Tous invités et invitants !

Tous invités et invitants !
Cliquer sur le flyer pour le programme

samedi 13 juin 2020

Lien paroissial samedi 13 et dimanche 14 juin

Cette semaine, au cours des messes, nous avons écouté le discours de Jésus sur la montagne avec le chapitre 5 de saint Matthieu (Béatitudes) et les suivants.

- Dimanche nous fêtons le Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ (fête Dieu). (Compte-tenu des contraintes sanitaires, la procession avec les enfants de la première communion et profession de foi est annulée). Cette fête, instituée au XIII° siècle (Urbain IV, 1264), amplifie déjà le désir de contempler le Saint Sacrement souligné par l’élévation de l’hostie (1200), la présence réelle du Christ dans l’hostie. La dévotion populaire a porté d’amples processions pour signifier que l’Amour de Dieu est pour tous.

- Il y aura exposition du saint Sacrement dans l’église dimanche après-midi de 17h à 18h.

La messe,  Dt 8, 2-3.14b-16a ; Ps 147 ; 1Co10, 16-17; Jn 6, 51-58.



1-L’épreuve du désert (L1) a fait prendre conscience au peuple de la présence agissante de Dieu, c’est une purification salutaire, éclairante pour la vocation du peuple saint : « n’oublie pas le Seigneur ton Dieu qui t’a fait sortir du pays d’Egypte, de la maison d’esclavage ». Il t’a conduit et protégé lors des épreuves du désert, épreuves des serpents mortels, de la soif, de la faim en te donnant la manne venue du ciel. Il t’a appris à te contenter au jour le jour du don de Dieu et à faire confiance. Il t’a éprouvé pour savoir ce que tu as dans le cœur.

2-Le cœur, oui, il s’agit bien de cela. Par le cœur on saigne, on souffre parce que c’est le lieu de l’Amour reçu et donné. C’est le lieu Eucharistique où s'échange des dons. Don de Dieu par Jésus, don de sa sainteté et de la perfection des vertus et nous, don de notre faiblesse et de notre péché. C’est l’Amour de Dieu à partir duquel nous sommes capables de l’amour du frère.

3-L’Eucharistie est donc indissociable de la communion en Dieu dans un admirable échange et c’est aussi la communion avec le frère. Expérience de la communion fraternelle que saint Paul décrit dans l’épître aux Corinthiens. Dès lors que « nous buvons à la même coupe et mangeons le même pain, nous sommes un seul corps, car nous avons part à un seul pain ». C’est le miracle de la communion de l’Eglise à partir de la communion en Dieu par Jésus qui nous introduit dans la sainte Trinité. Le miracle d’une communauté avec ses très grandes diversités culturelles, de race et de conditions sociales. C’est l’Eglise universelle. Un mystère de communion.

4- L’Eucharistie est en fait la seule réponse à la mort. L’Amour vainqueur de la mort qui est perpétué dans ce sacrement. Libération de la peur. Nous pouvons effectuer une lecture spirituelle de ce temps « covid » à partir de l’Eucharistie. La peur a cloué tout le monde à la maison. Nous constatons que beaucoup sont encore traumatisés, nous-mêmes peut-être.
Le manque d’Eucharistie durant cette période est bien plus que le manque de convivialité. A chaque fois que nous buvons à la coupe et mangeons le pain de vie, nous avons la vraie nourriture car « celui qui boit mon sang et mange ma chair demeure en moi et moi en lui. Et celui qui mange ma chair vivra éternellement.
Lorsque nous disons Amen en communiant lorsque nous est présenté « le corps du Christ, nous sommes en situation réelle que la messe vidéo ne peut remplacer. Google trouve là sa limite. C’est bien à la fraction du pain que les pèlerins d’Emmaüs ont reconnu Jésus ressuscité ! Jean dit bien ; « qui mange ma chair et boit mon sang », l’expérience de Jésus, Verbe fait chair » pour faire des croyants des hommes et des femmes nouveaux, les enfants de Dieu, dont la liberté est la caractéristique et le fruit. Libérés de toute peur, libre de dire « je crois », Amen, et de se démarquer de tout ce qui s’oppose à la vie en plénitude.

5– Voilà une belle manière de revisiter notre foi dans la présence réelle. De nous baigner dans la présence vivifiante du Seigneur dans notre vie et, surtout, d’actualiser son action de salut sur chacun des croyants, Amen. Ma vie est entre tes mains, ce combat est le tiens.
Le déconfinement de la foi, en quelque sorte. La fête Dieu est un déconfinement permanent de notre baptême. Afin que nous devenions ce que nous recevons, le corps du Christ. Participer à l’Eucharistie, c’est rester au cœur de notre foi et porter celle de ceux qui sont loin.


Les intentions de messes :

- Pour les défunts :  Bernard Gilbert et le familles Gilbert-Herman ; Marie-Louise Digard et les défunts de la famille; Jean-Marie Printemps ; Michel et Rose Robin ;Fanny Couvreur, Annick Coezzi.

- Les défunts de la semaine : Anne-Marie Delvaux ; Colette Mahieux, née Osselin ; Bernadette Fourt.

« Seigneur Jésus, dans cet admirable sacrement, tu nous a laissé le mémorial de ta passion ; donne-nous de vénérer d’un si grand amour le mystère de ton corps et de ton sang, que nous puissions recueillir sans cesse le fruit de ta rédemption. Toi qui règnes pour les siècles des siècles » Amen.
(oraison de la messe).
P. Edouard.

Ecoutez la séquence pour la Fête Dieu : Lauda Sion salvatorem

Cliquez ici pour les paroles du chant Lauda Sion salvatorem





Aucun commentaire:

Publier un commentaire