mercredi 1 avril 2020

Lien paroissial - mercredi 1 avril

"Si vous êtes fidèles à ma parole…vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres" (Jn 8,32, ce jour).

- La messe du jour : Dn 3 ; Ct de Daniel) ; Jn 8,31-42.
Lire ici les textes de la messe du jour

- Plus ce temps particulier passe, plus j’observe que des interrogations, des remises en cause surgissent sur nos modes de fonctionnement en société,  les attitudes individuelles changent car les gens ont le temps (!) et les craintes pour la santé occasionnent des attentions délicates. En fait, les peurs conditionnent pour bonne partie tout cela, ainsi que le confinement.

- Pour considérer cette période comme un « carême mondialisé », encore faudrait-il que Dieu soit évoqué dans ces événements, c’est encore loin d’être le cas. Tout d’abord, l’est-il dans le cœur et la tête des fidèles pour interpréter ce temps. Déjà, beaucoup louent la place consacrée enfin à la prière et à la parole de Dieu. Ainsi, selon l’Evangile du jour, la fidélité à la parole nous rend disciples et donc capables de connaître la vérité et de devenir libres.
Dans le livre de Daniel (1° lecture), le roi Nabuchodonosor béni le Dieu des martyrs Sidrac, Misac et Abdénago en qui ils ont mis leur confiance au point de désobéir au roi et de donner leur vie dans la fournaise. Aimons-nous Dieu assez, comme un père (Evangile du jour), au point d’aimer Jésus, la parole vivante qui nous enseigne la vérité de ce moment unique. C’est notre travail, notre devoir, notre joie, notre liberté.
Et pour finir cette petite méditation, l’oraison du jour : "Dieu très bon, éclaire le cœur de tes fidèles qui se purifient dans la pénitence ; toi qui nous adonné le goût de te servir, ne reste pas sourd à notre prière".
« Il faut des mouvements de bassesse, selon Pascal (pensées 17), non de nature mais de pénitence, non pour y demeurer mais pour aller à la grandeur. Il faut des mouvements de grandeur, non de mérite mais de grâce et après avoir passé par la bassesse ». 

Cela signifie sans doute pour nous d’accepter les événements de cette période de carême comme pénitence, non pour y demeurer, mais pour aller vers plus de grandeur.
- Marie Peugniez est présente au nom de l’aumônerie catholique à l’Ehpad de Bellevue. Les résidents sont complètement confinés dans leurs chambres et l’inquiétude monte. Pas de catastrophe sanitaire annoncée.  Par ailleurs, elle aura accès à l’hôpital sur demande  qui se fait encore attendre. Prions pour elle.
- Des grands-parents de la paroisse relatent des cas d’infestation nouveaux chez leurs enfants avec confinement strict.
- Quelques paroissiens généreux souhaiteraient porter la communion à domicile, qu’ils soient remerciés pour cet élan. Il est malheureusement interdit de faire cela, selon demande de l’évêque en application des « règles barrière ». Il nous faut donc renforcer la communion spirituelle et donc fraternelle. Appelez et redoublez les prises de nouvelles auprès de ces personnes. Distribuez une copie de cette page quotidienne à ceux qui n’ont pas d’ordinateur. Merci.

PERSPECTIVES : la vie continue, l’après se prépare.

-La collecte du buis a été assez fructueuse, elle n’est pas terminée. Il nous faudra trouver le moyen de les mettre en petits bouquet pour le jour J.

- Cliquer ici pour télécharger la newsletter du diocèse pour la Semaine Sainte

Il vous faut vous connecter pour suivre certaines célébrations : cliquer ici pour en savoir plus


cliquer ici
A demain, P. Edouard, Pierre et Nestor

Aucun commentaire:

Publier un commentaire