Avec les enfants prenons le chemin vers Noel

Avec les enfants prenons le chemin vers Noel
cliquer sur l'image pour accéder au calendrier de l'Avent

lundi 25 décembre 2017

Noel 1223 à Greccio avec François d'Assise



67 Il advint donc que, lors d’une célébration de la nativité du Seigneur à Greccio, pour représenter l’enfance du Seigneur à la naissance, il fit une chose très digne d’heureuse mémoire. En cette nuit où le Christ naquit sur terre, il fit préparer une crèche, disposer le foin dans la crèche, placer près de la crèche le bœuf et l’âne. Les frères sont convoqués de nombreux lieux à célébrer les vigiles de la fête. Les gens affluent pour voir d’un bout à l’autre le nouveau mystère et, ayant pris des torches et des cierges, ils font resplendir la nuit. Les frères chantent les louanges dues au Seigneur et les antiques annonces de Bethléem sont renouvelées à Greccio par un rite nouveau. Le saint de Dieu se tient devant la crèche, l’esprit dirigé au ciel, inondé d’une ineffable joie. Les rites de la messe sont célébrés sur la crèche et le prêtre jouit d’une consolation nouvelle. 

68 Le saint de Dieu est revêtu des ornements de diacre, car il était diacre, et il chante le saint évangile d’une voix sonore. Il profère des paroles douces comme le miel sur la nativité du pauvre Roi et la toute petite cité de Bethléem. Voulant en effet nommer Jésus, en raison de l’amour extrême dont il brûlait en lui-même, il le nomme en balbutiant « l’enfant de Bethléem ». Là se multiplient les dons du Tout Puissant et une admirable vision est perçue par un homme de vertu. Il voyait dans cette même crèche un enfant gisant inanimé ; le saint de Dieu, s’approchant de lui, l’éveillait rapidement comme de la torpeur du sommeil. À juste titre, à celui qui repassait en esprit l’enfance du Christ, l’enfant nouveau-né apparut, car par son serviteur il a été rappelé à la mémoire de beaucoup dans les cœurs desquels il avait été livré à l’oubli. 

69 Enfin, une fois la célébration terminée et tous rentrant chez eux, on conserve le foin de la crèche par lequel des animaux malades sont délivrés, par lequel aussi des femmes et des hommes, par l’action de la grâce divine, guérissent de leurs maux. Bien plus, le lieu de la crèche est consacré en temple au Seigneur et on dédie un autel sur la crèche, avec une église, en l’honneur du très bienheureux père François.

Thomas de Celano, Noël 1223, Greccio.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire