samedi 28 décembre 2013

"Réjouissez-vous, soyez dans la joie": en cette nuit de Noël, un fils nous est donné !



Ce nouveau-né,emmailloté et couché dans une mangeoire par Marie, sa mère, il est annoncé par l'ange aux bergers des environs .
Et comment l'annonce-t-il ?"C'est une grande joie pour tout le peuple. Aujourd'hui vous est né un Sauveur. Il est le Messie, le Seigneur".


Au cœur de la nuit du 24 au 25, les cloches vont carillonner, les voitures sillonner les routes, les maisons s'animer de lumières, les enfants s'émerveiller devant la crèche et beaucoup vont se rencontrer pour réveillonner avec force lumières et chandelles.

Dans la paroisse, les membres des chorales répètent les chants des messes de la nuit et du jour de Noël, dans les familles, des cadeaux vont s'échanger. A la prison de notre ville, un sapin et un menu spécial marquera ce Noël, et ceux qui le désirent vivront une messe de Noël. Dans beaucoup d'autres établissements, commerciaux ou autres, des décors, des airs de fête enchanteront les yeux, les oreilles.

Un mail envoyé à un malade, un service rendu à un proche ou un voisin, un sourire ou un 'bon Noël' adressé à ceux de la famille qu'on oublie d'habitude, un pardon à celui qui nous a blessé, une prière pour les peuples qui ne connaissent que la guerre ou la misère sont alors comme les anges qui cette nuit-là ont peuplé le ciel de Bethléem et qui louent Dieu dans les cieux en disant : 'Gloire au Très-Haut dans le ciel et paix sur la terre aux hommes qu'Il aime'.

Noël, c'est Dieu présent au cœur de tout homme. Il est communion avec l'exclu, le rejeté, avec celui qui ne croit plus en rien, car l'Amour,il ne l'a jamais rencontré.
L'enfant de Bethléem, lui, Jésus, annoncera à la fin : 'Ce que tu as fait au plus petit d'entre les miens, c'est à moi que tu l'a fait'.
C'est comme cela que l'Amour se fait rencontrer, c'est comme cela que Noël doit se vivre...
Meilleurs vœux de fête à tous !
Abbé Gonzague BUREAU

8 commentaires:

  1. Merci, Monsieur l'abbé pour votre message et votre sourire, tous deux porteurs d'espérance - cette petite fille espérance qui manque tant au monde d'aujourd'hui !

    RépondreSupprimer
  2. La solitude pèse encore plus les jours de fête et particulièrement NOEL ...
    c'est ma prière pour garder l'espoir !

    Un Enfant est né,

    C'est un Dieu qui se donne.
    Pour Noël, une étoile brille,
    Elle indique le chemin,
    C'est le chemin qui mène à Dieu,
    C'est un chemin de paix,
    de joie et d'amour.

    Alors moi, pour ce Noël,
    je prie pour que
    tous les hommes du monde entier
    reprennent ce chemin.

    Que l'amour guide votre vie,
    Que la Paix habite votre coeur
    Que la joie illumine votre visage
    Dieu vous aime !

    Son amour et sa vie
    Il vous les donne aujourd'hui

    JOYEUX NOEL A TOUS !

    RépondreSupprimer
  3. Lumineuse homélie du Pape François hier à la messe de la Nuit de NOEL - quel cadeau pour notre temps !
    Homélie du pape François pour la nuit de Noël

    1. « Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière » (Is 9,1).

    Cette prophétie d’Isaïe ne finit jamais de nous émouvoir, spécialement quand nous l’écoutons dans la liturgie de la nuit de Noël. Et ce n’est pas seulement un fait émotif, sentimental ; elle nous émeut parce qu’elle dit la réalité de ce que nous sommes : nous sommes un peuple en chemin, et autour de nous – et aussi en nous – il y a ténèbres et lumière. Et en cette nuit, tandis que l’esprit des ténèbres enveloppe le monde, se renouvelle l’évènement qui nous émerveille toujours et nous surprend : le peuple en chemin voit une grande lumière. Une lumière qui nous fait réfléchir sur ce mystère : mystère du marcher et du voir.

    Marcher. Ce verbe nous fait penser au cours de l’histoire, à ce long chemin qu’est l’histoire du salut, à commencer par Abraham, notre père dans la foi, que le Seigneur appela un jour à partir, à sortir de son pays pour aller vers la terre qu’il lui indiquerait. Depuis lors, notre identité de croyants est celle de personnes en marche vers la terre promise. Cette histoire est toujours accompagnée par le Seigneur ! Il est toujours fidèle à son alliance et à ses promesses. Parce qu'il est fidèle, « Dieu est lumière, en lui point de ténèbres » (1 Jn 1, 5).

    De la part du peuple, au contraire, alternent des moments de lumière et de ténèbres, de fidélité et d’infidélité, d’obéissance et de rébellion; moments de peuple pèlerin et moments de peuple errant. Dans notre histoire personnelle aussi, alternent des moments lumineux et obscurs, lumières et ombres. Si nous aimons Dieu et nos frères, nous marchons dans la lumière, mais si notre cœur se ferme, si l’orgueil, le mensonge, la recherche de notre intérêt propre dominent en nous, alors les ténèbres descendent en nous et autour de nous. « Celui qui a de la haine contre son frère – écrit Jean – est dans les ténèbres : il marche dans les ténèbres, sans savoir où il va, parce que les ténèbres l’ont rendu aveugle » (1 Jn 2, 11). Peuple en marche, mais peuple de pèlerins, qui ne veut pas être un peuple errant.

    2. En cette nuit, comme un faisceau de lumière d’une grande clarté, résonne l’annonce de l’Apôtre:« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes » (Tt 2, 11).

    La grâce qui est apparue dans le monde c’est Jésus, né de la Vierge Marie, vrai homme et vrai Dieu. Il est venu dans notre histoire, il a partagé notre chemin. Il est venu pour nous libérer des ténèbres et nous donner la lumière. En Lui est apparue la grâce, la miséricorde, la tendresse du Père : Jésus est l’Amour qui s’est fait chair. Il n’est pas seulement un maître de sagesse, il n’est pas un idéal vers lequel nous tendons et dont nous savons que nous sommes inexorablement éloignés, il est le sens de la vie et de l’histoire, qui a placé sa tente au milieu de nous.

    RépondreSupprimer
  4. Suite et fin de cette homélie de notre Pape :

    3. Les bergers ont été les premiers à voir cette “tente”, à recevoir l’annonce de la naissance de Jésus. Ils ont été les premiers parce qu’ils étaient parmi les derniers, les marginaux. Et ils ont été les premiers parce qu’ils veillaient dans la nuit, gardant leurs troupeaux. C'est la loi du pèlerin que de veiller, et ils veillaient. Avec eux, arrêtons-nous devant l’Enfant, arrêtons-nous en silence. Avec eux remercions le Seigneur de nous avoir donné Jésus, et avec eux laissons monter du plus profond de notre cœur la louange de sa fidélité : "Nous te bénissons, Seigneur Dieu Très-Haut, qui t’es abaissé pour nous. Tu es immense, et tu t’es fait petit ; tu es riche, et tu t’es fait pauvre ; tu es le tout-puissant, et tu t’es fait faible."

    En cette Nuit, partageons a joie de l’Évangile: Dieu nous aime, il nous aime tant qu’il adonné son Fils comme notre frère, comme lumière dans nos ténèbres. Le Seigneur nous répète :« Ne craignez pas » (Lc 2, 10). Comme les anges l'ont dit aux bergers: "Ne craignez pas!" Et moi aussi je vous répète : "Ne craignez pas !" Notre Père est patient, il nous aime, il nous donne Jésus pour nous guider sur le chemin vers la terre promise. Il est la miséricorde, notre Père pardonne toujours. Il est la lumière qui resplendit dans les ténèbres. Il est notre paix. Amen.

    RépondreSupprimer
  5. Les livres sont de merveilleux cadeaux !

    J'ai reçu hier soir celui-ci : "l'amour sauvera le monde" de Michael Lonsdale

    Dostoievski a écrit : "la beauté sauvera le monde" et en lisant l'homélie du Saint Père que vient de poster Fidelis, je crois que c'est bien l'Amour avec un grand A qui sauvera le monde !
    Alors venons à la crèche : en Lui viens reconnaitre, ton Dieu, ton Sauveur !

    RépondreSupprimer
  6. Laissons-nous toucher par la bonté de Dieu - petit extrait du message urbi et orbi du Pape le jour de NOEL

    Chers frères et sœurs, en ce monde, en cette humanité aujourd'hui est né le Sauveur, qui est le Christ Seigneur. Arrêtons-nous devant l'Enfant de Bethléem. Laissons notre cœur s'émouvoir : n'ayons pas peur de cela. N'ayons pas peur que notre cœur s'émeuve ! Nous avons besoin que notre cœur s'émeuve. Laissons-le se réchauffer à la tendresse de Dieu ; nous avons besoin de ses caresses. Les caresses de Dieu ne font pas de blessures : les caresses de Dieu nous donnent paix et force. Nous avons besoin de ses caresses. Dieu est grand en amour, à Lui la louange et la gloire dans les siècles ! Dieu est paix : demandons-lui qu'il nous aide à la construire chaque jour, dans notre vie, dans nos familles, dans nos villes et dans nos nations, dans le monde entier. Laissons-nous toucher par la bonté de Dieu.

    RépondreSupprimer
  7. un bénévole du Secours Catholique27 déc. 2013 à 10:39:00

    Noel est une fête qui nous oblige à bouger !
    Car Dieu est venu chez les hommes pour changer la face de la terre, pour sortir les hommes de leur faiblesse et de leur mollesse, pour les aider à bâtir une paix et une justice plus efficaces
    afin de leur indiquer des chemins pour un bonheur réel
    afin de les inviter à vivre en frères égaux
    afin de leur faire comprendre que chaque être humain est né à l'image de Dieu et est revêtu d'une dignité incomparable.

    RépondreSupprimer
  8. Paix aux hommes ... message des anges dans la Nuit de Noel
    ... même message du Pape en 2013 :.
    "...En regardant l'Enfant dans la crèche, enfant de paix, pensons aux enfants qui sont les victimes plus fragiles des guerres, mais pensons aussi aux personnes âgées, aux femmes maltraitées, aux malades... Les guerres brisent et blessent tant de vies !

    Le conflit en Syrie en a trop brisé ces derniers temps, fomentant haine et vengeance. Continuons à prier le Seigneur, pour qu'il épargne au bien-aimé peuple syrien de nouvelles souffrances et que les parties en conflit mettent fin à toute violence et garantissent l'accès aux aides humanitaires. Nous avons vu combien la prière est puissante ! Et je suis heureux qu'aujourd'hui des croyants de diverses confessions religieuses s'unissent aussi à notre supplication pour la paix en Syrie. Ne perdons jamais le courage de la prière ! Le courage de dire : Seigneur, donne ta paix à la Syrie et au monde entier. Et j'invite aussi les non-croyants à désirer la paix, avec leur désir, ce désir qui élargit le cœur : tous unis, ou avec la prière ou avec le désir. Mais tous, pour la paix.

    Donne la paix, petit enfant, à la République Centrafricaine, souvent oubliée des hommes. Mais toi, Seigneur, tu n'oublies personne ! Et tu veux porter aussi la paix à cette terre, déchirée par une spirale de violence et de misère, où beaucoup de personnes sont sans maison, sans eau ni nourriture, sans le minimum pour vivre. Favorise la concorde au Sud-Soudan, où les tensions actuelles ont déjà provoqué trop de victimes et menacent la cohabitation pacifique dans ce jeune État.

    Toi, Prince de la Paix, convertis partout le cœur des violents pour qu'ils déposent les armes et entreprennent le chemin du dialogue. Regarde le Nigeria, lacéré par de continuelles attaques qui n'épargnent pas les innocents ni ceux qui sont sans défense. Bénis la Terre que tu as choisie pour venir dans le monde et fais aboutir à une heureuse issue les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens. Guéris les plaies de l'Irak bien-aimé, encore frappé par de fréquents attentats."

    RépondreSupprimer