Avec les enfants prenons le chemin vers Noel

Avec les enfants prenons le chemin vers Noel
cliquer sur l'image pour accéder au calendrier de l'Avent

lundi 11 novembre 2013

11 novembre. Prière pour la PAIX

Ce 11 novembre, une prière œcuménique a rassemblé des membres des communautés chrétiennes de Château-Thierry et des personnalités pour une prière pour la PAIX.
L'homélie nous indique quelques repères pour en prendre le chemin:

 
Evangile selon Saint Jean 14, 27-31

A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous la donne pas comme le monde la donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. Vous avez entendu que je vous ai dit : Je m’en vais, et je reviens vers vous. Si vous m’aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais au Père ; car le Père est plus grand que moi. Et maintenant je vous ai dit ces choses avant qu’elles arrivent, afin que, lorsqu’elles arriveront, vous croyiez. Je ne parlerai plus guère avec vous ; car le prince du monde vient. Il n’a rien en moi qui puisse lui donner prise ; ; mais afin que le monde sache que j’aime le Père, et que je fais tout ce que mon Père m’a commandé. »

HOMELIE  (Abbé PROFFIT)
Notre pays ne subit plus la guerre, mais beaucoup d'entre nous, au fond de leur cœur, ne ressentent peut-être pas une véritable paix intérieure. La paix, nous le savons bien, n'est pas seulement l'absence de guerre militaire. Elle se joue à de nombreux niveaux. 

Le plus évident, c'est le monde économique. Bien plus puissant que toutes les forces politiques, le monde économique est une véritable jungle où les plus forts écrasent les plus faibles. Que l'on parle du poisson, du soja, de l'huile de palme, du pétrole, du gaz de schiste ou des terres qui contienne des métaux rares, en arrière plan, il y a des Etats ou des personnes qui recherchent leur intérêt, aux dépens des autres.

Dans certains pays, on va jusqu'à tuer des innocents : des paysans qui veulent garder leur terre, des personnes âgées ou des enfants à naître trop encombrants, des travailleurs sur des chantiers sans aucune sécurité, des consommateurs d'aliments gorgés de pesticides, etc. Tout cela pour des intérêts économiques.

Que faire ? Il est difficile de rester intègre, en particulier lors de transactions financières : achats, ventes, placements, héritages. Certains recherchent des placements éthiques ou militent contre les paradis fiscaux. D'autres, par sensibilité écologique essaient de s'informer et de privilégier les produits qui respectent leur santé et celle des autres. Cela semble bien dérisoire, mais cette volonté de garder une économie au service de l'homme fait partie de la tradition chrétienne.

Et dans le domaine des idées, comment progresser vers la paix ?
On parle beaucoup de tolérance dans notre société qui reçoit de plein fouet des modes de vie complètement différents des nôtres. On en rêve. Mais on ne peut pas laisser tout dire ni faire n'importe quoi, dès l'instant où les uns ne respectent pas les autres.

Comment trouver de chemins de dialogue, y compris entre croyants de confessions différentes ? Comment lutter ensemble contre les extrémismes qui existent chez nous ? Les rencontres interreligieuses et la prière commune entre chrétiens s'inscrivent comme des balises sur le long chemin de la paix spirituelle. Il reste beaucoup à faire. 

Si la paix que donne Jésus n'est pas semblable à celle du monde ordinaire, cette paix implique des initiatives courageuses, de la persévérance et parfois elle doit passer par le pardon et le sacrifice.

Nous ne pouvons pas oublier tous ces combattants des différentes guerres qui ont sacrifié leur vie. Certains n'ont pas eu le choix, ils méritent pourtant notre respect. D'autres, en toute conscience et liberté, ont pris des risques pour épargner d'autres vies. Le don de leur vie mérite notre admiration. Une vie donnée n'est jamais perdue.

Que le Seigneur, aujourd'hui, éclaire nos chemins. Qu'il ouvre en nous et dans le cœur des responsables de la vie sociale ce qui reste trop fermé, trop frileux pour les amener à la rencontre de l'autre. Et, dans les moments les plus difficiles où nous devons gérer des conflits, qu'il nous aide chacun à ne rien lâcher du désir de trouver des chemins de paix.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire