Reprise des messes publiques avec 30 personnes maximum dans l'assemblée (sans inscription préalable)
- samedi 28 novembre à 18h30 à Fossoy
- dimanche 29 novembre à l'église Saint Crépin de Château-Thierry : 9h - 11h - 18h
- en semaine à Saint Crépin (à partir du lundi 30/11) : du lundi au samedi à 9h

lundi 13 janvier 2020

Projet de loi BIOETHIQUE, catholiques, manifestons-nous en signant une lettre à l'intention des sénateurs

Le projet de loi BIOETHIQUE  va être soumis prochainement au Sénat.
La paroisse Saint Crépin les Vignes propose une lettre-pétition à votre signature lors des messes du samedi 11 janvier à 19h et dimanche 12 janvier à 9h30 et 11h.
Elle est destinée à être envoyée au sénateurs de l'Aisne.                                                                                                                                
en savoir plus, cliquer ici

                  Madame la sénatrice, Messieurs les sénateurs,

                  Par la présente lettre, nous, paroissiens de Château-Thierry, tenons à vous interpeller à l’occasion de l’examen prochain au sénat du projet de loi relative à la bioéthique et adopté en première lecture à l’assemblée nationale le 15 octobre 2019.
                   Les arguments dits de « l’intérêt supérieur de l’enfant » avancés par les promoteurs de la loi nous semblent totalement fallacieux et basés sur des arguments idéologiques et très éloignés de la réalité.
                   Partant de la position connue des évêques de France, nous observons que ces projets de société, loin d’être compris par bon nombre de personnes, contribuent à déliter les familles, le tissu social. Ils génèrent de l’instabilité en brouillant un peu plus les repères pour les jeunes générations, contribuant à leur fragilisation. 
                  En effet, il nous est impossible de souscrire à une loi qui, notamment :
-Prive l’enfant de la possibilité d’avoir un père et une mère. En effet, l’extension de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules crée de toute pièce des enfants orphelins et des problèmes de filiation sans fin. D’autant plus que cela contrevient à la convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) ratifiée par la France, en son art. 7 qui stipule que « l’enfant a droit …dans la mesure du possible de connaître ses parents et d’être élevé par eux ».
-Autorise la recherche menée à partir d’embryons conçus in vitro dans le cadre d’une assistance médicale qui ne font plus l’objet d’un projet parental et, ainsi, peuvent être proposés à la recherche.
                   Par suite, après la PMA sans père viendra la GPA sans mère. Au nom de l’égalité, les hommes exigeront les mêmes droits que les femmes. Pour preuve, certains enfants nés à l’étranger attendent leur naturalisation par l’état français. 
                   Paradoxalement, « l’intérêt supérieur de l’enfant » n’est-il pas plutôt de développer les moyens de soigner dignement dans les hôpitaux et de développer la recherche sur les maladies rares et génétiques. Par ailleurs, les budgets seraient mieux utilisés pour la recherche sur la fécondité-stérilité plutôt que d’ouvrir des marchés nouveaux financièrement prometteurs basés sur des recherches aléatoires et desservant, en fait, l’intérêt des populations.
                 Cette loi, une fois votée et promulguée, serait grave de conséquences : vous avez possibilité de vous y opposer en discernant les vrais enjeux d’humanité garantissant aux générations futures le respect de la personne humaine. Nous prions pour que votre liberté de vote soit exercée en conscience, de bon sens et non pas à partir d’un calcul politique.
Recevez, Madame et Messieurs, l’expression de notre considération respectueuse pour les lourdes responsabilités qui vous sont confiées.
        Père Edouard DUCAMPS, curé de la paroisse saint Crépin-les -vignes à Château-Thierry (02)

Les membres ci-après de la communauté paroissiale
(NOM, prénom, localité et signature)




Aucun commentaire:

Publier un commentaire