mercredi 6 mai 2020

Lien paroissial : mercredi 6 mai

Une belle oraison du jour : 
«  Tu as révélé, Seigneur, que tu serais la vie de tes fidèles, la gloire des humbles et le bonheur des justes ; réponds à ceux qui te supplient : ils ont soif de biens que tu promets, ouvre-leur tes réserves de grâce ».

La messe : Ac 12,24 – 13,5 ; Ps 66 ; Jn12, 44-50.
Lire ici les textes de la messe du jour
Trois remarques que suggèrent ces lectures.

- Tout d’abord, le mode de décision de la communauté naissante (Ac) : « un jour qu’ils célébraient le culte du Seigneur et jeûnaient, l’Esprit saint leur dit… ». Il s’agit d’un discernement dans la prière pour une décision « pastorale » d’envoyer Saul et Barnabé en mission : l’Esprit saint est toujours le même aujourd’hui, il nous faut veiller aux conditions de son écoute. 
- Ensuite, dans l’Evangile, Jésus nous dit, « ceux qui entendent ma parole sans y rester fidèles, je ne les juge pas car je ne suis pas venu juger le monde mais pour le sauver... C’est la parole que j’ai prononcée qui les jugera au dernier jour. - Ce commandement de parler que lui donne le Père est vie éternelle. Ajuster sa vie selon la fin est un rappel urgent en ces temps de fragilité, il est un rappel pour nous-mêmes et un service à rendre que de faire apparaître l’existence sous son vrai jour, celui des fins dernières et regarder Jésus, miséricorde du Père. En effet, on vit mal dans une société si celle-ci n’aide pas à intégrer la question de la mort avec humilité et espérance.

La conférence des évêques négocie avec le gouvernement pour une reprise des cultes pour la Pentecôte. Les cultes ont repris en Allemagne, pas en Italie et en Belgique sans dépasser 10 personnes Un débat démocratique et tonique est toujours bon dans une société très sécularisée qui n’aperçoit plus très bien ce que d’autres vivent comme essentiel dans leur vie spirituelle : incompréhension, négligence, ignorance. Ainsi, il n’est qu’à se rappeler qu’environ 40 000 personnes franchissent le seuil de l’église saint Crépin chaque année. Cette période pourra, espérons-le, permettre cette prise de conscience et aura souligné la totale collaboration de l’Eglise avec les pouvoirs publics.


Un appel pressant de l’économe diocésain pour soutenir les finances des paroisses qui perdront environ 30% de leurs recettes cette année. 
Cliquer ici
Beaucoup de mariages, baptêmes sont différés, les messes interrompues plusieurs mois, les professions de foi et communions reportées.

Notre Dame de Liesse, priez pour notre Eglise de l’Aisne, 
A demain, 
P. Edouard , Pierre et Nestor

Aucun commentaire:

Publier un commentaire