lundi 28 août 2017

Artistes dans les églises : notre Credo



« La culture est ce par quoi l’homme en tant qu’homme devient davantage homme, est davantage, accède davantage à l’être » (Jean-Paul II à l’Unesco, 1980). Ces fortes convictions animent les chrétiens depuis toujours, et c’est pour cette raison que l’Église a toujours été en prise directe avec la culture de son temps et qu’elle a voulu s’inculturer. Combien de nos églises, combien de chefs-d’œuvre littéraires et musicaux témoignent de la créativité et même du génie des chrétiens en matière d’art et de culture !
Les communautés chrétiennes accueillent avec joie les artistes, musiciens, poètes, acteurs, qui veulent donner un spectacle à l’intérieur de nos églises. Souvent leur répertoire est explicitement chrétien – le Te Deum de Marc-Antoine Charpentier par exemple –, mais ni les spectateurs ni les interprètes ne paraissent en avoir conscience. Comment mettre ici du sens ? Prendre brièvement le temps, avant le concert, de présenter l’œuvre, de manifester sa cohérence avec le lieu, ne serait-il pas bénéfique pour tous, y compris pour les artistes et pour les œuvres ?
Ces demandes d’utilisation culturelle de nos églises suscitent parfois des interrogations parmi les chrétiens. Tel spectacle – pas inintéressant – semble néanmoins incompatible avec l’espace sacré d’une église dont les vieux murs « suintent » de prières, et où est célébrée l’eucharistie. Mais opposer un refus sans chercher le dialogue avec les organisateurs de la manifestation et les artistes, serait contraire à notre mission.
Ce sont parfois les conditions dans lesquelles se déroule le spectacle qui posent question. Peut-on, systématiquement et sans raison grave, se « débarrasser » de  l’autel principal, et le reléguer dans un coin – alors que pour nous l’autel est le lieu du sacrifice, le lieu où est présent Notre Seigneur lors de chaque messe ? Peut-on se comporter dans une église, comme s’il s’agissait d’une simple salle municipale? Certes, les artistes comme les spectateurs n’ont aucunement la volonté de choquer ou de nous blesser. À nous donc d’être suffisamment  à l’écoute pour accueillir et sensibiliser.
Nos préoccupations ne doivent pas être perçues comme un signe de fermeture ou d’exclusion de la part de l’Église. Nous aurions tout faux ! À nous chrétiens d’être aussi des forces de proposition en matière de culture. Sommes-nous suffisamment présents dans ce domaine – où l’on peut aussi être témoin du Christ. Une petite équipe entame une réflexion en ce sens, avec notre curé, le père É. Ducamps.


Pierre Moracchini 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire