Neuvaine de Pentecôte

Neuvaine de Pentecôte
Neuvaine de Pentecôte - cliquer sur l'image

jeudi 9 avril 2015

Quand un évêque quitte son diocèse ...

Le Pape François a nommé le 5 mars dernier Mgr Hervé GIRAUD, archevêque de Sens-Auxerre et prélat de la Mission de France.

Il sera installé à la Cathédrale de Sens le dimanche 19 avril à 16 h.
Nous y sommes tous invités.
Jusqu'à la prise de possession canonique de son nouveau diocèse le 19 avril,  Mgr GIRAUD  demeure administrateur du diocèse de Soissons, Laon et Saint-Quentin.



Quand  un évêque quitte son diocèse …

Que se passe-t-il et comment est nommé son successeur ?

 Le jubilé des 1700 ans de vie chrétienne dans le diocèse nous a permis de prendre plus particulièrement conscience de la succession des générations de fidèles qui se sont transmis le trésor de la foi. Les évêques envoyés afin de veiller sur cette Église particulière se sont pareillement succédés. Certains ont accompli à Soissons l’intégralité de leur ministère épiscopal quand d’autres ont été transférés vers d’autres diocèses. Comme Mgr Charles-Joseph Languet de Gergy, évêque de Soissons de 1715 à 1730, Mgr Hervé Giraud vient donc d’être nommé archevêque de Sens par le Saint-Père.

Le Code de droit canonique, qui organise juridiquement le fonctionnement de l’Église catholique, décrit évidemment toutes les incidences d’un tel événement pour le gouvernement d’un diocèse. Au jour de la publication de la nomination de l’évêque, ce dernier devient administrateur diocésain jusqu’à ce qu’il prenne possession de son nouveau siège. Ce n’est donc qu’à la date d’installation de l’évêque dans son nouveau diocèse que le siège d’origine est considéré comme vacant. Il revient alors à un groupe de prêtres, le collège des consulteurs, d’élire un prêtre comme administrateur diocésain jusqu’à l’installation d’un nouvel évêque. Une expression latine résume l’activité du diocèse pendant ce temps : « Sede vacante, nihil innovetur » : le siège vacant, aucune innovation ne doit être introduite, le prochain évêque doit trouver le diocèse dans l’état dans lequel son prédécesseur l’a laissé.  

C’est le nonce apostolique, envoyé du pape et ambassadeur du Saint-Siège en France, qui travaille à l’élection du futur évêque. Après avoir pris connaissance des nécessités du diocèse, il adresse une liste de trois noms, la terna, à la Congrégation pour les Evêques, instance vaticane chargée de désigner les candidats à la nomination par le Saint-Père. Comme par le passé, cette nomination est matérialisée par l’envoi d’un parchemin authentifié par le sceau du pape : la bulle. C’est ce document qui est lu lors de l’installation de l’évêque, signe de l’union avec l’Eglise universelle et son souverain pontife.

« Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. (Mt 23,11) L’ambition de et dans l’Eglise est donc celle du service. Ainsi, on ne saurait parler de « promotion » si ce n’est dans le sens de répondre toujours mieux, et avec des responsabilités étendues, aux nécessités de la Mission. L’attitude du pape François depuis son élection en est une belle illustration : sa recherche de simplicité n’est pas un artifice mais l’exemple de ce que doit être un serviteur. Il rappelle ainsi que celui qui a l’autorité sur l’Église catholique est avant tout « le serviteur des serviteurs de Dieu ». 




Nicolas TAFOIRY  (extrait de la Vie diocésaine de Soissons de avril 2015) 

Coordonnées de Mgr Hervé GIRAUD à compter du 19 avril 
ARCHEVECHE - 7 rue Française - BP 287 - 89005 AUXERRE CEDEX
Secrétaire : 03 86 72 93 82

1 commentaire:

  1. Je trouve très intéressant cet article ; il donne des informations simples et utiles pour qui n'est pas dans les circuits internes de l'Eglise.
    Merci
    Prions pour l'évêque qui part et celui qui nous sera envoyé !

    RépondreSupprimer