dimanche 1 juillet 2012

Prêtre depuis 1972 ... je Te dis MERCI, Seigneur !

Bernard Proffit, vous fêtez cette année les 40 ans de votre sacerdoce.

Vous avez été ordonné prêtre le 25 juin 1972 à Vervins par Mgr Bannwarth.

Vous avez exercé votre ministère successivement 3 ans à Vervins, 4 ans à Saint Quentin, 9 ans à Hirson et 20 ans à Liesse Notre-Dame.

Nous rendons grâce au Seigneur pour ce don qu’Il nous fait.
Pour le blog de la paroisse, pourriez-vous répondre à quelques questions :

Quelles sont vos plus grandes joies comme prêtre ?
Dans l'Evangile, le Berger se réjouit quand il a retrouvé une brebis perdue. C'est la même joie qui m'anime quand je rencontre un homme, une femme, un jeune en recherche de Dieu ou de retour vers la communauté chrétienne. J'essaie de les aider à monter une petite marche à la mesure de leur possibilité.

Comme beaucoup de confrères, j'apprécie aussi la rencontre des couples. Elle permet de prendre du temps pour parler de leur vie humaine et du sens qu'ils donnent à cette vie, sachant que Dieu est au cœur de tout cela.
  
Le monde change, l’Eglise aussi, quelles sont les principales difficultés que vous avez rencontrées dans votre ministère de prêtre ?
Oui, les rythmes de vie dans toute la société ont changé. Cela représente une difficulté réelle pour aider les fidèles à tenir bon et à trouver les chemins qui les feront progresser. Il nous faut adapter nos propositions, nous montrer audacieux, accrocheurs.

Ayant toujours eu la chance de vivre en communauté de prêtres et dans des paroisses avec un cercle de chrétiens proches de leurs prêtres, le célibat n'a jamais été une difficulté pour moi. J'aimerais cependant pouvoir passer plus souvent dans des familles. Si certains chrétiens pensent que les prêtres sont toujours très occupés, ce n'est pas vrai tous les jours. 

A vos yeux, quels sont pour l’Eglise les grands défis à relever aujourd’hui ?
L'Eglise est née à la Pentecôte, propulsée par l'Esprit Saint hors du lieu où elle se repliait. En outre, elle a toujours été comme un barque secouée par la tempête. C'est pourquoi, notre défi pour aujourd'hui, c'est de rester fidèles au Christ, à l'écoute des nouveaux chemins sur lesquels il nous appelle. Tant pis pour les vagues !

Qu’aimeriez-vous « dire » aux jeunes générations ?
Quand je rencontre des jeunes générations, j'essaie de connaître ce qui les passionne et ce qui les questionne. J'aimerais les inviter à prendre le temps de se poser pour clarifier ces questions et bien voir ce à quoi ils se sentent appelés. 

Accepteriez-vous de partager votre prière au Seigneur en cette année de jubilé ?
Pour la chance d'avoir été appelé, je te dis merci, Seigneur. Maintenant je mesure le chemin parcouru, ce que je suis devenu, ce que j'ai appris, ce que j'ai vu grandir. Hier déjà, dans un monde en pleine mutation, je ne pouvais imaginer ce que serait mon ministère, , mais je savais que j'avancerais avec Toi. Tu as pris le visage de milliers de compagnons de route. Merci pour eux et pour ceux qui prendront le relais.

Bernard Proffit, prêtre depuis 1972.

 Merci, Bernard et ALLELUIA !

2 commentaires:

  1. A notre tour nous disons merci au Christ pour ce prêtre qu'Il a appelé et qui a répondu OUI

    Mesure t on assez, nous laics, ce que ce oui représente de disponibilité pour toute la vie ?

    RépondreSupprimer
  2. Que tous nos prêtres soient remerciés. Prions pour eux.
    Ils sont souvent critiqués et moins souvent soutenus.
    Que serions nous s'ils n'étaient pas là ?

    RépondreSupprimer