vendredi 6 janvier 2012

EPIPHANIE : il est grand l'Amour du Seigneur !

Basilique du Rosaire - Lourdes -

Ils étaient étrangers, ils méconnaissaient la loi et les prophètes, la culture et la foi du peuple de Dieu, c’étaient « des mages venus d’Orient »

 Et pourtant, ils sont en recherche : «  ils ont vu se lever l’étoile de celui qui vient de naître »

Saurons-nous nous étonner devant leur détermination pour vivre cette aventure. Dans un pays inconnu ?

Saurons-nous admirer le Seigneur qui attire à lui tous les hommes, sans aucune discrimination ?

Saurons-nous nous émerveiller devant «  la grandeur la largeur, la profondeur de l’amour de Dieu » qui brise toutes les frontières ?

Saurons-nous communier à cet amour, lui donner un visage, de manière à connaître la joie authentique de rencontrer le Seigneur dans le visage de tous ceux qui sont sur ma route comme des frères qui me sont donnés ?

Aujourd’hui, comme dit le poète, saurons-nous trouver le chemin d’une « MAIN OUVERTE »
« La  nuit n’est jamais complète 
 Il y a toujours
 Puisque je le dis
 Puisque je l’affirme, 
au bout du chagrin, une fenêtre ouverte,
Une fenêtre éclairée
Il y a toujours un rêve qui veille
Désir à combler,
Faim à satisfaire,
Un cœur généreux
Une main tendue,
Une main ouverte,
Des yeux attentifs
La vie à se partager. » (Paul Eluard)

Bernard Crinon

11 commentaires:

  1. Merci à l'abbé Crinon pour son message où se mêlent l'humain et le divin, paroles d'hommes et Parole de Dieu, dessin humaniste et peinture religieuse.
    Saint Augustin écrivait à propos du Mystère de l'Incarnation :
    " Dieu s'est fait homme, afin que, marchant à la suite d'un homme - ce que nous pouvions -
    Nous arrivions jusqu'à Dieu - ce que nous ne pouvions pas !"

    RépondreSupprimer
  2. L'Epiphanie est comme Noel, une SOLENNITE dans la liturgie de l'Eglise.

    J'aime beaucoup cette prière de Karl Rahner, prêtre jésuite allemand : la voici pour tous ceux qui "passeront" sur ce blog :

    Votre coeur s'est mis en route vers Dieu
    en même temps que vos pas
    se dirigeaient vers Bethléem.
    Vous cherchiez
    et Dieu guidait votre recherche
    dès l'instant où vous l'avez entreprise.
    Vous le cherchiez donc, lui, le Salut.

    Vous le cherchiez
    au firmament du ciel,
    mais aussi dans votre coeur ;
    dans le silence
    mais aussi dans les questions
    posées aux hommes.

    Quand, arrivés près de l'Enfant,
    vous vous agenouillez devant lui,
    vous offrez l'or de votre amour,
    l'encens de votre vénération,
    la myrrhe de vos souffrances
    devant la Face du Dieu invisible.
    Et toi, risque à ton tour
    le voyage vers Dieu !
    Allons, en route !
    Oublie le passé, il est mort !
    La seule chose qui te reste,
    c'est l'avenir.
    Regarde donc en avant :
    la vie est là
    et ses possibilités entières,
    car on peut toujours trouver Dieu,
    toujours le trouver davantage.

    Un atome de réalité surnaturelle
    a tellement plus de prix
    que nos rêves les plus grandioses :
    Dieu est l'éternelle jeunesse
    et il n'y a point de place
    pour la résignation dans son Royaume !

    RépondreSupprimer
  3. UNE FENËTRE OUVERTE...
    ... UNE FENETRE ECLAIREE
    ...UN COEUR GENEREUX
    ... DES YEUX ATTENTIFS
    ... UNE MAIN TENDUE
    ...UNE MAIN OUVERTE
    C'EST PEUT ETRE CELA LA FOI CHRETIENNE
    CES FETES DE NOEL VIENNENT CHAQUE ANNEE NOUS LE RAPPELER DANS UN MONDE DOMINE PAR L ARGENT ET LE CHACUN POUR SOI.

    RépondreSupprimer
  4. le quatrième mage ...7 janv. 2012 à 19:37:00

    Seigneur, si tu veux m’attendre encore,
    je serai le quatrième mage,
    parti de nulle part,
    parti sans étoile aux cieux
    pour un voyage au bout du temps,
    pour un voyage au bout de moi…

    Quand les ténèbres brouillent toutes pistes,
    quand ma boussole intérieure bat la chamade,
    quand ma route s’enroule sur elle-même,
    tu me montres quelque part dans la nuit
    l’étoile inconnue que tu fais lever pour moi !

    Tu me dis que je n’ai pas perdu ma vie,
    ce temps que j’avais rêvé tout autre !
    Tu me dis que tu m’attends encore,
    car la fête ne commencera pas sans moi.

    Et je t’offrirai mon enfance
    tapie sous les décombres de mon passé…
    J’adorerai l’enfant de Noël
    comme on s’agenouille émerveillé
    devant le miracle fragile
    d’une Parole enfin devenue vraie.

    Maintenant, je te vois en l’enfant de Noël
    t’agenouiller devant moi
    pour que je devienne enfin ton enfant.

    Le mage inconnu

    RépondreSupprimer
  5. Un ciel étoilé la nuit annonce une belle journée claire le lendemain ...
    L'Etoile qui a conduit les mages à la crèche annonçait "des jours nouveaux"
    En ce temps où l'on s'échange des voeux (parfois d'une grande banalité !) puissions-nous laisser l'Etoile du Sauveur éclairer le ciel de nos vies et qu'elle nous guide pour nous conduire à Jésus.

    RépondreSupprimer
  6. ... et quand on n'est pas née sous une bonne étoile ?

    RépondreSupprimer
  7. Vos verbes sont bien choisis pour manifester la Foi :
    étonner, admirer, s'émerveiller,communier
    la foi est un trésor !

    RépondreSupprimer
  8. Vous nous annoncez la "Journée des migrants"
    Les prêtres insistent souvent sur l'accueil de l'étranger, de l'hospitalité à avoir envers les personnes d'autres cultures et religions.
    Nous sommes quand même, pour le moins,troublés car ces sentiments sont trop souvent à sens unique.
    Nous pensons à ce qui se passe au Nigéria où des chrétiens viennent encore d'être assassinés par des groupes islamistes. Mais aussi en Egypte, en Irak et ailleurs.
    Un journaliste écrivait récemment que le "printemps arabe" avait parfois entrainé un "hiver pour les chrétiens".
    Sachons faire preuve de discernement et de lucidité et non de naiveté.
    Nous cherchons à y voir clair.

    RépondreSupprimer
  9. La voix du Pape peut éclairer ces questions,
    voici un extrait de dépêche AFP de ce jour à propos de l'allocution du Pape au Corps diplomatique :"Benoît XVI a brossé ce lundi devant le corps diplomatique un tableau sombre pour 2012, de la crise financière au terrorisme islamiste en Afrique et au sort des chrétiens d'Orient, sans oublier la remise en cause de la famille traditionnelle en Occident. "Vraiment le monde est obscur, là où l’homme ne reconnaît plus son lien avec le Créateur! Le moment actuel est malheureusement marqué par un profond malaise. Les diverses crises: économiques, politiques et sociales, en sont une expression dramatique", a déclaré le pape à 160 diplomates dont 115 chefs de missions accrédités au Saint-Siège.

    Appelant toutefois à "ne pas se décourager", Benoît XVI a préconisé "de nouvelles formes d'engagement" et "de nouvelles règles" face à la crise financière, celle-ci pouvant être l'"aiguillon" d'une réflexion éthique. Les dirigeants ne peuvent se limiter à "des mécanismes gouvernant la vie économique", a-t-il critiqué, alors que le Vatican a demandé fin 2011 la création d'une Autorité universelle pour réguler le désordre financier.
    Des jeunes «désorientés et frustrés» faute d'avenir

    Benoît XVI a en priorité exhorté les gouvernants à s'occuper des jeunes "désorientés et frustrés" faute d'avenir, de l'accueil des réfugiés et des répercussions de la crise sur les pays en développement. La communauté internationale, a-t-il plaidé, doit plancher sur "de nouvelles règles assurant à tous la possibilité de vivre dignement et de développer leurs capacités au bénéfice de la communauté". Evoquant les bouleversements dans les pays arabes, Benoît XVI a relevé que "l’optimisme initial a cédé le pas à la reconnaissance des difficultés".

    Des dangers existent de stratégies basées sur les "échéances électorales" et d'une utilisation des réformes comme de "simples instruments pour garder ou conquérir le pouvoir". En Syrie, a-t-il martelé, le bain de sang doit cesser, et un dialogue entre toutes les parties doit s'ouvrir sous l'égide d'"observateurs indépendants". Il a exprimé son inquiétude pour les minorités chrétiennes dans tous les pays de la région jusqu'au Pakistan.

    Dans nombre d'entre eux, les chrétiens sont "privés des droits fondamentaux et mis en marge de la vie publique", a-t-il déploré, regrettant aussi que, dans les pays développés, la religion voie son rôle "marginalisé dans la vie sociale". Le pape a renouvelé son message d'Assise en octobre, alors que la secte islamiste Boko Haram a déclaré la guerre aux chrétiens du Nigeria: le terrorisme est "l'antithèse" de la religion et "contribue à sa destruction".

    RépondreSupprimer
  10. Merci au dernier commentaire qui redit la pensée du pape Benoît XVI sur des questions complexes.
    Le précédent, disant "nous sommes troublés" en parlant de l'insistance des prêtres, voici, en résumé, ce qu'ils ont redit ce dimanche:
    - cessons de faire circuler (sur le Net) des messages qui incitent à la peur de l'autre. Engageons-nous sur le chemin de la rencontre.
    - et si nous évoquons des déclaration ou des faits,soyons précis sur les noms, les lieux, les dates. ("un journaliste", cité par "des paroissiens" est Eric Zemmour, dont on trouve le profil sur Wikipédia).
    Avançons ensemble dans la charité et la vérité.

    RépondreSupprimer
  11. Oui, il s'agit de questions complexes.
    Mais nous avons l'éclairage de la Bible qui presse les croyants à protéger "l'étranger, la veuve et l'orphelin"
    Ne l'oublions pas !

    RépondreSupprimer