dimanche 29 juillet 2018

Chercher Dieu

« Jésus se retira dans la montagne, lui seul », (Jn 6,15)


La compassion déployée par Jésus a rassemblé une foule immense qu’il a nourrie par la multiplication des pains. Cette compassion est faite d’enseignements, de guérisons et d’attention à chacun. 
Le chapitre 6 de saint Jean, tout au long du mois d’août, approfondit le thème du pain partagé et du sens de l’enseignement du Maître qui se retire pour révéler la gloire de Dieu. Il donne le pain matériel pour le corps en même temps que le pain de la vérité.
C’est l’expression suprême de la compassion que de donner ce pain de vie.
C’est l’Eucharistie.
Telle est l’attitude juste. Pas de manipulation. Dès que les gens veulent faire de lui un roi au sens du monde, Jésus se retire pour montrer plus grand : le don de soi dans la gratuité.
Encore plus, Jésus charge ses proches de distribuer ce pain de vie et d’agir avec une véritable compassion qui est de faire entrer les foules dans le mystère de la vie qui est le cœur aimant du Père.
'Quaerere deum', chercher Dieu, est la vraie mesure de notre brève vie terrestre.
J’en profite pour faire un appel pour la rentrée. En effet, nous avons un besoin très urgent de personnes pour partager et distribuer de pain de vie aux frères âgés et malades, à domicile ou en maisons de retraite. 
L’équipe du service évangélique des malades (SEM) vous attend.

Bel été, ici ou ailleurs, en communion de prière.

Père. Edouard Ducamps

Information/ famille Guri : la pétition en ligne continue à recueillir des signatures
sur le blog saintcrepinlesvignes. Une rencontre avec le directeur de cabinet du
préfet est prévue le 9 août. Merci de vos prières.

samedi 28 juillet 2018

Prière pour ce temps d'été


Prendre du temps pour n’ avoir d’autre occupation qu’admirer
Le lac serti dans les rochers, la calme obscurité de la forêt
Les arbres jetant aux quatre coins le chant vibrant de leurs frondaisons,
La palette éclatante du ciel
Alors que le soleil regagne son refuge aux bords de l’horizon.

Les fruits offrant leurs saveurs,
l’écharpe du vent enroulant
Dans ses plis les délicats pastels des nuages effilochés.

Les œuvres sorties des mains humaines,
L’architecture des villes nouvelles, la solidité trapue des églises romanes,
Les nervures entrelacées des arcs gothiques,
Les cathédrales murmurant aux passants la foi capable de sculpter la pierre,
Les peintures aux lignes folles transfigurant la réalité.

Les rues bruissantes d’humanité, les cris des enfants,
Les visages venus d’ailleurs.

Et derrière ce qui est beau, deviner la présence de Celui
Qui a offert la terre aux humains
Afin qu’ils la transforment en espace de beauté pour tous.
Charles Singer

dimanche 15 juillet 2018

Pétition à Monsieur le Préfet de l'Aisne

Paroisse Saint Crépin les Vignes


Monsieur le Préfet,

J’ai été témoin de l’expulsion de la famille GURI du foyer  Coallia à Essômes-sur-Marne le samedi  23 juin 2018 vers 7h00 du matin par la gendarmerie mandatée à cet effet. La procédure déjà en route était connue de cette famille (mise en exécution d’une OQTF, obligation de quitter le territoire français). La famille a été conduite manu militari à l’aéroport du Bourget séance tenante et immédiatement embarquée dans un avion pour l’Albanie.

Nous, membres de la paroisse saint Crépin-les-vignes, sommes choqués par le fait que la famille n’était pas complète, le père et un des quatre enfants (Gentjana) étaient absents, et se trouve donc séparée. Les enfants sont profondément traumatisés par cette mesure, les cris et les pleurs l’ont montré. Trois sont scolarisés dont deux depuis trois ans. La séparation de la famille est une violence que nous n’admettons pas, dans notre pays ou ailleurs. Nous connaissons cette famille et j’ai baptisé le dernier enfant, Daniel, le 17 juin à l’église saint Crépin.

Le durcissement actuel des procédures dans notre pays nous préoccupe. Il contribue à créer une ambiance délétère et suspicieuse. Nous vous demandons de déclarer nulle la procédure et  de faciliter le retour de cette famille en France par l’octroi d’un visa sur sa demande à l’ambassade de France  à Tirana. Et, ainsi, de bien vouloir réexaminer leur situation au regard de la circulaire Valls.

Nous sommes confiants dans la tradition de protection des enfants dans notre pays dont vous êtes garant dans le département de l’Aisne et espérons que vous pourrez agir en conséquence.

Dans cette attente, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, nos sentiments respectueux.

A Château-Thierry, le 29 juin 2018

Edouard Ducamps, curé de la paroisse
Les paroissiens de saint Crépin-les-vignes à Château-Thierry.

jeudi 12 juillet 2018

Temps fort JEUNES

Le dimanche 1er juillet 2018, la paroisse clôturait l'année par son dernier temps fort.


Cette dernière a permis de réunir des jeunes, plusieurs parents ainsi que des paroissiens.

La matinée a commencé par la messe de 11h suivie d'un repas partagé.

Les servants d'autel ont réalisé un super sketch, pour inviter nos jeunes à s'engager.



L’après-midi, l'équipe s'est divisée en 2 groupes en proposant des :
- des jeux aux enfants jusqu'à la 3e année ainsi qu'un temps de rencontre avec les parents.
- un jeux de piste pour nos grands jeunes dans Château-Thierry avec plusieurs étapes et des messages codés pas évident à déchiffrer avec l'équipe du GAJ (Groupe ados jeunes)





Un très grand merci aux prêtres et à l'ensemble des équipes d'animateurs pour avoir porté cette belle journée !
Fabienne !

Prière des Vêpres pour terminer ce dimanche 

mercredi 4 juillet 2018

Réagissons : une famille albanaise séparée expulsée : nous demandons son retour

                       
Pétition à Monsieur le Préfet de l'Aisne


Monsieur le Préfet,

J’ai été témoin de l’expulsion de la famille GURI du foyer  Coallia à Essômes-sur-Marne le samedi  23 juin 2018 vers 7h00 du matin par la gendarmerie mandatée à cet effet. La procédure déjà en route était connue de cette famille (mise en exécution d’une OQTF, obligation de quitter le territoire français). La famille a été conduite manu militari à l’aéroport du Bourget séance tenante et immédiatement embarquée dans un avion pour l’Albanie.

Nous, membres de la paroisse saint Crépin-les-vignes, sommes choqués par le fait que la famille n’était pas complète, le père et un des quatre enfants (Gentjana) étaient absents, et se trouve donc séparée. Les enfants sont profondément traumatisés par cette mesure, les cris et les pleurs l’ont montré. Trois sont scolarisés dont deux depuis trois ans. La séparation de la famille est une violence que nous n’admettons pas, dans notre pays ou ailleurs. Nous connaissons cette famille et j’ai baptisé le dernier enfant, Daniel, le 17 juin à l’église saint Crépin.

Le durcissement actuel des procédures dans notre pays nous préoccupe. Il contribue à créer une ambiance délétère et suspicieuse. Nous vous demandons de déclarer nulle la procédure et  de faciliter le retour de cette famille en France par l’octroi d’un visa sur sa demande à l’ambassade de France  à Tirana. Et, ainsi, de bien vouloir réexaminer leur situation au regard de la circulaire Valls.

Nous sommes confiants dans la tradition de protection des enfants dans notre pays dont vous êtes garant dans le département de l’Aisne et espérons que vous pourrez agir en conséquence.

Dans cette attente, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet, nos sentiments respectueux.

A Château-Thierry, le 29 juin 2018

Edouard Ducamps, curé de la paroisse
Les paroissiens de saint Crépin-les-vignes à Château-Thierry.

"L'immigré qui réside avec vous sera parmi vous comme un compatriote, et tu l'aimeras comme toi-même, car vous mêmes avez été immigrés au pays d'Egypte. Je suis le Seigneur votre Dieu." (Lv 19,34)

           https://chn.ge/2MvNc14






dimanche 1 juillet 2018

Ne pas abimer l’âme des enfants

Cette réflexion, empruntée au pape François, est un critère de discernement pour les grandes décisions de notre société car elle va dans le sens de la vie, donc de la confiance. C’est le point de vue de l’Evangile en général et, en particulier, dans l’épisode de la guérison de la fille de Jaïre lu ce dimanche 1° juillet (Mc 5,21-43). Jésus répond à la demande de ce père inquiet pour la vie de sa fille. Chemin faisant pour aller la guérir, il suscite la foi et la guérison d’une femme ainsi que l’espérance de la foule. 

Actuellement, pour réfléchir les grands problèmes, nous invoquons rarement l’intérêt premier de l’enfant, le point de vue des adultes prime, leur « droit à » l’enfant (IVG, PMA, GPA), à la protection du confort, de l’identité culturelle (face à l’immigration) pour, en définitive, cultiver les peurs et les égoïsmes. Ainsi s’installe un inconfort moral et une frustration. Lorsque M. Trump sépare des familles au nom de l’intérêt général –il y a renoncé ensuite-, lorsque les pays européens ne savent comment répondre à la détresse qui frappe à leur porte, lorsqu’on envisage de sélectionner les embryons pour obtenir le BB parfait, cela ne sent pas bon et nous renvoie à des périodes obscures de notre histoire proche. 

Je m’inquiète autant lorsque, sous nos yeux indifférents à Coallia, une famille est séparée d’une partie des ses enfants afin d’appliquer une mesure exécutoire (Obligation de Quitter le Territoire Français -OQTF-) et renvoyée dans la journée dans son pays. Dès lors que la limite est franchie, les violences s’accumulent et la confiance se fissure. La parole chrétienne ne peut que rappeler cela et s’engager en ce sens. 

Bon été à tous, 

+Edouard Ducamps, curé