Tous invités et invitants !

Tous invités et invitants !
Cliquer sur le flyer pour le programme

dimanche 26 février 2017

« La thérapie du sourire »


Voici un article partagé lors de la rencontre de la communauté Foi et Lumière de ce dimanche 26 février.

le billet

Un coup de téléphone, c’est Jean et David. La réunion de Foi et lumière vient de s’achever. Ils appellent pour donner des nouvelles. Les communautés Foi et lumière, fondées par Marie-Hélène Mathieu et Jean Vanier, se retrouvent une fois par mois pour un temps d’amitié et de prière. Elles signifient ainsi que les personnes fragiles, en situation de handicap, sont au cœur de l’Église. Elles vivent de la joie et de l’amitié partagées au fil d’un quotidien souvent difficile. La rencontre avec la personne handicapée amène à reconnaître ses propres limites, sa fragilité, son humanité. « Quelle illusion vit l’homme d’aujourd’hui, soulignait le pape François, lorsqu’il ferme les yeux face à la maladie et au handicap ! Il ne comprend pas le vrai sens de la vie, qui comporte aussi l’acceptation de la souffrance et de la limite. » Pour le pape, le monde devient meilleur « lorsque la solidarité entre les hommes, l’acceptation réciproque et le respect se croisent ». La vie communautaire par « la thérapie du sourire » fait advenir ce monde meilleur. La communauté est au service de la croissance de tous. Chaque personne est appelée à faire fructifier ses dons. Le don n’est pas forcément lié à une fonction, il peut être une qualité de présence et d’amitié qui donne sens au vivre- ensemble. La communauté se situe d’abord au niveau de l’être.

À l’image de l’Église, la communauté est une unité de communion, elle est signe et moyen de la fraternité. Les communautés Foi et lumière, comme les autres communautés chrétiennes, sont tournées vers la fin à laquelle nous sommes tous appelés, à savoir la vie avec Dieu dans un peuple de frères et de sœurs. Une vie déjà là, tout comme le Royaume est déjà là. David a été baptisé adulte à Lourdes lors des 40 ans de Foi et lumière. Lorsqu’il parcourt Paris dans son fauteuil roulant électrique, pour rejoindre sa communauté et vivre la fraternité, un parfum d’Évangile sillonne la ville.

Anne-Marie Gérard
La Croix 18 février 2017

1 commentaire:

  1. Quel beau et vrai billet pour commencer la semaine.
    il a un parfum d'Evangile !

    RépondreSupprimer