En bref

Eglise Saint Crépin : L’église est ouverte chaque jour de 8h30 à 19h / Messes dominicales : - Samedi : 19h en village (du 1er mars au 31 octobre) et à 18h (du 1er novembre au 28 février) - Dimanche : 9h et 11h à Saint Crépin / - en semaine à Saint Crépin : mardi, jeudi, vendredi et samedi à 9h / le mercredi à 9h à la chapelle de l'Hôtel-Dieu / - Adoration : chaque jeudi après la messe de 9h / chaque dimanche à 17h avec Vêpres et Salut du Saint Sacrement - Confessions à l'église Saint Crépin : chaque samedi à 9h30

lundi 20 mars 2023

Homélie du Père Claude pour le 19 mars - 4ème dimanche de Carême


LA FOI

L’imagination collective a toujours vu dans le mal ou la souffrance à une punition divine, qui serait elle aussi une conséquence du péché. C’est toute la problématique dans la question des disciples à Jésus sur l’aveugle de naissance : « Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? » LA question qu’on doit se poser : Le mal peut-il être engendré par Dieu ? Le désir de faire du mal peut-il être compatible à la nature de Dieu totalement amour ? L’attitude miséricordieuse de Jésus à l’égard de l’aveugle répond d’elle-même à notre interrogation. Il mélange de la boue à de la salive et il l’applique sur les yeux de l’aveugle et les yeux de l’aveugle s’ouvrirent. Si Dieu peut engendrer le mal, Dieu s’auto détruirait, il se renierait lui-même, il n’est pas un homme, il est Dieu. Donc le mal n’est pas une punition de Dieu.   Mais attention ! Dieu peut par contre permettre le mal afin que de manifester sa gloire comme c’est le cas de cet aveugle de naissance. La version corrigée de la prière du Notre Père est clair à ce sujet « Ne nous  laisse pas entrer en tentation » contrairement à ce qui se disait « Ne nous soumet pas à la tentation. Le mal c’est la négation de Dieu.

En revanche, Dieu peut tirer du mal qui nous arrive, un bien supérieur. En guérissant l’aveugle de naissance, non seulement, Jésus lui donne la lumière du jour mais aussi la lumière de la foi. L’aveugle a bénéficié non pas d’une seule guérison mais de deux guérisons : celle du corps et celle de l’âme. Voilà pourquoi Jésus répond à ses disciples « Ni lui, ni ses parents n’ont péché. Mais c’était pourque les œuvres de Dieu se manifestent en lui » et les œuvres de Dieu, ce sont les œuvres effectivement manifestées pour cet aveugle qui passe de la nuit au jour, des ténèbres à la lumière, de l’incrédulité à la foi. Voilà le grand message de ce dimanche : c’est la foi, l’adhésion à Jésus et à son message. 

Lorsqu’après sa guérison, Jésus pose la question à l’aveugle « crois-tu au Fils de l’homme ? » sa réponse a été « Qui est-il, Seigneur pour que je crois en Lui ? » Et Jésus de lui dire « Tu le vois, et c’est Lui qui te parle. » Et l’aveugle poursuit « Je crois, Seigneur ! » et alors, il se prosterna devant Lui. Désormais la foi reçue par l’aveugle de naissance lui donne de voir non plus avec les yeux de la chair mais avec les yeux de la foi, c’est-à-dire de voir non plus d’après les apparences mais d’après le cœur ; ce regard du cœur qui n’est rien d’autre que le regard de la foi. C’est ce regard qui a permis à Samuel de choisir David pour roi malgré son apparence chétive contre ses autres frères qui eux avaient une carrure d’un roi à vue humaine. C’est ce regard de la foi que nous sommes invités à développer pour comprendre Dieu et comprendre les événements qui arrivent. C’est ce regard de la foi qui peut nous libérer et nous donner force de tirer le meilleur du mal qui nous arrive. Le chrétien doit souvent se poser cette question : de tout ce qui m’arrive quel signe le Seigneur veut il me donner ? Quel message le Seigneur veut il m’adresser à travers les événements qui se produisent aujourd’hui sous nos yeux ?  Cr rien n’arrive par hasard dans la vie du chrétien.

Père Claude MITCHIKPE 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire