Avec les enfants prenons le chemin vers Noel

Avec les enfants prenons le chemin vers Noel
cliquer sur l'image pour accéder au calendrier de l'Avent

mercredi 1 janvier 2014

Désirer la rencontre

Oubli de l'autre…Peur de l'autre…Désir de l'autre? que sera 2014 ?
La consultation paroissiale a fait émerger les noms d'une petite centaine de paroissiens très actifs.
Trois de ces personnes seront appelées en ce début d'année. D'autres, peu connus vous ont paru dignes de confiance pour le service de la communauté. Merci d'avoir pensé à eux.
Dans cette démarche, nous avons mis des noms sur des visages, au-delà du cercle restreint de nos connaissances et de nos liens spontanés.
Certes, la taille de notre paroisse ne nous permet pas de vivre une relation suivie avec tout le monde. Mais que dire si quelqu'un restait de côté, oublié, isolé ?
Je souhaite que se poursuivent en 2014 les initiatives qui ouvrent les portes de nos coeurs aux voisins et aux plus loin, tout spécialement les nombreuses personnes en souffrance.

Ecouter, encourager, réconforter, se connaître et agir ensemble… saisissons toutes les occasions. Dans la vie familiale, associative, au travail, sur nos lieux de loisirs ou dans les activités paroissiales tenons le cap d'un monde plus fraternel.

Heureuse année à tous !
Bernard PROFFIT, curé.

5 commentaires:

  1. Paroles du pape François ce 1er janvier avant l’angélus :

    Chers frères et soeurs, bonjour et bonne année !

    Au commencement de cette nouvelle année je vous adresse à tous mes vœux les plus cordiaux de paix et de biens. Mon vœu est celui de l’Eglise, c’est [le vœu] chrétien ! Il n’a pas de lien avec le sens un peu magique et un peu fataliste d’un nouveau cycle qui commence. Nous savons que l’histoire a un centre : Jésus Christ, incarné, mort et ressuscité, qui est vivant parmi nous ; elle a une fin : le Royaume de Dieu, Royaume de paix, de justice, de liberté dans l’amour; et elle a une force qui la porte vers cette fin : cette force est l’Esprit-Saint. Nous avons tous l’Esprit-Saint, que nous avons reçu au Baptême, et qui nous pousse à avancer sur le chemin de la vie chrétienne, sur la route de l’histoire, vers le Royaume de Dieu.

    RépondreSupprimer
  2. "ouvrir les portes de notre coeur"
    Merci pour ces voeux qui ne sont pas des voeux pieux mais qui nous incitent à l'engagement, à une vraie démarche.
    Ainsi nos voeux ne seront pas des voeux d'un jour !

    RépondreSupprimer
  3. L'un des défis qui nous est lancé c'est notre capacité à vivre ensemble dans une période plus difficile et dans une plus grande diversité de cultures.
    Vivre mieux ensemble, c'est notre voeu pour cette année nouvelle
    Puissions nous être nombreux et courageux sur ce terrain pour le bien de notre humanité !

    RépondreSupprimer
  4. rencontrer les autres n'est pas aussi simple ni facile !
    je vis dans une HLM au coeur d'un quartier avec beaucoup de nationalités qui se croisent ; je peux vous dire que c'est trop souvent galère car il manque beaucoup de respect ; chacun ne pense qu'à soi ; il faut y vivre pour le comprendre de l'intérieur , soyons aussi réalistes sur les sentiments humains ;
    sans compter le racket, la drogue et les cambriolages qui se sont encore multipliés durant ces fêtes ; il faut aussi oser dire cette réalité des choses difficile à entendre mais malheureusement o combien vraies ;

    RépondreSupprimer
  5. Lu avec intérêt !
    Le cyclone François pour un monde meilleur
    La bonne nouvelle de l'année 2014

    Antonio Gaspari

    ROME, 2 janvier 2014 (Zenit.org) - En 2013, personne n’aurait pu imaginer que le pape Benoît XVI renoncerait à sa fonction et qu’arriverait à Rome le cardinal Jorge Mario Bergoglio. Qui s’attendait à cet Argentin, fils d’émigrés italiens, qui habite une chambre à la Maison Sainte-Marthe, s’habille sobrement, ne porte pas de croix en or, se chausse de gros souliers orthopédiques, n’utilise jamais la voiture de fonction, téléphone en personne pour répondre à des courriers, console tout le monde et exprime sans cesse sa solidarité et sa charité aux personnes dans le besoin.

    Dès son élection, il lave les pieds à des jeunes détenus de Casal del Marmo, le Jeudi saint. Il cherche et embrasse les malades, les pauvres, les déshérités, les marginaux, les personnes seules, désespérées, les pécheurs.

    Quand il avance dans la foule, l'Evangile prend vit. Il rit, embrasse, soutient, écoute, bénit, caresse, confesse, émeut. Les enfants comprennent tout de suite qu’il est bon, lui serrent la main, l’embrassent, lui parlent, jouent avec lui.

    Durant l’année qui vient de s’écouler, il n’y a pas eu meilleure nouvelle que l’élection du pape François : un cyclone de bonté qui est en train de secouer l’Eglise catholique et qui commence à influencer le monde.

    Il suffit de penser au spectre d'escalade de la violence qui s'est dressé cette année : les Etats-Unis étaient prêts à attaquer la Syrie, la Russie prête à rétorquer par le feu. Préoccupé, le pape avait mis en garde le monde : on risquait une guerre mondiale.

    Il a invité tous les hommes de bonne volonté à une journée de prière, le 7 septembre dernier. Beaucoup n’avaient plus tenu de chapelet dans leurs mains depuis des années, mais ils sont sortis et ont récité des « Je vous salue Marie » et des « Notre Père » sur la place Saint-Pierre. Et les tambours de la guerre se sont arrêtés.

    En poursuivant dans cette voie, l’Europe pourra redevenir un symbole et un modèle de chrétienté dans le monde. Le pape ira en Terre Sainte en mai et il posera des gestes fraternels pour le dialogue entre juifs, musulmans et chrétiens.

    Dans un esprit fraternel et solidaire, en montrant l’exemple de sa charité, le pape continuera à lutter contre la crise économique en convertissant les cœurs, pour aider les plus nécessiteux.

    Mettons notre confiance en Dieu et souhaitons que le cyclone François alimente l’espérance pour un monde meilleur, où la vérité, la justice et la beauté pourront triompher

    RépondreSupprimer