En bref

Eglise Saint Crépin : L’église est ouverte chaque jour de 8h30 à 19h / Messes dominicales : - Samedi : 19h en village (du 1er mars au 31 octobre) et à 18h (du 1er novembre au 28 février) - Dimanche : 9h et 11h à Saint Crépin / - en semaine à Saint Crépin : mardi, jeudi, vendredi et samedi à 9h / le mercredi à 9h à la chapelle de l'Hôtel-Dieu / - Adoration : chaque jeudi après la messe de 9h / chaque dimanche à 17h avec Vêpres et Salut du Saint Sacrement - Confessions à l'église Saint Crépin : chaque samedi à 9h30

dimanche 27 août 2023

Homélie du 27 août, 21 ° Dimanche du Temps ordinaire par le Père Claude


(Is 22,19-23 ; Rm11,33-36 ; Mt 16,13-20)

Faisons l’apologie de la clef. La clé ou la clef (selon comment on veut l’écrire), c’est un instrument qui permet de verrouiller et de déverrouiller une serrure. Elle peut être en métal ou en électronique. Ce sont les fameux trousseaux de clefs qui pèsent nos poches ou ces commandes qu’on actionne à distance. La clef c’est elle qui nous permet d’ouvrir notre maison, notre voiture, notre valise etc.

La clef, c’est un instrument d’accès, par exemple à nos mails, à nos différents comptes à partir d’un code. Lorsque nous venons à perdre ou à oublier ce code d’accès, c’est-à-dire notre clef, nous sommes obligés d’en demander un autre ou si après trois essais infructueux, le système bloque automatiquement le compte et nous envoie un message comme quoi « quelqu’un est en train d’essayer d’entrer dans votre compte. »

La clef c’est enfin le moyen d’atteindre un objectif, d’atteindre un résultat. On parle de la clef du succès, la clef de la richesse, la clef du savoir, la clef du bonheur etc. Tous les samedis, sur la chaine 2, lorsque je le peux j’aime bien suivre l’émission intitulée : « Fort Boyard », que vous aimez aussi sans doute. Ce que j’aime surtout dans cette émission c’est qu’il s’agit toujours dans les différentes épreuves, de trouver une clef, un code, un indice, de faire preuve d’agilité, d’astuce, c’est-à-dire d’être permanemment en train de chercher dans chaque épreuve, le moyen d’entrer le vite possible en possession d’un avantage. En définitive, la clef c’est tout dispositif sécurisé, personnel, permettant d’avoir accès à un espace, à un bien, à une information, ou permettant d’atteindre un but, un résultat.

 Au-delà de cette description que je viens de faire, La clef c’est le symbole de la responsabilité, et de l’autorité. Celui qui a la clef, a la responsabilité d’ouvrir et de fermer une porte ; c’est de lui, qu’il dépend que les autres entrent ou n’entrent pas et il a le devoir moral et peut-être juridique de veiller à ce que tout ce qui se trouve dans la maison soit en sécurité. Comme cela arrive souvent dans les passations de charge, l’autorité hiérarchique remet entre autres choses au nouvel élu les clefs des lieux, signe de son autorité et des responsabilités qui lui sont confiées. Dans le cadre spécifiquement ecclésial, le maire ou l’évêque selon les endroits remet au nouveau curé les clefs de l’Eglise. C’est le curé qui porte la responsabilité première devant l’autorité qui l’a investi d’ouvrir et de fermer l’église. Dans la première lecture, Dieu choisit Eliakim suite à la désobéissance de Shebna, pour être le nouveau roi d’Israël, et Dieu promet de « mettre sur son épaule la clef de la maison de David. Porter quelque chose sur ses épaules, c’est en avoir la responsabilité. Ce ne sont pas seulement les clefs de la maison de David que Dieu remet au nouveau, mais aussi la charge et la responsabilité de guider le peuple de Dieu selon le cœur de Dieu. C’est pourquoi Dieu ne se contente pas seulement de mettre les clefs dans les mains de Eliakim mais les lui pose sur les épaules avec des consignes fermes « s’il ouvre (la maison de David) personne ne fermera ; s’il ferme, personne n’ouvrira. » Dieu accorde ainsi au roi à la fois pouvoir politique, moral et spirituel pour gouverner son peuple. Puisque toute autorité vient de Dieu, et que c’est Dieu qui a élu Eliakim roi sur Israël, en conséquence tout acte posé par le roi, recevra l’onction de Dieu et sera comme voulu par Dieu Lui-même, pourvu que ce soit pour le bien du peuple et non pas pour satisfaire aux seules prétentions du roi.

Le pouvoir spirituel de la clef que je viens d’évoquer, est notamment celui dont Jésus investit Pierre. Il déclare clairement à Pierre, « Je te donne les clefs du royaume des cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. » (Mt16,20) mais disons-le ce pouvoir spirituel a sa source dans la foi au nom de Jésus ; c’est dans la foi à Jésus Christ que le pouvoir de Pierre de lier et de délier va s’exercer. Voilà pourquoi Jésus fait précéder la promesse de la remise des clefs de la profession de foi de Pierre. Quand Pierre disait » Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. » (Mt 16,19), il professait sa foi. C’est ce pouvoir des clefs que l’Eglise dans sa mission de sanctification exprime à travers par exemple les sacrements des malades, de la réconciliation, à travers de l’exorcisme. L’Eglise a le mandat de délier des liens diaboliques, de délivrer des liens du péché, ou encore d’unir à jamais les époux entre eux et avec le Christ dans le lien du mariage, ou encore d’unir les chrétiens au Christ dans le lien du sacrement du Baptême, en sachant qu’on n’efface pas son baptême, il est indélébile ; Il en va de même pour le prêtre dans le sacrement de l’ordre où il est prêtre à jamais.

Chaque chrétien du fait de son baptême, détient un  pouvoir spirituel. Nous ne le savons pas toujours assez. Lorsque le Chrétien prie vraiment au nom de sa foi au Christ, il a ce pouvoir de la clef ; tout ce qu’il demandera il l’obtiendra, le Christ Lui-même nous l’as dit « Demandez on vous donnera, frappez on vous ouvrira » ou encore « tout ce que vous demanderez en mon nom je vous l’accorderai » ;  Savons-nous que dans la prière du rosaire pour ne parler que d’elle, il y a des grâces énormes que Jésus accorde pour combattre Satan ? ou pour obtenir par Marie un miracle ? On dit que chaque « ave Maria » récité est un coup de marteau sur la tête de Satan Est-ce que nous en sommes conscients ? La prière c’est une clef dans nos mains pour déverrouiller toute situation complexe et pour verrouiller les portes de nos vies à Satan. N’ignorons pas cette grâce dont Dieu nous a comblé. Amen

Père Claude MITCHIKPE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire