lundi 16 mars 2020

Communiqué 3 du 16 mars 2020 à 16h

Bonjour,

Voici l’application des directives de Mgr Renauld de Dinechin en date du lundi 16 mars pour notre paroisse. 
Elles sont applicables jusqu’à nouvel ordre.

De manière générale, l’église saint Crépin est ouverte de 8h à 19h (21h le jeudi).
L’accueil téléphonique est assuré de 10h à 12h et 14h à 17h au 03 23 83 25 77.

1-Les funérailles. Aucun cas de covid 19, mais néanmoins beaucoup de funérailles. Elles ne seront célébrées que dans les églises de saint Crépin ou Essômes dans la plus stricte intimité familiale. 
2 – Les messes sont annulées dimanche, samedi et semaine. Elles sont célébrées en privé aux intentions : surtout confiez vos intentions (plus que jamais). Contactez l’accueil.
3 – Visite aux malades et bénédiction de maison. Appeler le presbytère.
4 – Rencontrer les prêtres : demander à l’accueil qui reste ouvert (téléphoniquement). Par ailleurs, dans l’église ce samedi 21 mars de 15h à 17h (a minimum). Confessions possibles.
5 – Jeunes et adolescents : toutes les rencontres et réunions sont annulées jusqu’à nouvel ordre (voir communiqué 1).
6 – Les fraternités de carême à domicile sont à mener selon le choix de chacun. (la fiche hebdomadaire continuera à être éditée).
7 – Les réunions non indispensables seront annulées ou reportées.
8 – Evangile du dimanche suivant sera sur le blog et un guide d’introduction à la méditation.
9 – Ne vous isolez pas, priez, appelez, faites-vous appeler.
10 - Les personnes âgées de 70 ans et plus doivent respecter les barrières sanitaires. Les bénévoles invités à rester confinés.

Merci de guetter les changements, en attendant voici quelques réflexions sur la messe du 3° dimanche.

3° dimanche de Carême, « Le dimanche de la Samaritaine » Jn (4,5-42)

L’épreuve du carême est d’abord d’être privé de messe. Bien que les prêtres soient fidèles à la messe quotidienne pour vous. On se rend compte que la messe est un cadeau magnifique et que nous sommes comme des enfants gâtés qui arrivons même à rechigner en y allant, parfois !
La peine est de ne pas avoir pu célébrer les scrutins des catéchumènes.
Mais l’autre épreuve, la grande, s’appelle Covid 19, après d’autres en début de carême (affaire Jean Vanier), c’est celle de la confiance. Elle nous ouvre sans doute les yeux. La parole de la première lecture (Ex.17,3-7) de la messe dominicale parle du lieu de Massa (épreuve) et Mériba (querelle) parce que les fils d’Israël avaient cherché querelle au Seigneur, doutant de sa présence. On dirait de même pour notre société qui croit orgueilleusement en sa propre toute puissance rationnelle, médicale et qui pense maîtriser tout sujet. L’épreuve est d’expérimenter que c’est faux! C’est l’épreuve de la fragilité. Puisse-t-elle déboucher sur la vérité et la conversion de quelques- uns, personnellement.
Lorsque Jésus rencontre la samaritaine, c’est une pécheresse qu’il rencontre. Mais il s’intéresse à elle avec délicatesse, humilité et sans jugement moral. Comme en croix, plus tard, il a soif – soif de la rencontrer en vérité. Dès qu’il la rencontre naît en elle l’Amour de Dieu, un geyser jaillit de son cœur qui est libéré et elle peut se laisser regarder telle qu’elle est. Elle découvre le courage d’affronter les gens de la ville et de leur présenter celui qui a su dire tout ce qu’elle a fait sans la briser :elle vit de nouveau. 
Telle est la mission de Jésus. Telle est sa nourriture que de libérer, par Miséricorde, les vies captives du péché et du mensonge : «ma nourriture c’est de faire la volonté de mon Père ». C’est la mission de Jésus. C’est aussi la mission de l’Eglise, de chaque baptisé !
Aussi, regardons notre société de la même manière. Sans être dupes, mais avec espérance et attente de chacun dans son gilet blanc taché, comme nous-mêmes d’ailleurs. Ne nous laissons pas voler notre espérance devant les épreuves. De cette épreuve, attendons et accompagnons l’émergence d’un bien, une vérité nouvelle pour chacun, plus d’humilité. Le Seigneur intéressera ainsi plus de personnes si nous avons soif d’elles.
Redoublons de prière dans cette épreuve : « tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit et ceux qui l’adorent c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer » (Jn 4).
+ Edouard DUCAMPS

Aucun commentaire:

Publier un commentaire