dimanche 11 mai 2014

Journée de prière pour les vocations ... l'homélie de ce dimanche de l'abbé Gonzague



 
Je voudrais simplement partager avec vous comment j’ai compris l’appel que le Seigneur m’a fait … 





7 commentaires:

  1. une paroissienne12 mai 2014 à 09:19:00

    Je remercie Monsieur l'abbé Bureau pour son homélie que je relis avec beaucoup de joie ; il a su nous parler non pas de la vocation en général mais il a donné son témoignage et un témoignage "parle" ! je discutais à la sortie de la messe hier avec une famille également touchée par ce sermon et qui avait notamment apprécié les exemples concrets et simples cités. nous ne nous sommes pas ennuyés hier pendant l'homélie !
    Et c'était très bien que les enfants faisant leur première communion puissent aussi l'entendre.

    RépondreSupprimer
  2. DIEU ne cesse pas d'appeler les hommes et les femmes du 21 ° siècle !
    l'émetteur fonctionne bien .... mais pas toujours le récepteur !
    prier pour les vocations c'est, me semble t il, prier pour que nos coeurs soient ouverts
    Aujourd'hui ne fermons pas notre coeur mais écoutons la voix du Seigneur

    RépondreSupprimer
  3. Je crois que, comme le soulignait un prédicateur ce dimanche, la diminution considérable des séminaristes est l'un des effets d'une crise qui touche l'ensemble de notre société : les prêtres manquent, mais aussi par exemple les enseignants, les soignants...Et si la foi se transmet aujourd'hui plus difficilement qu'hier, c'est aussi le cas de la culture, des savoir-faire, de la mémoire...La société apparaît-elle encore à nos contemporains comme une réalité à construire AVEC les autres, ou bien est-elle devenue à ses yeux une contrainte extérieure plus ou moins menaçante dont il ne fait partie que dans la mesure où ses intérêts y trouvent profit ? Il y a dans notre pays une très grande violence sociale dont notre individualisme égoïste est directement responsable. Dans cette situation les vocations, parce qu'elles impliquent la volonté de servir et le sens du sacrifice, sont grandement menacées. Ce n'est pas seulement de la baisse des vocations sacerdotales qu'il est question, mais de notre incapacité collective à soutenir les jeunes dans leur aspiration à une vie riche de sens. Le déficit d'engagement est proportionnel à la perte du sens du bien commun. La pénurie des prêtres est un indicateur important pour notre Eglise, mais aussi pour notre société toute entière !

    RépondreSupprimer
  4. abbé Gonzague Bureau14 mai 2014 à 11:27:00

    Si des parents pouvaient témoigner de la manière dont ils éveillent leurs enfants à une vie de service, de don de soi au Seigneur dans son Eglise, au témoignage de l' amour que le Seigneur porte à tous ?

    RépondreSupprimer
  5. Nous essayons dans l'éducation que nous donnons à nos 2 enfants de favoriser :
    - le partage face au chacun pour soi
    - le respect de l'autre
    - la bienveillance
    - l'exemple vécu plus que les paroles - conseils
    Nous cherchons aussi à ce que le Seigneur ne soit pas l'invité du Dimanche mais qu'il fasse partie de la famille au fil des jours !

    RépondreSupprimer
  6. C'est le SEIGNEUR qui appelle.
    NOUS? NOUS POUVONS OUVRIR NOS OREILLES ET NOTRE COEUR
    et être un terrain favorable à l'éclosion de vocations religieuses.
    Prier le maitre de la moisson ...
    nous oublions si souvent de prier, pris dans nos préoccupations quotidiennes ...
    L'adoration du Saint Sacrement est un moment privilégié pour prier pour les vocations ... et pourtant il y a peu de fidèles !

    RépondreSupprimer
  7. CONNAISSEZ VOUS CE SITE ?

    http://www.priere-des-parents-pour-la-vocation.fr

    vous ne serez pas déçus !

    RépondreSupprimer