Tous invités et invitants !

Tous invités et invitants !
Cliquer sur le flyer pour le programme

mardi 3 mars 2020

Ne pas se dérober


Par le jeûne, la prière et l’aumône, trouver un chemin vers Pâques
Mieux vaut décider concrètement en vérité que d’entreprendre l’impossible et se dérober tristement. Outre les obligations indiquées de jeûne-abstinence et sobriété de vie, ainsi, les vendredis souviens-toi de la mort du Seigneur. Pour le reste, c’est entre ton Père des cieux et toi, Il te le revaudra (Mt 6, messe des cendres).
1- Isaïe (ch 58) le rappelle. « Le jeûne qui me plaît, en fin de compte, c’est ne pas te dérober devant ton prochain » qui a besoin de toi, plus précisément de celui qui est loin de ta foi, de ton genre de vie et de pensée ! Les prophètes de la miséricorde, ce sont eux, c’est bien le pauvre publicain, conscient de son péché, qui sera justifié !
2- On peut ajouter : ne pas fuir la prière, qui est un combat (opus dei), d’abord contre soi-même parce que l’on voit en soi ce que l’on ne voudrait pas voir.
3- La seule issue, plutôt que subir une défaite, est de se « laisser réconcilier » par une demande de pardon (la confession)
4- Un discernement s’impose, on l’appelle « écologie humaine ». C’est l’occasion d’intensifier la pratique des œuvres de Miséricorde dans nos vies. Alors, « tes forces reviendront…Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra : me voici »(Is.58, 1,8-9) Vous êtes une maison de prière. Venez me rencontrer, dit le Seigneur, car « je cherche « des adorateurs en esprit et en vérité »(Jn 4, la Samaritaine).
Bon Carême.
Père Edouard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire