jeudi 30 avril 2020

Lien paroissial : jeudi 30 avril 2020

Jeudi 30 avril, mémoire de saint Pie V, pape de 1566 à 1572).
Il appliqua la réforme du concile de Trente, promulgation du catéchisme, le bréviaire, le missel romain. Il a structuré la liturgie et la vie des prêtres, formé les chrétiens. La liturgie de la messe portant son nom est encore appréciée et pratiquée de nos jours.

La messe. Les textes : Ac 8, 26-40 ; Ps 65 ; Jn 6, 44-51.
Lire ici les textes de la messe du jour
«  Moi, je suis le pain vivant descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai c’est ma chair, donnée pour la vie du monde »
L’Eucharistie en cela est la source et le sommet de la vie de l’Eglise. Et nul ne peut avoir Dieu pour Père s’il n’a pas l’Eglise pour mère (saint Cyprien de Carthage). Nous mesurons ainsi encore plus la portée de la privation de la sainte messe. Ce temps de désert purifie en nous l’attachement au Père et au cœur de l’Eglise par une vie plus en retrait nourrie par la prière et la parole de Dieu.

Et après ?
Pour que les choses ne soient plus comme avant, il faudrait que le regard sur l’homme (l’anthropologie), considère la dimension spirituelle. Les politiques, portés aux responsabilités par l’élection et donc reflets d’une société qu’ils dirigent pour un temps, sont des gérants performants de la dimension matérielle considérant la dimension spirituelle comme optionnelle et du domaine de la subjectivité. Or, la constitution démocratique est garante du libre exercice du culte. Force est de constater qu’il est mis au niveau d’un droit de réunion quelconque, comme on peut être autorisé d’aller au cinéma. La colère des évêques et de beaucoup de chrétiens monte, stupéfaits de voir le culte catholique traité comme un accessoire. 
Or, il s’agit de tout un peuple qui est écarté voire infantilisé. Il ne pourra y avoir un après qu’à cette seule condition de réhabilitation de l’âme. Le rôle éminemment social qui en découle est un service bienfaisant et nourrissant pour la société. Le traitement du deuil et de la mort devient de plus en plus insupportable pour les familles. Les conséquences seront durables et profondes.

Confinement n’est pas affadissement. Aux chrétiens d’arborer le gilet blanc de leur baptême et de faciliter la circulation aux rond points des âmes. L’expérience vécue par beaucoup rendra sans doute la circulation plus fluide du côté des usagers. C’est notre prière douloureuse.
Nous entendons aussi la parole apaisante du pape François qui avertit de tout faire pour qu’une nouvelle pandémie ne se réveille pas.


Précision importante : l’église saint Crépin reste ouverte de 7h30 à 19h, 7/7j l’adoration est le jeudi de 19h-21h. Le déconfinement permet de passer de manière responsable, comme actuellement.

Le dimanche approche, merci de ne pas oublier la quête « boite aux lettres ou électronique (en cliquant ici ou là). Il s’agit de durer et préparer la suite !
« Peuples, bénissez notre Dieu ! Faites retentir sa louange, car il rend la vie à notre âme, il a gardé nos pieds de la chute » Ps 65

Demain, 1° Mai, saint Joseph travailleur à l’honneur et début du mois de Marie
Lire ici les textes de la messe du premier mai
P. Edouard, Nestor et Pierre.


mercredi 29 avril 2020

Lien paroissial mercredi 29 avril

29 Avril, fête de sainte Catherine de Sienne (1347 – 1380) patronne de l’Europe.

Une mystique de feu, toute cachée dans les blessures du Christ, elle portait avec douleur la situation dramatique de l’Eglise. Elle réussit à persuader le pape Grégoire XI » d’aller surveiller son troupeau du haut des collines de Rome et non de celles d’Avignon ». Prions avec le pape pour l’unité et le sursaut de l’Eglise en Europe. Selon François, la persécution des chrétiens est bien sur intense car la parole de vérité dérange, mais la victimisation n’a pas toujours sa place. En effet, il y a le mépris des hommes  qui est de notre faute quand nous perdons la saveur du Christ et la fidélité à l’Evangile.


·     La messe du jour. Les textes : 1 Jn 1,5 à 2,2; Ps 102; Mt 11,25-30.
« Venez à moi vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur et vous trouverez le repos pour votre âme»
Un joug a deux places : celle du Christ et la nôtre. C’est donc moins lourd pour tirer et, en fait, c’est lui qui tire. C’est un bon rappel en ce temps de peine. Oui, « bénis le Seigneur, ô mon âme! « (Ps 102) car tu as révélé aux tout petits les mystères du Royaume.

·   
Le Mois de Mai se passera au Cénacle à invoquer l’Esprit saint sous le manteau de Marie dont c’est le mois de prière.
En effet, à l’écoute des déclarations du premier ministre à l’assemblée nationale mardi 28 concernant l’Eglise (et les cultes) : pas de célébration publique de la messe avant début juin (objectif Pentecôte ?) si tout va bien…Les funérailles restent possibles à 20 personnes maximum en église ou au cimetière. Les évêques interrogent le gouvernement sur les modalités concrètes en juin et sur la possibilité de reprise de réunions  à 10 personnes maximum durant le mois de mai au regard des baptêmes, mariages et autres groupes. Les chrétiens sont mécontents mais disciplinés. Le premier ministre a évoqué ces questions  sans plus et en évoqué quand même la souffrance des familles en deuil. Nos évêques n’ont pas été vraiment écoutés : à suivre.
Néanmoins, nous sommes invités à encourager les familles frappées par un deuil à ne pas renoncer aux funérailles à l’église.

·     Nous avons été visités par notre évêque par vidéo conférence avec les prêtres du secteur. Nous sommes au goût du jour ! Mais nous aspirons à une communion moins virtuelle et vivre la communion avec tous les fidèles.

·      Priez pour la petite Honor-Marie (retrouvée dans la Marne après deux mois) dont les funérailles auront lieu à l’église saint Crépin lundi matin (à vingt personnes puisque aucune dérogation n’est accordée).

Regina caeli laetare, alleluia, quia quem meruisti portare, alleluia, resurrexit sicut dixit, alleluia ;  ora pro nobis Deum, alleluia.

Portez-vous bien et à demain,

Père Edouard, Nestor et Pierre.

mardi 28 avril 2020

COMMUNIQUE DU CONSEIL PERMANENT SUITE AUX ANNONCES DU PREMIER MINISTRE CONCERNANT LE DECONFINEMENT

Paris, le 28 avril 2020

Le Premier Ministre a annoncé ce 28 avril 2020 que les célébrations avec assemblées ne pourraient reprendre qu’à partir du 2 juin, même si les lieux de cultes pourraient rester ouverts comme ils le sont aujourd’hui, que la liturgie des obsèques pourrait toujours être célébrée, tant dans les églises que dans les cimetières, en limitant le nombre de participants à 20.

Le Conseil Permanent de la Conférence des évêques de France, au nom de tous les évêques, prend acte avec regret de cette date qui est imposée aux catholiques et à toutes les religions de notre pays. Nous partageons le souci du Gouvernement de limiter au maximum la circulation de l’épidémie, mais nous voyons mal que la pratique ordinaire de la messe favorise la propagation du virus et gène le respect des gestes barrières plus que bien des activités qui reprendront bientôt. La dimension spirituelle et religieuse de l’être humain contribue, nous en sommes persuadés, à la paix des cœurs, à la force dans l’épreuve, à la fraternité entre les personnes, et à toute la vie sociale. La liberté de culte est un élément constitutif de la vie démocratique. C’est pourquoi les évêques souhaitent rencontrer les pouvoirs publics, nationaux ou locaux, pour préparer la reprise effective du culte.

Les catholiques ont respecté et respecteront les consignes du Gouvernement. Le Conseil Permanent des évêques de France encourage vivement les familles qui seraient frappées par un deuil à ne pas renoncer aux obsèques religieuses, même si tous les membres de leur famille ne peuvent pas se réunir. Elle encourage aussi les fidèles à se rendre dans les églises pour y prier individuellement ; elle recommande aux diocèses et aux paroisses de continuer à proposer les moyens nécessaires à leur vie de foi. L’Église de France évaluera par ailleurs comment ce cadre nouveau permet la reprise de certaines activités caritatives étant données les situations de précarité dont elle est témoin.

La fête de la Pentecôte devrait marquer, sauf reprise de l’épidémie, la fin du confinement sévère en matière de vie liturgique et sacramentelle. Le Conseil Permanent des évêques de France invite les catholiques à vivre le mois de mai comme un mois « au Cénacle » dans une prière instante pour le don de l’Esprit Saint et comme un mois marial.

Mgr Éric de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims, Président de la CEF,
Mgr Dominique Blanchet, évêque de Belfort-Montbéliard, vice-président de la CEF,
Mgr Olivier Leborgne, évêque d’Amiens, vice-président de la CEF,
Mgr Michel Aupetit, archevêque de Paris,
Mgr Jean-Pierre Batut, évêque de Blois,
Mgr Jean-Marc Eychenne, évêque de Pamiers,
Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen,
Mgr Philippe Mousset, évêque de Périgueux,
Mgr Matthieu Rougé, évêque de Nanterre,
Mgr Pascal Wintzer, archevêque de Poitiers

lundi 27 avril 2020

Lien paroissial lundi 27 avril

- La messe dans le calme du petit matin et la fraîcheur de l’esprit. Les textes : Ac 6, 8-15 ; Ps 118 ; Jn 6, 22 – 29.
Lire ici les textes de la messe du jour

                        Jésus fait miracles et prodiges. Les gens viennent à lui pour de fausses raisons qui ne le trompent pas car la vraie nourriture, déclare-t-il, ce ne sont pas quelques pains que je vous ai donné à profusion mais celle qui demeure jusque dans la vie éternelle. C’est le moment pour Jésus de provoquer chez eux la bonne question : comment travailler aux œuvres de Dieu ? « C’est de croire en celui qui m’a envoyé ». Œuvre exigeante comme le montrera Etienne jusqu’au au prix de sa vie face aux juifs du grand conseil.
                      Dit pour aujourd’hui, comment être chrétien. Ne pas se tromper d’œuvre, d’engagement. Bien sûr nous ne sommes pas une ONG nous avertit François. Tu dois néanmoins vivre pour servir afin que, te voyant vivre, on te découvre chrétien. C’est à ce moment là que tu peux attester ta foi dans le Seigneur. Paul VI l’affirme dans l’encyclique « l’annonce de l’Evangile » (evangelium nuntiandi) : il n’y a pas de véritable évangélisation si, à un moment où à un autre, le chrétien n’atteste pas au nom de qui il agit. Ne pas se contenter de faire du bien par le service, ce qui est un préalable incontournable, mais témoigner du Christ. « L’Eglise n’est pas hors du monde, elle est au cœur », comme un hôpital de campagne qui soigne les blessures urgentes. La plus mortelle est l’incroyance. Un chrétien qui vit comme un païen se laisse affadir comme le vieux sel et prive son prochain d’un accès au Royaume.
Défi pour les confinés ! Défi pour l’Eglise dont la vocation est d’être au cœur du monde.

- Un père de famille de me dire que depuis le confinement, ils ont pris l’habitude de prier à heure fixe avec les enfants et son épouse. Petits signes de bénédiction, prière comme ultime action de la journée et « hop » au lit les enfants.

- Une vieille maman dans un Ehpad, son époux ne pouvant plus assurer la visite quotidienne, s’est laissée gagner par le renoncement, elle est décédée. Sa vie durant, elle aimait visiter les malades en hôpitaux. Heureuse es tu car tu as visité le Christ qui te conduit maintenant dans la maison de son Père et de ton Père. Toutes tes larmes seront asséchées et la Paix est dans ton coeur.

- « Allo, la paroisse saint Crépin, dites-moi quand les messes recommencent que je puisse redonner le moral à mon mari » (sur répondeur).

A demain, 
P. Edouard, Nestor et Pierre

Lettre du Pape François aux fidèles pour prier avec Marie en ce mois de mai 2020

Ecouter ici l'invitation du Père Edouard 

Lire ici les 2 prières proposées par le Pape François

Chers frères et sœurs,

Le mois de mai est désormais tout proche, mois où le peuple de Dieu exprime avec une particulière intensité son amour et sa dévotion pour la Vierge Marie. Il est de tradition, en ce mois, de prier le Rosaire à la maison, en famille. Une dimension, la dimension domestique, que les restrictions de la pandémie nous ont “contraints” à valoriser, également du point de vue spirituel.

J’ai donc pensé proposer à tous de redécouvrir la beauté de prier le Rosaire à la maison pendant le mois de mai. On peut le faire ensemble ou personnellement ; c’est à vous de choisir selon les situations, en évaluant les deux possibilités. Mais, de toute manière, il y a un secret pour le faire : la simplicité ; et il est facile de trouver, aussi sur internet, de bons modèles de prières à suivre.

De plus, je vous offre les textes de deux prières à la Vierge que vous pourrez réciter à la fin du Rosaire, et que je réciterai moi-même pendant le mois de mai, uni à vous spirituellement. Je les joins à cette lettre de sorte qu’elles soient mises à la disposition de tous.

Chers frères et sœurs, contempler ensemble le visage du Christ avec le cœur de Marie, notre Mère, nous rendra encore plus unis comme famille spirituelle et nous aidera à surmonter cette épreuve. Je prierai pour vous, spécialement pour ceux qui souffrent le plus, et vous, s’il vous plait, priez pour moi. Je vous remercie et vous bénis de tout cœur.

Rome, Saint Jean de Latran, 25 avril 2020
Fête de Saint Marc Evangéliste

samedi 25 avril 2020

Lien paroissial samedi 25 avril

Samedi 25 avril, fête de saint Marc, évangéliste.

- La messe, 1P 5b-14 ; Ps 88 ; Mc 16, 15-20.
Lire ici les textes de la messe de samedi
Dieu s’oppose aux orgueilleux, aux humbles il accorde sa grâce…Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, puisqu’il prend soin de vous. (1P). Saint Marc n’était pas le fougueux Pierre, chef des apôtres. Abandonnant la cause de l’Evangile dès que parut du danger, il a fondé et gouverné l’Eglise d’Alexandrie. L’influence de Pierre l’a fait passer de la timidité et du renoncement au courage à l’audace, montrant que la faiblesse, par la grâce de Dieu, peut se transformer en force et en zèle pour le Seigneur.


Si le confinement décourage et si la peut gagner les plus fragiles, l’exemple du zèle, la parole amicale, la force de la prière portent ceux qui en ont besoin. Saint Pierre écrit : 
« je vous écris ces quelques mots pour vous exhorter, et pour attester que c’est vraiment dans la grâce de Dieu que vous tenez ferme.. résistez au diable par la foi comme tous vos frères dans le monde  en butte aux mêmes souffrances… »

L’Eglise copte d’Egypte est rattachée à la prédication de saint Marc. Nous implorons l’évangéliste pour toutes les communautés chrétiennes en terre d’Islam. C’est l’occasion de rappeler que c’est aujourd’hui le début du ramadan pour les musulmans.

- Un témoignage par téléphone d’Elisabeth, 80 ans aujourd’hui, confinée dans une résidence à Essômes. « Je n’ai pas le droit de sortir. Je ne vois personne, on m’apporte les repas à la porte, sans parler. Entre résidentes, on ne se voit pas non plus. Mon fils m’a apporté les courses à la porte malgré l’interdiction, c’est le seul contact extérieur jusqu’à présent. Vivement la messe à saint crépin, mais pour nous c’est pas demain… ». Bon anniversaire Elisabeth ! 

- Ce dimanche est le 3° dimanche de Pâques. Les pèlerins d’Emmaüs nous feront vivre la rencontre avec Jésus ressuscité lors de la fraction du pain.

Les textes de la messe : Ac 2, 14.22b – 33 ; Ps15 ; 1P 1, 17-21 ; Lc 24, 13-35.
Lire ici les textes de la messe de dimanche

Lors de la messe dominicale (confinée), nous prierons pour les défunts suivants José Bastos et sa famille, Bernard Gilbert et les familles Gilbert-Herman, Angelo et Teresa Fecchio, André Eschard et Monique Masson-Eschard, Micheline Vanini, la famille Pancrazi-Calleja,
Pour tous les défunts de la semaine et particulièrement : Yvette Freudenreich, Jacqueline Letissier, Jean Chenot
Pour les intentions suivantes : le personnel et les résidents de Bellevue, la santé de Manuel Isaac et patients du centre de réa de Château
Et bien bien sûr pour chacun des paroissiens.

« Nous proclamons un Messie crucifié, il est puissance de Dieu et sagesse de Dieu » (antienne de l’Evangile).
Bon dimanche,  Père Edouard, Nestor et Pierre

vendredi 24 avril 2020

Lien paroissial vendredi 24 avril

Vendredi 24 avril : saint Fidèle de Sigmaringen
 « Le Seigneur est ma lumière et mon salut, de qui aurais-je crainte ? » Ps 26

- La messe : Les textes : Ac 5,34-42 ; Ps26 ;  Jn 6,1-15.
Lire ici les textes de la messe du jour
Une pensée me vient au travers ces textes, Jésus est la vie et personne ne va vers le Père sans passer par lui. Il nous réveille à la vie qui nous précède, qui n’a pas besoin de nous pour être mais, mystérieusement, à laquelle nous sommes associés dans son « expansion » et son accomplissement. 
L’attitude du conseil suprême de Jérusalem (Ac 5), qui n’a de cesse de faire taire ces perturbateurs de l’ordre public que sont les apôtres, garde néanmoins la prudence de personnes qui, avant tout craignent Dieu (un don de l’Esprit saint). « Laissons-les faire car si leur entreprise vient des hommes, elle tombera. Mais si elle vient de Dieu « - et que vous les éliminez – « vous risquez de vous trouver en guerre avec Dieu ». Jésus lors de son Ascension rappelle à ses apôtres : » je serai avec vous pour toujours jusqu‘à la fin du monde ». La joie des apôtres est un signe de l’Esprit : joyeux d’avoir été jugés dignes d’avoir subi les humiliations pour le nom de Jésus.
La multiplication des pains relatée dans le passage de l’Evangile de Jean de ce jour est un signe de vie à profusion et le signe de l’Eucharistie, seule réalité tangible de notre lien à la vie en plénitude.  Et lorsque Jésus, pour échapper à un succès mondain et politique d’être sacré roi en ce monde, se retira dans la montagne, lui seul. Cet homme est vraiment au service de la vie, il ne roule pas pour lui. 
Rendons grâce d’être associés par choix de Dieu à ce mystérieux dessein de témoigner de la vie en plénitude, pour la vie du monde. Tout sera recrée à partir de l’Esprit de Dieu, prenons de l’altitude, et du cœur.

- Projet de messe enregistrée avec les jeunes le dimanche 10 mai par le système teamLink ! Une grande première en ce qui me concerne. Informez votre entourage et inscrivez-vous.

- Toujours beaucoup de tristesse et de souffrances pour les personnes âgées en institutions d’après des familles, des aides soignantes et Marie Peugniez aumônière intervenante à Bellevue. Nous devons constater que certaines personnes ne se battent plus pour vivre. Prions quotidiennement pour nos aînés et les familles impuissantes, sinon de leur faire signe lorsque la santé le permet par la fenêtre.

« Le Seigneur est le rempart de ma vie devant qui tremblerais-je », Ps 26
A demain,
P. Edouard, Nestor et Pierre.

Communiqué des évêques de France en assemblée plénière en visioconférence le 24 avril 2020




Cliquer ici pour lire le communiqué

Nouvelle série de vidéos de notre évêque pour cheminer vers la Pentecôte


"Je ne vous laisserai pas orphelins"
Mgr Renauld de DINECHIN nous donne un nouveau rendez-vous vidéo chaque vendredi matin sur la chaîne YOUTUBE du diocèse à compter du 24 avril.

Il nous propose ainsi chaque semaine de cheminer vers la Pentecôte avec la Parole de Dieu.
Regardons, méditons, partageons et relayons cette nouvelle série "Je ne vous laisserai pas orphelins" (Jn 14,18)
Visionner le premier épisode de la série

Abonnez-vous à notre chaîne
YouTube « Diocèse Soissons »
pour suivre nos vidéos

jeudi 23 avril 2020

Lien paroissial jeudi 23 avril 2020

La messe : Ac 5,27-33; Ps 33; Jn 3,31-36
Lire ici les textes de la messe du jour

« Obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes, » qu’est-ce-à-dire ? Déjà comprendre qu’au sens strict c’est se mettre sous l’écoute, « ob audire », une attitude volontaire pour se mettre en disponibilité pour accueillir ce que le Seigneur veut nous dire. Nous lisons dans le récit des Actes des apôtres : « Et celui que Dieu a envoyé dit les paroles de Dieu, car Dieu lui donne l’Esprit sans mesure » (Ac 5, ce jour). C’est ainsi que nous pouvons proclamer dans le credo de Nicée-Constantinople : Je crois en l’Esprit saint qui est Seigneur et qui donne la vie ; il procède du Père et du Fils (…). Nous pouvons donc être en prise directe avec la Parole de Dieu.
La question ensuite est de discerner les signes véritables de l’Esprit. La première parole du Christ ressuscité est « la Paix soit avec vous », juste avant de leur souffler l’Esprit (Evangile de dimanche dernier, Jn 20,19-31). Parmi les signes sont les sept dons de l’Esprit. Quels sont-ils ? c’est une occasion de les redécouvrir...puis les charismes.
·    - Le confinement semble pour beaucoup être à saturation. Attention de ne pas faire n’importe quoi ! Néanmoins, confiné ne veut pas dire devenir passif et démissionner de tout. Parmi les signes de saturation, j’entends que la communication virtuelle ne remplace pas la relation humaine, que la messe à la TV ou audio ne remplace pas la réalité sacramentelle. Nous sommes incarnés ! Le piège du virtuel existe, il est aussi un confort et peut nous cantonner dans nos réseaux. La communauté en ce sens nous propulse à sortir des relations trop convenues.
·         En ce sens, il est temps pour l’Eglise de pouvoir accéder aux personnes malades et âgées trop confinées. L’accompagnement spirituel et familial sont indispensables. Le président Macron l’a évoqué. L’Eglise de France l’a instamment demandé au gouvernement. Il est à souhaiter que cette dimension soit plus reconnue ainsi que tout le travail fait pour les funérailles auprès des familles en grande souffrance car les funérailles expéditives leur sont une violence extrême. Par ailleurs, les pouvoirs publics devraient expliciter que les rassemblements pour le culte sont de nature différente que les autres rassemblements. L’incident de dimanche dernier au cours duquel trois policiers en arme ont interrompu, de manière gravement irrégulière, une messe confinée célébrée à la paroisse saint André de l’Europe à Paris illustre ce propos.  L’archevêque de Paris a réagi officiellement pour dénoncer ce fait regrettable qui contrevient à la liberté du culte.
·     - Appel à couturières pour confectionner des sur-blouses à destination des soignants des hôpitaux de Château et Villiers (besoin : 1000 par semaine), pour tout renseignement contacter Martine Choureau 06 81 12 82 59.
·      - Adoration du saint sacrement de 19h à 21h :
« Je bénirai le Seigneur en tous temps sa louange sans cesse à mes lèvres » (Ps33)
A demain,
P. Edouard, Pierre et Nestor

mercredi 22 avril 2020

Témoignage

Dans notre diocèse, un prêtre est parti travailler dans un hôpital du Grand-Est pour prêter main-forte aux soignants submergés de personnes malades du COVID19. L’abbé Jean-Christophe BONNEMAIN, vicaire des paroisses Vals et Coteaux Saint Martin et Notre Dame des Trois Vallées, infirmier de métier, est parti durant dix jours en avril, dans un service de réanimation COVID. 
Retour sur cette expérience.

- Pourquoi avez-vous pris cette décision ?

Il y a eu le constat des besoins. Des hôpitaux ont été littéralement submergés par un afflux massif de malades du COVID en état grave. Dans certains lieux, l’hôpital tout entier a du se réorienter quasi-exclusivement vers la prise en charge des malades du COVID. Il y manquait du matériel mais aussi des ressources humaines. L’ordre des infirmiers a alors envoyé des communications aux professionnels en cherchant un profil qui correspondait à ma situation. En discernant avec mon curé, nous avons pensé qu’il était normal que je parte rendre service dans cette situation particulière. Après quelques démarches, un service de l’Etat m’a donc contacté et m’a confié une mission de dix jours dans la région Grand-Est. 

- Qu'est-ce qui vous a le plus touché humainement et spirituellement durant ces journées à l'hôpital ?

Ce qui m’a le plus touché dans cette expérience c’est la simplicité de l’accueil par les soignants sur place. Ils ont beaucoup souffert de cette crise du coronavirus. Sans réels moyens au début, ils ont pris une claque ! Les décès se sont enchaînés et ils se sont retrouvés impuissant. Notre arrivée a été une aide modeste mais elle a surtout été pour eux un réconfort par le constat d’une mobilisation solidaire. Sur le plan spirituel, j’ai été touché par un des événements en lien avec l’épidémie. Un des principaux foyers a été un rassemblement évangélique à Mulhouse. De là (mais pas que de là !), le virus s’est ensuite répandu. Il y a de l’effroi à penser qu’en se rassemblant pour célébrer le Christ, des personnes soient tombées si gravement malades. J’ai aussi été touché par la capacité que les uns et les autres ont eu à se donner au service des personnes malades alors même que les conditions étaient plus difficiles que d’habitude.

- Quelle prière monte de votre cœur de prêtre ?

Une prière d’action de grâce après cette belle expérience. Je confie aussi au Seigneur ceux qui m’ont été confiés (les malades) et ceux avec qui j’ai travaillé (les soignants : réanimateurs, infirmiers anesthésistes, cadres, infirmiers, aides-soignants, agents de service...) Tous se sont concentrés sur le bien des personnes prises en charges, n’ont pas compté leurs heures et ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Enfin, je prie pour les malades qui vivent l’isolement, qui meurent loin de leurs proches, qui souffrent du manque de visite, qui peinent de l’impossibilité de vivre leur foi comme ils aimeraient. 
Tous, je les confie à votre prière.

Lien paroissial mercredi 21 avril

"Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique, afin que ceux qui croient en lui aient la vie éternelle". (antienne de l’Evangile).


·     - Les textes de la messe : Ac 5, 17-26; Ps 33; Jn 3, 16 - 21.

Tout d’abord, l’ancien aumônier de prison que je suis est très sensible à l’épisode des apôtres emprisonnés qui, le cachot restant verrouillé, se retrouvent dans le Temple en train d’enseigner. Vraiment, rien ne résiste au feu de l’Esprit qui pousse les apôtres à témoigner du Christ Sauveur.
Sauver des ténèbres, sauver de la mondanité et de la corruption qui fait qu’on s’y habitue. La foi dans le Fils sauve car Dieu a envoyé son Fils non pour juger le monde mais pour un discernement et ainsi obtenir la vie éternelle. Rappelons-nous toujours combien Jésus aime ceux qui l’ont pendu au bois de la croix, il est la lumière qui est venue dans le monde.
Une crise aide toujours à voir plus clair si on y met le Seigneur Jésus. La souffrance porte au sens par Lui, par sa croix, et les mensonges mondains sont « détrônés ».  La responsabilité est grande pour ceux qui sont en position de témoigner.

- Informations générales pour l’après covid
·  Le président Macron a parlé avec le pape François 45’ minutes mardi par téléphone. Un des sujets est la remise de la dette aux pays les plus pauvres pour éviter que covid mette à terre encore plus les faibles. Logique biblique (lévitique 25,13) de la remise des dettes concrètes, une année de grâce du Seigneur proclamée par Jésus à la synagogue de Nazareth (Lc 4,19) et l’annonce de la bonne nouvelle aux pauvres. L’époque est inédite et appelle tant sur le plan politique, économique qu’individuel, des mesures fortes que l’on n’oserait pas tenter en temps ordinaire. Prions en ce sens.

·     Les évêques de France ont proposé ce jour au gouvernement une procédure de sortie de confinement pour le culte. Nous attendons la réponse pour ajuster les dates de baptêmes, profession de foi, communion mariages et, bien sûr, les reprises des messes. En temps habituel, l’église saint Crépin voit passer quelques milliers de personnes en mai et juin, le progressivité sera sans doute la règle.

Pour terminer, confions-nous à l’intercession de la Vierge Marie selon la prière du temps pascal :
Regina caeli, laetare, alleluia, quia quem meruisti portare, alleluia, resurrexit sicut dixit, alleluia ; ora pro nobis Deum, alleluia.
Ou encore :
Reine du ciel, réjouis-toi, alléluia, car le Seigneur que tu as porté, alléluia, est ressuscité comme il l’avait dit, alléluia, Reine du ciel prie Dieu pour nous, alléluia.

A demain,
P. Edouard, Nestor et Pierre.

Relayons ce numéro "ECOUTE et SOUTIEN SPIRITUEL" dans notre entourage


mardi 21 avril 2020

Témoignage d'un médecin catholique originaire de Château-Thierry et fils d'une famille de la paroisse


"Cette épidémie me montre combien je suis un petit artisan dans les mains du Seigneur"
Dr Bruno Picavet est pneumologue. Il fait partie des médecins qui interviennent à l'unité COVID de Bezannes. Médecin catholique, habitué de l'accompagnement de fin de vie, il raconte comment il prend soin de ses patients au sein de cette unité, et comment il vit sa foi à l'épreuve de l'épidémie. 
Lire le témoignage

Lien paroissial lundi 20 avril

« Si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu »

- Les textes de la messe : Ac, 23-31; Ps 2; Jn 3,1-8.
Lire ici les textes de la messe du jour
Une personne réagissait hier sur le blog en disant qu’elle ne pouvait pas avoir le cœur en fête avec ce qu’elle vit et la situation actuelle. Comme on la comprend. Par ailleurs, une aide-soignante me dit aller la peur au ventre à son travail en Ehpad et tenir grâce à la prière car « ils ont besoin de nous »bien que nous soyons mal considérés car mal payés et en sous-effectifs. Le sourire de quelques uns des résidents en me voyant efface tout.
Dans l’Evangile du jour, le pharisien Nicodème vient trouver Jésus de nuit pour ne pas être vu car il serait ridiculisé par ses « collègues »notables de Jérusalem d’être vu en présence de Jésus. Sa question est similaire. Je veux bien croire, mais comment croire quand on connaît les pesanteurs de la vie  Jésus lui répond : nul ne peut voir le royaume des cieux, et traverser la vie et ses atrocités sans  naître d’en haut, de l’Esprit. « Car ce qui est né de l’Esprit est esprit, ce qui est né de chair est chair «  En somme, c’est redécouvrir la relation au Père.
Toujours partir du point de vue de Dieu, de la prière, l’intercession pour vivre les événements de notre vie, sans oublier les moments où tout va bien. Un combat de chaque jour afin de trouver la présence du Seigneur et vivre à partir de lui. Lire au jour le jour dans les actes des apôtres la naissance de la première communauté illustre bien ce propos. L’enthousiasme, la prière, le partage des biens, l’Eucharistie au centre, l’Evangélisation à temps et contre temps, jusqu’au martyr, les conversions.

- Les jeunes de la paroisse vont préparer une messe vidéo pour la sortie de confinement (à suivre).

- L’Association Familiale Catholique est disponible pour contacter les personnes isolées ou en détresse morale. Contactez-nous, nous transmettrons.

- Pour l’après-confinement, se préparer. Que voulez-vous changer à partir de ce que vous avez découvert en cette période. Envoyez vos témoignages et suggestions. 
Pour ma part, je propose une lecture partagée de l’encyclique du pape François « laudato Si » : inscrivez-vous.

Pour finir, écoutons l’oraison du jour : « Dieu éternel et tout puissant, toi que nous pouvons déjà appeler Notre Père, fais grandir en nos cœurs l’esprit filial, afin que nous soyons capables d’entrer un jour dans l’héritage qui nous est promis ».
Amitié et prière,
P. Edouard, Pierre et Nestor

dimanche 19 avril 2020

Lien paroissial 19 avril, deuxième dimanche de Pâques et de la Divine Miséricorde

Ecoutez ici l'homélie du Père Edouard ce dimanche à Saint Crépin en l'absence d'assemblée, confinement oblige.


Lire ici cette homélie

Message du Père Edouard
Si vous souhaitez recevoir une bénédiction, une prière de consolation et - si possible- vous confesser - je pourrai passer sur le pas de votre porte, sous votre fenêtre - à bonne distance sanitaire. Pour cela il suffit de laisser un message à la paroisse au 03 23 83 25 77, envoyer un mail à paroissesclv@orange.fr 
ou un message/commentaire sur le blog pour indiquer votre demande (sauf le mardi).




Lien paroissial du samedi de l’octave pascale, veille du dimanche de la Divine Miséricorde.

- Samedi 
Textes du samedi à la messe :  Ac  4, 13-21 ; Ps 117 ; Mc 16,9-15.
Lire ici les textes de la messe de ce samedi

- Le dimanche de la divine Miséricorde, le deuxième dimanche de Pâques, a été institué par saint Jean-Paul II, visionnaire dans notre monde déchristianisé, il a perçu ce dont nos modes de vie souffrent, souvent sans que les personnes se rendent compte des causes. La période actuelle et les crises qui la précèdent et l’accompagnent peuvent faire apparaître de mieux en mieux la cause profonde qui est l’absence de  Dieu pour la plus-part de nos contemporains et la dureté du cœur. Déjà Jésus ressuscité interpella les onze ainsi : « il leur reprocha leur manque de foi et la dureté de leurs cœurs parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient contemplé ressuscité»- Mc 16,9-15.

Néanmoins Jésus insiste auprès de ses disciples pour leur conversion. La Miséricorde que le Père manifeste en Jésus crucifié à ceux qu’il a choisis, c’est afin qu’ils témoignent et partent dans le monde : « Proclamez l’Evangile à toute la création ». Ainsi, nous pouvons être certains qu’Il continue à être fidèle aux vieilles chrétientés qu’il presse de se convertir et aux Eglises de proclamer et faire vivre  la Miséricorde de Dieu. 
Nous rendons grâce pour le pape François qui nous a fait vivre à partir du 8 décembre 2015 l’année de la Miséricorde. Ces expériences spirituelles permettent de mieux comprendre « cette épidémie qui disperse la fumée de l’illusion » (cardinal Sarah) et donc de toute vanité.

- Messe dominicale : Ac  2, 42-47 ; Ps 117 ; 1P1, 3-9 ; Jn 20, 19-31 : Voici le jour que fit le seigneur qu’il soit jour de fête et de joie

Lire ici les textes de la messe du 19 avril, deuxième dimanche de Pâques et de la Divine miséricorde

Prière au memento des défunts : 
Famille Wojewoda, Jean-Marie Printemps, Bernard Gilbert et défunts de la famille Gilbert-Herman, Monique Masson et André Eschard.
Les défunts de la semaine : Micheline Vanini, Roger Gravelin, Georges Adriaenssens (a reçu les derniers sacrements), Michèle Bachelet, Père Jean Schryve (diocèse de Beauvais).
Prière pour Manuel Isaac, actuellement au service réa-covid à l’hôpital Jeanne de Navarre et qui a reçu le sacrement des malades et pour les 11 autres patients du service. Prière pour la maman de Charlotte en bonne santé.

L’homélie de dimanche sera transmise par écrit et en audio.

« Vous allez obtenir le salut de vos âmes qui est l’aboutissement de votre foi », (1P1,9)

A demain, 
Père Edouard, Pierre et Nestor

cliquer ici

vendredi 17 avril 2020

Lien paroissial - vendredi de Pâques 17 avril

   

Jeudi soir de 19h à 21h, l’adoration comme chaque jeudi. Ce moment prend plus de sens en signifiant l’intercession du Christ, grand prêtre parfait, par son sacrifice. Il a donné mission à son Eglise de signifier sa présence jusqu’à la fin des temps.

·    Les textes de la messe : Ac 4,1-12 ; Ps 117 ; Jn 21,1-14.
La messe quotidienne a été célébrée à 8h. Comme évoqué précédemment, nous avons prié, en présence de son fils, pour Michèle Bachelet incinérée le même jour à Bondy (93).

La 3° rencontre de Jésus ressuscité d’entre les morts avec les disciples Pierre, Thomas, Nathanaël, les fils de Zébédée ainsi que deux autres, se passe au bord du lac de Tibériade, alors que ceux-ci reviennent d’une nuit de pêche infructueuse. Jésus opère le miracle de la pêche abondante, puis mange avec les disciples-pécheurs et finit par les convaincre qu’il est présent en chair et en os, dissipant leur effroi. Jésus se montre à ceux qu’il a choisis pendant ces 40 jours.
Les faits relatés dans les actes des apôtres sont les premiers témoignages des apôtres au risque  de leur vie : quel contraste. L’Esprit saint reçu à la Pentecôte les a fait sortir de la peur et de l’effroi. Jésus les a libérés de la peur et a pardonné leur trahison (Pierre, surtout).


Cela nous inspire deux réflexions : 
- d’une part, la grande responsabilité de l’Eglise est de témoigner du ressuscité et d’évangéliser à temps et à contre-temps. 
- d’autre part, Jésus, et donc l’Eglise, a une grande patience et infinie bienveillance vis-à-vis des gens, des foules, ces nombreuses personnes se disant croyantes, attirées de manière épisodique et non engagée par Jésus. C’est cela la Miséricorde que nous célébrons dimanche prochain. Les foules sont toujours les mêmes, celles qui acclament et condamnent en même temps.

La mission est claire : rendre l’accès au Christ par le témoignage des disciples-missionnaires, les baptisés convertis : « en ta descendance seront bénies toutes les familles de la terre. C’est pour vous d’abord que Dieu a suscité son serviteur, et il l’a envoyé vous bénir, pourvu que chacun de vous se détourne de sa méchanceté » (Ac 3, 26 d’hier à la messe).Et les conditions de la mission tout aussi limpides ! Donne-nous par ta grâce Seigneur de désirer la sainteté.

·    Cette semaine au travers de l’appel de l’aumônerie de l’hôpital, nous sommes allés donner le sacrement des malades dont une fois au service de réanimation covid.

·  Intention de prière : que les familles soient des 'Eglises domestiques' en réapprenant la prière ensemble, les gestes de bénédiction des parents sur leurs enfants ainsi que la patience et le pardon.

·  Action de grâce : Je suis interpellé par la disponibilité et l’écoute, parfois retrouvées, de beaucoup.


·  Les directives diocésaines pour les célébrations et activités suite au discours présidentiel sont encore incomplètes. Ce qui est certain : le pèlerinage de Lourdes ainsi que « Liesse we can » deuxième version sont annulés comme tels. Une alternative sera communiquée prochainement pour la rentrée ou le courant de l’été (pour  le pélé).  La reprise des messes publiques sera déterminée à partir du 11 mai. Pour ce qui est des premières communions, elles seront faites à la rentrée, une solution pour les professions de foi est en cours d’élaboration. Nous avons déjà différé les baptêmes et mariage en mai. Reste entière, provisoirement, la question du mois de juin.

Nous apprenons la liberté des agendas, c’est certain. Et à ne pas tout maîtriser. Même pas les vacances. La vie est proposée, fragile, et elle ne nous appartient pas. La vie en abondance est ailleurs, l’occasion de mieux écouter cette oraison du jour :

« Dieu éternel et tout puissant, tu as offert aux hommes le sacrement de Pâques pour les rétablir dans ton alliance ; accorde-nous d’exprimer par toute notre vie ce mystère que nous célébrons dans la foi ».

Père Edouard