Avec les enfants prenons le chemin vers Noel

Avec les enfants prenons le chemin vers Noel
cliquer sur l'image pour accéder au calendrier de l'Avent

vendredi 28 juin 2013

Matthieu sera ordonné prêtre dimanche




Dimanche 30 juin 2013 à 16h00 à la Cathédrale de Soissons,
Matthieu Saur (originaire de la Ferté-Milon)  sera ordonné prêtre par Mgr Hervé Giraud. 

Nous sommes tous invités à participer à la messe d'ordination ou à nous y unir dans la prière.

"Suis-moi !" Matthieu 9,9

 

5 commentaires:

  1. Le soleil n'est pas au rendez-vous de l'été jusque là ... mais la joie habite les catholiques de notre diocèse à la perspective de l'ordination d'un nouveau prêtre !
    Remercions le seigneur pour le DON qui nous est ainsi fait !
    Faisons monter avec ferveur cette prière vers le Ciel :

    Seigneur nous te rendons grâce pour les prêtres du monde entier
    Et plus particulièrement pour ceux que tu mets sur notre route.
    Habite-les de ta présence afin que nos rencontres avec eux soient des rencontres avec Toi.
    Renouvelle chaque jour en eux le « Oui » qu’ils ont su te dire
    Et fais de leur fidélité une lumière pour le monde.
    Dieu de tendresse et d’amour
    Prends pitié de ceux qui se sentent blessés, découragés.
    Réconforte les prêtres âgés, malades et ceux qui vont mourir.
    Seigneur, mets en notre cœur, à l’égard des prêtres,
    Respect, gratitude et compréhension.
    Fais-nous reconnaître en eux des hommes de cette Eucharistie dont nous vivons et ceux par qui se manifestent Ta miséricorde et ton pardon.
    Donne-nous d’être, là où nous sommes, tes serviteurs humbles et discrets,
    Travaillant avec eux, selon nos moyens, à la venue de ton Règne.
    Seigneur Jésus, tu sais à quel point nous avons besoin de prêtres pour faire route vers le Père.

    Nous te supplions, suscite en ton Eglise
    De nombreux pasteurs selon ton cœur.

    AMEN

    RépondreSupprimer
  2. OUI DIMANCHE DE JOIE POUR MATTHIEU
    POUR LES SIENS
    POUR TOUTE LA COMMUNAUTE CHRETIENNE
    BENI SOIS DIEU DE NOUS ENVOYER CE NOUVEAU PRETRE
    QU IL SOIT HEUREUX DANS SON MINISTERE ET NOUS DONNE SOIF DE L EVANGILE
    QU IL SOIT UN SIGNE POUR LES JEUNES GENERATIONS

    RépondreSupprimer
  3. A propos des normes liturgiques et de l'habit du prêtre il est très intéressant de lire ceci extrait du Directoire pour la vie des prêtres publié le 11 février 2013 par la Congrégation pour le Clergé :
    « Respect des normes liturgiques

    59. Parmi les divers aspects actuels du problème de l’obéissance, celui de l’amour et du respect convaincus des normes liturgiques mérite d’être mis en évidence.

    La liturgie est l’exercice du sacerdoce de Jésus Christ, « le sommet vers lequel tend l’action de l’Église, et en même temps la source d’où découle toute sa vertu ». Elle est donc un domaine où le prêtre doit avoir particulièrement conscience d’être ministre, c’est-à-dire serviteur et de devoir obéir fidèlement à l’Église. « Le gouvernement de la liturgie dépend uniquement de l’autorité de l’Église : il appartient au Siège apostolique et, dans les règles du droit, à l’évêque ». C’est pourquoi le prêtre n’ajoutera, n’enlèvera ne changera rien de sa propre initiative en ce domaine.

    Cette norme vaut spécialement pour la célébration des sacrements, qui sont par excellence des actes du Christ et de l’Église, et que le prêtre administre pour le bien des fidèles in persona Christi Capitis etin nomine Ecclesiae. Les fidèles ont un vrai droit à participer aux célébrations liturgiques comme le veut l’Église, et non pas suivant les goûts personnels de chaque ministre ou suivant des particularismes rituels non approuvés, expressions de groupes qui tendent à se fermer à l’universalité du Peuple de Dieu. »

    RépondreSupprimer
  4. Suite ./.

    Et aussi ce passage :

    « Importance et obligation de l’habit ecclésiastique

    61. Dans une société sécularisée et qui tend au matérialisme, où les signes extérieurs des réalités sacrées et surnaturelles s’estompent souvent, on ressent, particulièrement aujourd’hui, la nécessité pour le prêtre – homme de Dieu, dispensateur de ses mystères – d’être reconnaissable par la communauté, également grâce à l’habit qu’il porte, signe sans équivoque de son dévouement et de son identité de détenteur d’un ministère public. Le prêtre doit être reconnu avant tout par son comportement mais aussi par sa façon de se vêtir, pour rendre immédiatement perceptible à tout fidèle et même à tout homme son identité et son appartenance à Dieu et à l’Église.

    L’habit ecclésiastique est le signe extérieur d’une réalité intérieure : « En effet, le prêtre n’appartient plus à lui-même, mais, par le sceau sacramentel reçu (cf. Catéchisme de l’Église catholique, 1563 ; 1582), il est “propriété” de Dieu. Ce fait “d’être à un Autre” doit devenir reconnaissable par tous, à travers un témoignage transparent. Dans la manière de penser, de parler, de juger les faits du monde, de servir et d’aimer, de se mettre en relation avec les personnes, même dans l’habit, le prêtre doit trouver la force prophétique de son appartenance sacramentelle ».

    Pour cette raison, le prêtre comme le diacre ordonné en vue du sacerdoce, doit :

    a) Porter soit la soutane ou « un habit ecclésiastique digne, selon les normes indiquées par la conférence épiscopale et selon les coutumes locales légitimes ». Lorsque l’habit n’est pas la soutane, il doit être différent de la manière de se vêtir des laïcs, et conforme à la dignité et à la sacralité du ministère. La coupe et la couleur doivent en être établies par la conférence épiscopale.

    b) À cause de leur incohérence avec l’esprit de cette discipline, les pratiques contraires ne contiennent pas de fondements suffisants pour devenir des coutumes légitimes et doivent être supprimées par l’autorité compétente.

    À l’exception de certaines situations, ne pas utiliser l’habit ecclésiastique peut manifester chez le clerc un faible sens de son identité de pasteur entièrement disponible au service de l’Église.

    En outre, la soutane – dans sa forme, couleur et dignité – est particulièrement indiquée car elle distingue les prêtre des laïcs et fait mieux comprendre le caractère sacré de leur ministère en rappelant au prêtre lui-même qu’il est toujours et en tout moment prêtre, ordonné pour servir, pour enseigner, pour guider et pour sanctifier les âmes, principalement par la célébration des sacrements et la prédication de la Parole de Dieu. Porter un habit clérical est, en outre, une sauvegarde pour la pauvreté et la chasteté. »

    RépondreSupprimer
  5. Je ne suis pas spécialiste de l'habillement des prêtres, il me semble simplement que "l'habit ne fait pas le moine".
    "C'est à l'amour que vous aurez les uns pour les autres que l'on reconnaîtra que vous êtes mes disciples".
    "L'habit" nécessaire au prêtre n'est pas, à mon avis, soutane ou col romain, mais une attitude pleine de miséricorde et de justice, d'amour et de lucidité envers tous, petits et grands, jeunes et moins jeunes, hommes ou femmes. "Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés" et "Au soir de la vie, vous serez jugés sur l'amour" ... pas sur les vêtements !

    RépondreSupprimer