lundi 26 juin 2017

Sortie de fin d'année de la communauté Foi et Lumière au prieuré Saint Pierre et Saint Paul à La Croix sur Ourcq




Nous nous sommes retrouvés à la messe paroissiale à Grand Rosoy  où nous nous avons été bien accueillis par le père Constant qui à rendu visible la communauté auprès des paroissiens.

Accompagné à la guitare, nous avons repris un chant gestué devant l'assemblée.

 Retour au Prieuré pour un repas partagé. Nous avons eu la visite du Père Ducamps et du Père Rimé. En début d'après-midi découverte  de la chapelle avec les commentaires du frère Jean. Nous avons admiré les belles icônes et les fresques réalisées dans le style byzantin  par le frère Ephrem.

Détente autour d'un jeu de boule, appréciée du frère Jean!

Temps de prière pour toutes les intentions portées par les membres de la communauté animé par le frère Ephrem. Nous remercions les deux Frères du Prieuré pour leur accueil fraternel.
Liens d'amitié durables qui font du bien à nous tous.
Merci Seigneur pour cette belle journée.

lundi 19 juin 2017

En visitant le fort de la  Pompelle hier, nous avons eu la surprise de trouver, exposé avec une série d'objets de la guerre 14-18, ce calendrier de 1914 à effeuiller qui évoque directement un de nos chants marials

Vous allez tout de suite comprendre ! 

Et c'est très émouvant de réaliser que plus de 100 ans après nous prions avec les mêmes mots que les soldats de la Grande Guerre.

Elise et Pierre 



Et si nous partagions nos découvertes au fil de ces semaines d'été  ?
Vous pouvez adresser vos photos sur paroisse.sclv@orange.fr

Samedi 17 juin à Coyolles APEI des 2 Vallées du sud de l'Aisne

Remise des  médailles du travail aux personnes handicapées de l'ESAT de Bellevue.

Un membre de la communauté Foi et Lumière figure parmi les récipiendaires en recevant la médaille d'argent.

Jolie fête joyeuse et champêtre dans le parc de la propriété de Coyolles.



Bravo! à toutes ces femmes et à ces hommes en situation de travail et bien récompensés.
Un bel exemple pour nous tous.

lundi 5 juin 2017

Du Bataclan, Paris au Manchester-Arena, et London bridge…

Du Bataclan, Paris au Manchester-Arena, et London bridge…
Des familles, une nation sont endeuillées une fois de plus par un attentat dans une foule et revendiqué par DAESCH. Cette fois vingt deux jeunes et enfants sont tués et  beaucoup sont blessés.
Une onde de violence destructrice inassouvie est en œuvre. Elle va et vient à la recherche de sa proie.
 Elle s’en prend aux plus faibles et aux innocents d’une société civile. Société haïe à un point que disent ces horreurs, ces cadavres de jeunes et d’enfants à Manchester (1). Elle s’en prend d’abord aux jeunes tueurs qui se radicalisent d’une façon fulgurante. Au point d’aimer la mort violente qu’ils veulent donner comme une nécessité, une addiction morbide. Ces jeunes là sont ceux de chez nous, éduqués et nés sur notre sol.
Le chaos moyen oriental déborde. Il veut imprégner nos enfants. Il veut culpabiliser un occident surarmé et en doute. Violent lui-même à bien des égards lors de bombardements aux « effets collatéraux ». S’il était possible de construire la paix en désarmant deux camps bien distincts, j’ai l’impression que cela ne suffirait pas, comme après la seconde guerre mondiale pour construire l’Europe de la paix. Cette guerre nouvelle est une guerre mondiale par petits morceaux (Pape François).
En effet, il semble que ce mal-ci est d’une autre nature. Plus profond, échappant aux analyses militaro-politiques.  Il s’en prend à ses coreligionnaires comme aux autres. En associant le nom de Dieu, il blasphème Dieu qu’il prétend servir, sans compassion aucune, ni rationalité.  Détruire et asservir est sa seule loi.
La haine se sert des sentiments profonds d’injustice, de l’aveuglement de l’intelligence devenue endoctrinable, du malaise profond de l’identité de certains individus qui ne savent pas ce que l’altérité veut dire. Dit plus simplement, les tueurs ne voient pas l’autre dans sa différence, ne peuvent accepter une réalité sociale qu’ils finissent pas haïr, parvenant même à transcender ce sentiment.
Ces « ondes » destructrices et irrationnelles ont traversé notre histoire récente comme le génocide des tutsi au Rwanda ou celui des arméniens en Turquie. Non que cela soit la même chose, Dieu merci, mais une haine aveugle et insaisissable en est le dénominateur commun : les voisins et les proches se sont tués.
Le parallèle peut paraître choquant car l’ampleur de ces génocides est autre. Mais il me semble que la violence inassouvie cherche des proies au travers les failles d’une société et des psychologies et, surtout, dans les faiblesses des ressorts profonds de l’être que sont les capacités de croire et de voir l’Autre véritable. Ce tout Autre, source de toute vie, est le grand absent des sociétés occidentales qui sont en grande partie construites sur son image. Les réactions fortes après les attentats montrent que les enfants de nos sociétés sont nourris de ce terreau duquel poussent les droits de l’homme et le respect de l’individu. Elles montrent qu’ils restent généreux et ouverts à la matrice qui les a fait naître. Capacité de ressembler au Dieu d’Amour et de Miséricorde.
Mais nos sociétés sont un corps aux pieds d’argile. Elles sont aveuglées par une certaine modernité, hantée par l’idéal du loisir et une idée erronée de la liberté axée sur la satisfaction individuelle. Une faiblesse induite par l’obsession de soi qui empêche de voir l’autre et donc érode l’altérité. Ce n’est pas parce que je communique avec le monde entier depuis ma chambre, au travers mon écran, que je sais vivre et entrer en relation avec mes frères humains. Cette idolâtrie d’une toute puissance individuelle crée cet aveuglement. Elle est le lit de cette langueur profonde.
La perte de contact avec Celui qui est source de la vie, le tout Autre qui nous montre la beauté des êtres, rend aveugle. Le monde paraît ainsi tout à coup hostile et incompréhensible. Il fait peur. C’est sur ce terrain que l’onde violente progresse.
L’Esprit de Dieu est venu pour un discernement. Le mal est vaincu. Il ne peut progresser que sur l’ignorance de cette vérité. Il n’a de cesse que de masquer cette réalité selon laquelle il est vaincu. Il a besoin de nos failles pour agir dans le noir. Il craint le grand jour. Il craint les êtres qui savent et s’aiment et se respectent, qui croient en l’autre : dès lors il est immédiatement évacué. Mais en attendant, malin qu’il est, il se nourrit des blessures et des failles pour instiller le doute et éloigner de la source de tout bien.  
Nous sommes comptables pour le monde de cette Espérance. En témoigner est le meilleur hommage à faire pour les victimes et la meilleure consolation pour leurs familles, qu’elles soient par ici ou au moyen-orient et ailleurs.

+Edouard DUCAMPS


(1)     et depuis en Egypte et à Kaboul

Merci à Marie !

Le périple de la Vierge Pèlerine vient de s’achever pour ce mois de Marie 2017. 
Elle a changé de foyer quasiment tous les jours du mois de Mai. Elle s’est baladée entre Château-Thierry et les villages de la paroisse, parcourant plus de 90 km à pieds, en voiture, à vélo. Elle a visité plus de 20 familles différentes, mais aussi des groupes d’enfants avec les premiers pas dans la foi pour les tout-petits ou le GAJ pour les jeunes, l’école Sainte-Marie-Madeleine, le collège-lycée Saint-Joseph, les résidents de la Maison de retraite de Bellevue, le groupe marial d’Etampes. De nombreuses familles invitées par les familles accueillantes sont venues réciter un chapelet ou faire une prière commune à ses pieds. Elle a été l’occasion de belles rencontres et de grâces très particulières dont ont pu témoigner de nombreuses familles à l’occasion de la clôture de ce mercredi 31 mai à Saint-Crépin :
« Tout de suite, elle m’a apporté de la sérénité, du bonheur, du courage et du calme pour ma fille. »
« Il y a eu un manque dans la maison à partir du moment où je l’ai passée à la personne suivante. »
« Ma petite sœur est polyhandicapée, lorsque je lui ai approché la Vierge Pèlerine près d'elle, elle est devenue très sereine et très apaisée. »
« J’ai été émerveillée par la prière des enfants au pied de la Vierge. Je n’osais pas leur proposer une dizaine de chapelet mais de fil en aiguille, à leur demande, ils ont récité leur dizaine et étaient enchantés. »
«  Elle nous a permis de prier en famille tous ensemble. Cela nous a donné envie d’instaurer à la maison une prière familiale toutes les semaines. »
« J’ai ressenti un bonheur, une plénitude que j’ai du mal à exprimer. »
« Maman, elle a un beau sourire Marie. »
« J’ai eu beaucoup de mal à la quitter. »
Merci  à Marie d’avoir apporté tant de grâces dans nos foyers ! Cela a été l’occasion de nous rappeler que l’on peut se confier à Marie comme à une mère et lui demander d’intercéder pour nous auprès du Seigneur.
Que la clôture de la Vierge Pèlerine ne soit pas une fin mais le début d’une dévotion particulière à Marie dans nos familles, dans nos villages, dans notre paroisse !

Isabelle DANZEL d'AUMONT

dimanche 4 juin 2017





Collecte de la mère et de l’enfant : merci pour votre générosité !

En ce week-end de la fête des Mères, avait lieu la collecte nationale pour la mère et l’enfant organisée par l’UNAF (Union Nationale des Associations Familiales).
Cette quête a pour objectif d’aider des mamans en détresse.
Vous avez été sollicités ce week-end à la sortie des différentes messes de la paroisse ainsi qu'au Centre Leclerc. Grâce à votre générosité, nous avons pu collecter plus de 630€ sur le seul secteur de Château-Thierry et près de 1400€ sur l’ensemble du département de l’Aisne. 
Les dons seront reversés par l’UNAF à Magnificat qui gère deux maisons accueillant des jeunes mamans le temps de leur grossesse et dans les tout premiers mois de leur bébé. Cette somme permettra aux foyers Magnificat de couvrir en partie leurs frais de fonctionnement. Ils pourront ainsi continuer à accueillir ces jeunes mamans et à les aider à construire leur avenir sereinement avec leur bébé.
Merci pour elles !
Isabelle DANZEL d'AUMONT

jeudi 1 juin 2017

Dimanche 4 juin




Viens à nous, Esprit-Saint !


Viens à nous, Esprit-Saint, et pénètre dans nos coeurs.Console-nous par ta présence, nous qui déplorons notre faiblesseet fortifie en Toi ceux que tu vois défaillants.Allume en nous le feu de ton amour.Que la vérité soit dans notre bouche, la louange dans notre coeur,l’humilité vraie dans nos renoncements.