jeudi 22 décembre 2011

L'abbé Pascal MAES est décédé


Nous vous informons que l'abbé Pascal Maës a été emporté par la maladie, ce jeudi 22 décembre 2011, à l'hôpital de Soissons.
L'abbé MAES avait effectué son dernier stage de formation à Château-Thierry
et il y avait commencé son ministère de prêtre de 1995 à 1999. 
Nous sommes donc particulièrement touchés par cette triste nouvelle.
La messe de funérailles sera concélébrée le samedi 24 décembre 2011 à 14h00 à la cathédrale de Soissons. 

Une messe sera également célébrée le lundi 26 décembre 2011 à 15h00
à l'église d'Origny en Thiérache et sera suivie de l'inhumation.
Nous prierons aussi pour lui et pour sa famille aux prochaines messes de notre paroisse.
Bernard Proffit, curé.

10 commentaires:

  1. Nous sommes très peinés d'apprendre le décès de l'abbé Pascal que nous avons bien connu ; il était très attentif aux personnes et discret.
    Nous pensons aussi à ses parents.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis bien triste, je suis son cousin, il m'a marié le 9/08/97 ; dernièrement j'échangeais avec lui quelques mél et je ne comprends pas qu'un tel malheur puisse arriver, surtout à un prêtre.
    La religion n'explique pas tout, je me demande vraiment pourquoi le Christ ne l'a pas entendu et guéri ; lui qui faisait des miracles dans la Bible. Francis.

    RépondreSupprimer
  3. Je viens d'apprendre la nouvelle par un ami prêtre commun. Je suis prêtre d'Evry et j'étais au séminaire d'Issy avec Pascal quand il a eu son premier cancer. Je suis très peiné et je prie avec lui et ses parents qui ont déjà perdu leur fille... Quelle tragédie en cette veille de Noël! Que le Seigneur l'accueille en sa Paix.
    P. Christian Rémond

    RépondreSupprimer
  4. Croyant, je n'ai pas de réponse pour Francis.
    Un pretre est d'abord un homme comme les autres.
    Il est également "homme de Dieu" : il a donné sa vie à Dieu ;
    Ce texte de Saint Augustin m'aide toujours dans ces épreuves de deuil :

    Toi, tu m'as vu,

    tu m'as aimé dans le pays des ombres,
    et tu ne pourrais ni me revoir,
    ni m'aimer dans le pays des immuables réalités?
    Crois-moi, quand la mort viendra briser tes liens
    comme elle a brisé ceux qui m'enchaînaient
    et quand un jour que Dieu connaît et qu'il a fixé,
    ton âme viendra dans le ciel où t'a précédé la mienne,
    ce jour-là, tu reverras celui qui t'aimait et qui t'aime plus encore.

    Tu me reverras donc,
    transfiguré par l'extase et le bonheur,
    non plus en attendant la mort,
    mais en avançant d'instant en instant,
    avec toi qui me tiendras par la main,
    dans les sentiers nouveaux de la lumière et de la vie,
    buvant avec ivresse, auprès de Dieu,
    un breuvage dont on ne se lasse jamais
    et que tu boiras avec moi.
    essuie tes larmes et ne pleure plus,
    si tu m'aimes.
    Saint Augustin(extrait du livret Tu vivras. Prières pour les défunts, chez Bayard Editions)

    RépondreSupprimer
  5. Ma prière pour l'abbé Pascal sera ce chant qui, à mes yeux, dit tout :

    Entre les mains de notre Père
    Où l’homme est appelé
    Du fond de sa misère,
    Nous te laissons partir;
    Le Dieu qui a pétri
    Au corps de Jésus Christ
    Ta chair et ton esprit
    Saura bien t’accueillir :

    Ta place est pour l’éternité
    Entre les mains de notre Père.

    Entre les mains de notre Père
    Plus douces que nos mains,
    Plus fortes que la terre,
    Nous déposons ton corps;
    Le Dieu qui a donné
    L’amour et l’amitié
    Ne peut nous séparer
    à jamais par la mort :

    Un jour nous ne serons plus qu’un
    Entre les mains de notre Père.

    Entre les mains de notre Père
    Qui voit chaque douleur,
    Qui sait toute prière,
    Nous retrouvons l’espoir :
    Le Dieu qui est venu
    Nous dire par Jésus
    La joie de son salut
    Ne peut pas décevoir !

    Comment ne pas reprendre coeur
    Entre les mains de notre Père.

    RépondreSupprimer
  6. J'ai fait la connaissance de Pascal Maes à son arrivée à la paroisse St Crépin les vignes.Il était d'une extrême gentillesse.Il m'a mariée en 1995 et baptisé ma fille en 1997,je l'ai revu à la Confirmation de ma fille il y a 2 ans.J'en garde d'excellents souvenirs.J'ai appris son décès à la messe du réveillon,j'en ai été très choquée et attristée.Je ne l'oublierai pas dans mes prières.I.Dubois.

    RépondreSupprimer
  7. Patrick Vincensini18 janv. 2012 à 22:44:00

    Je viens d'apprendre la nouvelle du départ de Pascal par un ancien de l'IFEC. Lors de cette année de formation parisienne, j'ai pu apprécier Pascal. Je comprends quel vide la disparition de ce frère dans le sacerdoce peut engendrer... Je le confie au Seigneur. Il saura intercéder pour nous !

    Père Patrick-F. Vincensini, Ajaccio

    RépondreSupprimer
  8. L'amicale des deux vallées20 janv. 2012 à 15:23:00

    L'amicale Saint Vincent des deux vallées, aura une profonde pensée ce dimanche 22 janvier 2012 pour l'Abbée MAES. En 1999, l'Abbée avait célébré la messe de Saint Vincent à Connigis, il nous à proposé de décorer l'Eglise avec tous nos anciens outils, fagots, tonneaux feuillages et fleurs ce que je fais depuis ce jour tous les ans ; les lectures étaient sur fond musical...nous gardons le souvenir du message qu'il nous a transmis et nous prierons tous ensemble ce dimanche pour lui. Dominique P

    RépondreSupprimer
  9. Nicolas et Moïsa JOMIN30 janv. 2012 à 14:36:00

    Nous sommes tres peines par l'annonce du deces de l'Abbe Pascal Maes qui nous a mariés le 11 mai 1996; nous gardons le souvenir d'un pretre attentif et joyeux.
    sinceres condoléances à sa famille. N et M. JOMIN

    RépondreSupprimer
  10. J'apprends avec beaucoup de peine le décès de Pascal. J'ai été l'un de ses premiers baptisés, peu de temps après son ordination en avril 1995, et j'avais suivi quelques mois de catéchisme avec lui. Je me rappelle de son extrême gentillesse et de son calme. Il avait la sérénité de ceux qui ont trouvé leur voie.
    Le temps est trop vite passé, et j'avais perdu le contact. Je nourrissais l'envie de reprendre contact avec lui depuis quelques semaines. Parce qu'il m'avait toujours inspiré une très grande confiance, et que j'aurais voulu réentendre son point de vue sur certains sujets après plus de quinze ans.
    Je n'en aurai jamais l'occasion, et cela restera certainement un des plus grands regrets de ma vie.
    J'espère de tout mon coeur qu'il repose en paix, étonné, et joyeux, auprès du Seigneur.

    RépondreSupprimer