Incendie à Notre Dame de Paris

Incendie à Notre Dame de Paris
Incendie à Notre Dame de Paris

vendredi 30 décembre 2011

Crèches ... d'ici ... suite 2

Juliette
Eglise de Gland
le message de NOEL pour nous, Adeline et Dominique


les prêtres de Saint-Quentin
Luc 2,12 « ceci  vous servira de signe :
                   vous trouverez un nouveau-né enveloppé de langes et couché dans une crèche"                                       

Maryline et Alain

un clic sur la photo pour l'agrandir !
Vous souhaitez partager une crèche familiale, de votre église, un dessin d'enfant ... merci de nous transmettre votre photo à ambcolas@gmail.com

2 commentaires:

  1. Ces crèches sont magnifiques et nous invitent à la prière :
    Jésus, ta crèche n'était pas fermée.
    Tout le monde pouvait entrer.
    Tu es venu pour tout le monde.
    Aujourd'hui, tu veux naître
    dans toutes les maisons,
    dans tous les cœurs.
    Tu veux des millions de crèches
    pour habiter le monde.
    Tu veux des millions de cœurs
    pour donner ta paix sur la terre.
    Jésus, viens ouvrir
    nos sourires et nos lèvres,
    nos maisons et nos cœurs
    pour chanter avec Toi.

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai très belle ronde des crèches !
    Ce midi nous avons reçu une carte de voeux d'amis avec cette prière imprimée que nous partageons volontiers :

    “Je les aime ces personnages de la crèche façonnés avec habileté et amour.

    Marie, ta mère, nous guide sur les chemins de la fidélité au delà des épreuves et de la souffrance.
    Joseph, exemple d’humilité, de confiance et de disponibilité sous le regard de Dieu.

    Et tous les autres, les bergers, les rois mages, les moutons, le boeuf et l’âne.

    En les observant ces santons, ces petits saints, je me demande s’ils n’ont pas été mis devant nous pour nous aider à apprendre ce que nous sommes devant toi.

    L’âne? Têtu, désobéissant, n’en faisant qu’à sa tête et cependant endurant lorsque le chemin devient rude. il est fort dans sa fragilité.

    Le boeuf? Imperturbable. Apparemment indiffèrent, il trace son sillon, ne regarde jamais en arrière, rassemble toute son énergie pour surmonter les obstacles jusqu’aux limites de ses forces.

    Les moutons? Insouciants et dociles, ils suivent la majorité sans apparemment se poser trop de questions.

    Les bergers? Ils se présentent devant toi les mains vides, mais le coeur débordant d’amour.

    Les rois mages? Confiants, ils marchent habités par la conviction qu’ils trouveront Celui qu’ils cherchent.

    Ane, boeuf, moutons, bergers ou rois mages, nous sommes tantôt l’un, nous sommes tantôt l’autre;donne-nous, Seigneur de parvenir à être un peu toi.”

    RépondreSupprimer