CLIQUER SUR LE FLYER POUR EN SAVOIR PLUS

dimanche 29 mars 2015

Méditation en lisant la Passion du Christ selon Saint Marc


     ...  Jésus est l’acteur principal de la Passion. Cependant, arrêtons de faire de la pensée magique, en disant qu’il a souffert plus que tout le monde. Des victimes, des femmes, des hommes et des enfants qui ont été torturés et tués injustement, il y en a plein dans l’histoire du monde. Par ailleurs, ce que l’histoire théologique de Jésus nous apprend, c’est que sa passion, ses souffrances et sa mort, nous font prendre conscience, qu’à travers Jésus, Dieu a voulu se solidariser avec nous, avec nos passions, nos souffrances et nos morts. Jésus, souffrant sa passion, représente toutes celles et tous ceux qui, dans notre humanité, sont crucifiés d’une manière ou d’une autre, par le mal, l’épreuve, la maladie, la faiblesse, la brutalité, la solitude et l’injustice. Toutes celles et tous ceux qui sont victimes de trahison, d’abandon, de calomnie ou de jugement inique, de torture physique ou morale… Tous ceux-là peuvent se reconnaître en Jésus Christ : « Avec le Christ, dit saint Paul, je suis un crucifié » (Ga 2,19). Ce qui veut dire que le Christ est proche de nous sur nos chemins de croix. Nos luttes sont à l’image de son combat contre le mal et l’injustice. Et c’est pourquoi, il nous faut aller jusqu’au bout, sans compromission, si nous voulons lui ressembler. Il nous faut toute une vie pour y arriver; vaut mieux commencer dès maintenant. En attendant, on peut aussi nous situer par rapport aux autres acteurs du drame, présentés par saint Marc …

Ces autres acteurs du drame, il nous est difficile de les regarder de loin, comme si nous n’avions rien de commun avec eux : un des derniers repas de Jésus se prend chez Simon le lépreux, donc un exclu… et, au cours du repas, une femme, sans nom, vient embaumer Jésus avant sa mort; elle vient parfumer la tête de celui qui sera couronné d’épines (Mc 14,3). Cette femme est critiquée sévèrement pour une question d’argent (Mc 14,4-5). Jésus dit pourtant : « Partout dans le monde, on racontera, en souvenir d’elle, ce qu’elle vient de faire » (Mc 14,9). Tous les exclus d’aujourd’hui, de la société et de notre Église, peuvent se reconnaître dans Simon le lépreux ou dans cette femme sans nom qui ont une place de choix dans le cœur du Christ de Pâques. Ils sont les choyés de Dieu. Il ne faut surtout pas oublier cela…

Et les autres maintenant : Judas nous rappelle nos trahisons en amitié, en amour, avec une parole donnée. Pierre nous renvoie à nos reniements et à nos abandons, alors que nous nous croyons meilleurs que les autres. Les disciples endormis, puis en fuite, ne sont-ils pas le reflet de nos assoupissements et de nos manques de courage quand il s’agit de nous mouiller, de témoigner? Pilate n’évoque-t-il pas nos propres lâchetés devant Dieu et devant les hommes quand nos intérêts personnels passent avant la justice et la vérité? Par contre, d’autres acteurs de la Passion ont fait preuve de courage et de foi : Simon de Cyrène, qui a porté la croix aux côtés du Seigneur; il incarne nos accompagnements fraternels de ceux qui souffrent ou qui sont exclus. Ce jeune homme vêtu d’un drap, c’est sans doute Marc lui-même qui, comme Alfred Hitchcock, entre dans son récit pour lui donner plus de crédibilité; c’est ce même jeune homme qu’on retrouve au matin de Pâques, assis sur le tombeau, cette fois, vêtu d’une robe blanche, le vêtement de la Résurrection. Ce jeune homme, c’est Jésus lui-même, dévêtu, pour exprimer la mort, mais c’est aussi le Christ vêtu de blanc pour exprimer la Résurrection. Ce jeune homme représente aussi tous les chrétiens qui acceptent d’être dévêtus, c’est-à-dire dépossédés d’eux-mêmes, de leur propre vie, pour revêtir le Christ ressuscité. Le Centurion romain qui rend hommage au Crucifié, nous le rejoignons, lorsque nous témoignons de notre espérance chrétienne. On pourrait continuer avec tous les personnages du récit… Dans lesquels nous reconnaissons-nous?

La Passion du Christ se poursuit encore aujourd’hui, sous nos yeux, en même temps que sa Résurrection… Quel rôle jouons-nous? On peut avoir l’impression que nos chemins de croix s’éternisent… C’est vrai! Mais n’oublions pas qu’ils débouchent nécessairement sur le soleil du matin de Pâques; sinon, nos croix sont inutiles et nos chemins ne nous conduisent nulle part… Bonne Semaine Sainte!
Une partie de cette méditation a été partagée lors de la messe des RAMEAUX à Blesmes par l'abbé Pierre RIME.



lundi 23 mars 2015

Bienveillance active de Samantha

Ce samedi, l’interprète CCFD se trouvait gênée pour traduire en portugais le mot "bienveillance", manifestant ainsi la subtilité de cette attitude qui n'est pas seulement spirituelle.

Quelques minutes auparavant, une petite fille de 9 ans, belle figure ronde et souriante, nous l'appellerons Samantha, avait donné la définition... en acte.

Elle est venue sonner au presbytère.
Elle veut savoir quel  jour ses copines auront catéchisme, parce qu'elles étaient malades la dernière fois. Elle ne connaît que leurs prénoms, mais on finit par trouver.
- Tu es dans leur groupe de caté ?
- Non, moi, je ne vais pas au catéchisme.
- Tu as peut-être une autre religion ?
- Oui, je suis musulmane. Mais il faut que tout le monde puisse suivre sa religion !

Bravo Samantha ! Bravo à ses parents et à ses éducateurs ! 

Visite du Moulin de Brisé avec le partenaire CCFD

Ce samedi, à Monthiers,
le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD Terre solidaire)
organisait une rencontre au Moulin de Brisé pour découvrir et échanger.
Après la visite des lieux furent exposés divers projets associés à ce lieu  :
- remise en état de la scierie et de la roue à aubes qui l'alimente (gestion économe de l'énergie)
- chantiers de formation à l'économie solidaire
- culture et poulailler pour une bonne alimentation...


Ensuite, au milieu des machines anciennes qui reprennent vie, un témoin CCFD venu du Mozambique, Gratiol, présenta son pays et diverses problématiques liées à la défense des paysans pour que les lois soient appliquées, face à la puissance de groupes étrangers. La photo d'un avocat assassiné au début de ce mois illustrait tristement le dur combat que le CCFD soutient.


Merci à tous ceux qui se sont impliqués dans l'animation de cette réflexion. 

samedi 21 mars 2015

Dixième station. Méditation de l'aumônier adjoint de la prison

 JÉSUS EST DÉPOUILLÉ DE SES VÊTEMENTS

   Quand Joseph, le fils de Jacob est rejoint par ses frères, ceux-ci le dépouillent de sa tunique.
   Aujourd'hui, il existe toujours, au milieu de nous des êtres dégradés, séparés, des êtres dépouillés.
  Quand un homme a commis un méfait, il est, après jugement des hommes trop souvent dépouillé. La déchirure la plus pesante pour un détenu, c'est la séparation.
   Son présent se résume à une attente où se mêlent le désir de sortir et la peur de sortir. Le détenu se retrouve déchiré entre la peur et le désir.
   Dépouillé entre ces deux émotions intenses,c'est aussi Jésus. Jésus au milieu des gardes, Jésus dépouillé.
  Quand j'échange avec un détenu, je vois qu'il a au fond de lui cette part de conscience de sa réalité, du mal qu'il a commis et du désir d'être pardonné. C'est à ce moment que je veux l'encourager, car il est plus difficile de se pardonner que de pardonner aux autres.
  A ce moment-là aussi, c'est bien Jésus que je rencontre dans cet espace si confiné. Et c'est encore Jésus qui m'accompagne quand j'arbore fièrement sur ma poitrine ma petite croix en bois qui devient mon 'passe-portes' dans cette prison.
   Et nous, avons-nous déjà été dépouillés ? "

En union avec la famille de notre diacre Bernard COLAS

Notre paroisse s'associe à la peine et à l'espérance
de la famille de notre diacre Bernard COLAS.

Les funérailles de sa maman,
Mme Suzanne COLAS, décédée à l'âge de 94 ans
seront célébrées à l'église saint Crépin
le mercredi 25 mars, à 15 h 30.

Nous sommes invités à y participer
ou à nous y unir par la prière.

mercredi 18 mars 2015

Atelier de la Parole pour mieux vivre la Semaine Sainte

Ce jeudi 19 mars, à 20h30
l'Atelier de la Parole s'ouvre à toute personne intéressée
pour mieux comprendre la dynamique et le contenu des trois jours saints :
Jeudi saint, Vendredi saint et fête de Pâques ( "triduum" pascal).
 
Pierre MORACCHINI nous aidera à en saisir la chronologie 
afin de mieux vivre les célébrations prochaines.

mardi 17 mars 2015

Les Scrutins se vivent en paroisse,...

E        Jésus nous invite à choisir à l’exemple d'Alexandra, Karine, Nadine, Pascal, Priscilla, Roberte, Véronique, Virginie qui se préparent au Baptême et à la 1ère des Communions
            - ainsi que Monique, Nadia et Roger qui se préparent à communier pour la 1ère fois dans la Nuit de Pâques. 

 Pour suivre le Christ, il est important de se confier au Seigneur qui scrute les cœurs, qui les connaît. Les futurs baptisés doivent faire grandir leur désir d'être purifié par le Christ ; eux aussi doivent scruter leur cœur pour reconnaître qu'ils ont des choix à faire pour vivre en chrétiens. Il savent qu'ils peuvent compter sur la force du Christ pour être libéré du péché. 

Trois gestes importants sont accomplis  : 

Premier scrutin , 3ème dimanche de Carême : L'imposition des mains, 

afin de les libérer de tout mal et de les purifier intérieurement 

2ème scrutin, 4ème dimanche de carême : l’onction d’huile 
ils vont vivre une nouvelle étape catéchuménale : le Seigneur qui scrute les cœurs vient avec le geste de l’onction d’huile  les fortifier intérieurement et les éclairer de Sa Lumière.

Le Seigneur invite les catéchumènes à purifier leurs cœurs et leurs intelligences ; le Seigneur vient les fortifier contre les tentations, convertir les intentions, stimuler les volontés afin que les catéchumènes s’attachent plus profondément au Christ et poursuivent leur effort pour aimer Dieu.



 5 ème dimanche de carême .  La remise du symbole de la Foi, le Credo, pour affermir leur Foi. 
Pour les catéchumènes, c'est une préparation à recevoir la Vie Nouvelle de Dieu, à se rendre plus disponibles, plus attentifs, plus accueillants à sa présence et à ses appels, afin de se laisser transformer par Lui. Nous sommes tous invités à porter dans notre prière, Alexandra, Karine, Nadine, Pascal, Priscilla, Roberte, Véronique, Virginie, Monique, Nadia et Roger

lundi 16 mars 2015

Devant la 6ème station, que dit la pastorale de la Santé


Ton Visage imprégné


... que sur le voile ?


            On nous dit que ton visage Seigneur, est imprégné sur le voile de cette femme. Visage portant toutes les souffrances : la tienne et celle de chaque personne de ce monde ; et aussi, j'en suis convaincue, Visage respirant la Tendresse et l'Amour de Ton Père, notre Père. Oui, je n'en doute pas, Ton visage disait l'Espérance dans la souffrance.
            Lorsque nous rencontrons des personnes malades et/ou âgées, nous voyons des visages marqués par la souffrance, les questions, les incompréhensions...
Souvent en pastorale de la santé, lorsque nous Te laissons place Seigneur dans notre cœur (d'ailleurs pourquoi ne T'en laissons-nous pas toujours ?), Tu nous permets de rejoindre ces personnes dans leurs souffrances et aussi dans les jolis moments de leur vie... Alors, l'Espérance peut faire surface et nous pouvons T'apercevoir... alors nous pouvons être touchés au plus profond de nous jusqu'à être transformés, imprégnés de ces visages et de Ton Espérance.
Par la suite, en équipe, nous avons la grâce de pouvoir dire
« Le Seigneur était là… et je ne le savais pas » Gn 28, 16

Pardon Seigneur de ne pas Te laisser place plus souvent !
Merci Seigneur de nous imprégner de Ta tendresse et de Ton amour, à travers les visages que nous rencontrons dans tous les instants de la vie !
Aide-nous Seigneur à ouvrir notre cœur pour T'accueillir et Te rencontrer à travers les personnes qui nous entourent !



dimanche 15 mars 2015

Rendez-vous le 21 mars



Prendre soin de notre Terre

samedi 21 mars 2015
Rendez-vous à 15 h
au Moulin de Brisé à Monthiers
pour découvrir et échanger …
- L’aventure du Moulin de Brisé… ou le choix d’une vie simple et  fraternelle.
- Au Mozambique, comment faire respecter les lois quand mines et forêts sont très convoitées … pas facile et même dangereux : avec Joaquim Consula, partenaire CCFD.
- Et chez nous : objectifs, réalisations et soucis de l’association castelle : « Vie et Paysage ».

Au plaisir de se retrouver au Moulin de Brisé
(fléché à partir de l’église de Monthiers),

L’équipe CCFD de Château-Thierry

jeudi 12 mars 2015

Au revoir au Père Hervé GIRAUD - mardi 31 MARS à 19 H

Bonjour,
Comme vous le savez, le Pape François a nommé Monseigneur Hervé Giraud, archevêque de Sens-Auxerre et prélat de la Mission de France.
Nous sommes tous invités, pour ceux qui le peuvent, à participer à la
messe chrismale :
Mardi 31 mars 2015 à 19h à la Cathédrale de Soissons.
Al’issue de celle-ci, un verre de l’amitié nous rassemblera pour exprimer notre reconnaissance et dire au revoir au Père Hervé Giraud vers 20h30 à l’école de l’Enfant Jésus (entrée rue d’Héricourt).
Un cadeau lui sera offert à cette occasion. Si vous le souhaitez vous pouvez y participer en envoyant votre contribution au Centre diocésain Economat - 9 rue des déportés et fusillés - CS 60166 - 02207 
 Merci de préciser avec votre don «Cadeau Evêque)
Dans la joie de nous retrouver une dernière fois autour du Père Giraud.
L’équipe épiscopale


Mgr Hervé Giraud sera installé le dimanche 19 avril 2015 à 16h en la cathédrale de Sens.Nous y sommes conviés.



dimanche 8 mars 2015

Devant la 5ème station, que dit une famille

"Simon de Cyrène a été réquisitionné pour aider Jésus à porter la Croix. Simon regarde Jésus ; son regard est rempli de peine et de compassion envers lui, Jésus semble si calme face à son destin...
Mais nous, au fond de nous, sommes-nous un Simon ?
Seigneur, fais que nous ouvrions nos yeux et nos coeurs et que nous soyons disponibles à aider ceux qui nous entourent, à les aider à porter leur Croix juste par amour...
   Nous aussi, nous pouvons avoir besoin d'un Simon, alors, Seigneur, merci de mettre sur les chemins de notre vie, un Simon, pour nous aider à traverser les difficultés que nous pouvons rencontrer..."

samedi 7 mars 2015

Entourons de notre prière les catéchumènes

11 adultes de notre paroisse se préparent depuis deux ans à recevoir le BAPTEME et/ou à COMMUNIER pour la première fois dans la Nuit de PAQUES 2015.

Après l'appel décisif le 22 février dernier à la cathédrale de Soissons, ils vont vivre l'étape des scrutins au cours de la messe de 11 h à l'église Saint Crépin les 8,15 et 22 mars.

Les scrutins ont un double but : faire apparaître dans le coeur de celles et ceux qui sont appelés 
- ce qu'il y a de faible, de malade, de mauvais pour le guérir
- et ce qu'il y a de bien, de bon et de saint pour l'affermir 


Ce temps des "scrutins" est fait pour purifier les coeurs et les intelligences, fortifier contre les tentations, convertir les intentions, stimuler les volontés afin que les catéchumènes s'attachent plus profondément au Christ et poursuivent leur effort pour aimer Dieu.
Ils donnent aux futurs baptisés la force du Christ qui est pour eux le Chemin, la Vérité et la Vie.
(Rituel de l'initiation chrétienne des adultes)

jeudi 5 mars 2015

Mgr Hervé GIRAUD quitte l'Aisne

Ce 5 mars 2015 à midi, le pape François a nommé
Mgr Hervé GIRAUD,  archevêque de Sens-Auxerre
et prélat de la Mission de France.
Il sera installé à Sens le 19 avril prochain.
 

dimanche 1 mars 2015

Regard bienveillant ?

A propos du texte où "les Juifs ne fréquentent pas les Samaritains", des enfants de l'école de prière à Cerfroid n'en finissaient pas de citer des soucis de fréquentations, dans leur village, leur école ou leur vie de famille, quelles que soient les générations.

Autrefois, on se mélangeait peu. Parfois on se faisait la guerre entre villages ou entre quartiers d'un même bourg. De préférence, on se mariait avec des gens "comme nous" : mêmes coutumes, mêmes interdits, même éducation…


Aujourd'hui, on voyage beaucoup et des gens élevés loin de nos réseaux habituels viennent vivre chez nous. Comment vivre ce choc culturel et religieux provoqué par ces mutations ? S'ils ne partagent pas nos convictions religieuses, c'est encore plus difficile. J'entends souvent des chrétiens mal à l'aise, voire même inquiets.


Comment utiliser les pierres de nos murs, pour édifier des ponts ? C'est nous qui choisissons d'être ou non, bienveillants. Nous décidons que cet homme, cette femme, cette famille, différents, étranges, méritent, comme nous, d'être aimés.


Préférons les "médias" qui aident à comprendre et connaître. Décidons-nous à saluer, à rencontrer et disons autour de nous plutôt ce qui peut aider au rapprochement que tout ce qui renforce les peurs.

Sommes-nous bienveillants ?

Bernard PROFFIT, curé.