, juste un petit oubli ou un mot mal compris. Mais ces petits riens de la vie ne sont pas anodins. Nous le ressentons  vivement : "Elle est venue me saluer", "il a changé son rendez-vous pour moi", "il a tenu compte de mon idée…"

L'ouverture d'esprit ou le repli qui nous habitent, rejaillissent sur le moindre de nos gestes ou l'inconscient de nos paroles. Dieu le sait; les autres le ressentent. Cela nous provoque à "sortir" de nous-mêmes, à la suite d'un Dieu qui ne reste pas enfermé dans son ciel. Il frappe à la porte de Marie.
Comment "sortir" ?

- En allant plus loin, plus profond, avec nos proches. Les fêtes de fin d'années nous donneront l'occasion de les côtoyer ou, mieux, de les rencontrer.
- En élargissant nos centres d'intérêt, nos lectures, nos rencontres, nos invitations…
L'amour de Dieu n'est plus un secret
quand, dans nos vies, il transparaît.