Avec les enfants prenons le chemin vers Noel

Avec les enfants prenons le chemin vers Noel
cliquer sur l'image pour accéder au calendrier de l'Avent

mardi 30 avril 2013

Message du 1er mai 2013 de notre évêque avec l'ACO

par Mgr Hervé GIRAUD, évêque de Soissons, Laon et Saint-Quentin, avec l'Action catholique ouvrière

« Pour briser la précarité : chacun peut agir ! »

Lors des deux premiers "messages du 1er mai", j'avais appelé à un renouveau de la solidarité, encourageant à agir pour que le plus grand nombre ait un travail et un travail humain. Ces messages peuvent paraître dérisoires dans la conjoncture actuelle : il est pourtant plus que jamais urgent de secouer nos indifférences et d'ouvrir les yeux sur ce qui n'a ni beauté ni éclat. La précarisation n'est pas un mécanisme inéluctable. Écouter, réfléchir et agir ensemble sont autant de façons de retrouver l'espoir.
Regarder et écouter
            Notre département reste sinistré : trop d'Axonais, parfois très jeunes et jusqu'aux retraités, vivent ou sont menacés par la pauvreté, la précarité, voire l'exclusion sociale. (lire la suite)


4 commentaires:

  1. Très juste vision de la réalité.
    Message, signe d'une Eglise attentive à l'humanité.
    Bien choisi pour faire paraitre ces lignes engagées.

    RépondreSupprimer
  2. L'Eglise nous invite à des manières de nous comporter pour vivre ensemble ; elle ne donne pas des solutions mais des repères qu'il faudrait mieux prendre en compte.
    Merci pour ce message courageux de notre évêque.

    RépondreSupprimer
  3. Nous aimerions un message de notre évêque aussi fort et aussi engagé à propos du "mariage pour tous".
    L'Eglise considère - t elle que l'affaire est bouclée ?
    Continuons à manifester notre désaccord !

    RépondreSupprimer
  4. Je partage tout à fait l'avis précédent.
    La mobilisation de l'Eglise ... on la cherche en vain !
    Pourquoi ce silence de la plupart des évêques ? et des prêtres ?
    Il s'agit en l'occurence non de précarités ou de fragilités mais de ruptures dans l'éthique familiale.
    Il nous faut aussi prier.

    RépondreSupprimer